Burning knowledge – Chris Makarsky – CC BY-NC-SA - rt - n

Burn AFTER reading…

Burning knowledge – Chris Makarsky – CC BY-NC-SA

 

Préambule

Il y a quelques mois, le collectif Les 451 faisait parler de lui, sur le thème courageux1  de la défense d’une certaine idée du livre et de la lecture qui serait incompatible avec le mercantilisme obscène d’Internet et du livre numérique. Sur le fond, je suis en total désaccord, d’autres ont déjà défendu mon point vue – et Cécile Arènes en a même profité pour parler de tomates et de vaches. Mais c’est le nom du collectif qui m’intéresse aujourd’hui.

Un nom chargé de sens

Il s’agit bien sûr d’une référence à Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. L’histoire d’une société où les pompiers n’éteignent pas les feux, mais brûlent les livres qui empêchent l’abrutissement collectif, et donc créent mal-être et asociabilité2. Je sous-entends que c’est évident, mais en fait je n’avais jamais lu ce livre, et sans doute ne suis-je pas le seul. Un collègue spécialiste des dystopies m’a fortement incité à combler cette lacune, et j’ai suivi son conseil. Je l’ai dévoré sur ma liseuse (par esprit de contradiction3), et je me suis aperçu que si ça se trouve, avant de nommer leur collectif, les 451 ne l’avaient peut-être pas relu si attentivement que ça.

Le passage qui m’a sauté aux yeux

C’est Faber qui parle, un vieil érudit qui aide le héros à sauver les livres :

Quel incorrigible romantique vous faites ! Ce serait drôle si ce n’était pas si grave. Ce n’est pas de livres que vous avez besoin, mais de ce qu’il y avait autrefois dans les livres. De ce qu’il pourrait y avoir aujourd’hui dans les “familles” qui hantent nos salons. Télévisions et radios pourraient transmettre la même profusion de détails et de savoir, mais ce n’est pas le cas. Non, non, ce ne sont nullement les livres que vous recherchez ! Cela, prenez-le où vous pouvez le trouver, dans les vieux disques, les vieux films, les vieux amis ; cherchez-le dans la nature et en vous-même. Les livres n’étaient qu’un des nombreux types de réceptacles destinés à conserver ce que nous avions peur d’oublier. Ils n’ont absolument rien de magique. Il n’y a de magie que dans ce qu’ils disent, dans la façon dont ils cousent les pièces et les morceaux de l’univers pour nous en faire un vêtement.4

Quand on défend l’idée qu’un livre numérique ne sera jamais un vrai livre5, il faut faire attention aux références que l’on revendique.

  1. À un certain niveau, défendre certaines causes sur Internet, ça demande du courage, tant on ouvre le flanc à la critique. Un peu comme cette vieille dame qui osait tout, même accuser les jeux vidéos de mener au meurtre d’enfants. []
  2. Le résumé est de moi. Vous trouverez plus de détails sur le blog du collectif : ils reproduisent une partie de la page Wikipedia consacrée au roman (ils ne sont pas à une contradiction près : la photo qui illustre le blog, et représente les ruines de la bibliothèque de la Holland House détruite en 1940, est-elle vraiment libre de droits ?). []
  3. Comment ça il n’est pas commercialisé en ebook ? Ne posez pas de question, vous n’aurez pas de réponse embarrassante. []
  4. Fahrenheit 451, Ray Bradbury, traduit de l’américain par Henri Robillot. []
  5. Je cite : “(…) nous refusons d’emblée le terme de « livre numérique » : un fichier de données informatiques téléchargées sur une tablette ne sera jamais un livre”. []

BD Concert : Les larmes de l’assassin

Préambule

J’ai eu l’opportunité samedi d’assister à un BD Concert présenté à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Champigny-sur-Marne, à l’occasion de la 2e Nuit à la médiathèque (pdf). Cette année, l’évènement était dédié à la bande-dessinée.

Le concept hybride du BD Concert

Les larmes de l’assassin est une bande-dessinée de Thierry Murat parue en 2011 aux Éditions Futuropolis, et librement adaptée du roman d’Anne-Laure Bondoux (Prix Sorcière 2004, entre autres). L’œuvre a été portée à l’écran par le plasticien Antoine Hacquin (en collaboration avec T. Murat), et la projection est accompagnée en live par le groupe Splendor in the grass. Ce n’est plus une bande-dessinée, pas non plus un film d’animation classique, et la musique est bien plus qu’un simple accompagnement.

Pourquoi en parler ?

Parce que c’était superbe. Le caractère intrinsèquement cinématographique de la bande dessinée se prête admirablement à l’animation (très réussie) du plasticien. La musique et l’image se mêlent et se soutiennent pour faire vivre le récit. On passe 45 minutes poétiques et captivantes.

En outre, toutes les initiatives réussies pour contribuer à valoriser l’image de la bande-dessinée – et à dépasser son statut, toujours existant au yeux de certains, de sous-littérature destinée par nature à un public enfant1 – sont bonnes à prendre.

Enfin, parce que ce type d’animation est novateur, et semble particulièrement pertinent pour une médiathèque, touchant à la fois à plusieurs expressions artistiques. Il mérite donc un peu de publicité.

L’omniprésente question du droit d’auteur

Il va sans dire que ce type de mash-up pose des questions de droit complexes. À ma connaissance, aucun contrat d’édition ne prévoit déjà explicitement la réutilisation d’une bande dessinée pour un BD concert. Celui-ci a donné lieu à un accord écrit passé avec la maison d’édition, et n’est possible que parce que l’auteur de la bande-dessinée est présent depuis l’origine du projet, et parce que chaque prestation met en lumière le travail de chacun des artistes – et donc assure à tous une certaine publicité. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ce concept, ainsi que son nécessaire futur cadre légal – tout en restant vigilant, comme il faut l’être pour tout ce qui concerne le droit d’auteur.

Où le voir ?

Splendor in the grass2 présentera ce BD concert à Mondouzil, dans cadre des Métropolitaines 2012 de la Boutique d’Écriture du Grand Toulouse le 30 novembre prochain. Si vous êtes dans le coin…

  1. En partant d’ailleurs du principe que les enfants sont un sous-public, peu à même de s’intéresser aux mêmes problématiques que les adultes. Sur le thème : “quitte à avoir des préjugés, autant qu’ils soient nombreux et stupides”. []
  2. Si le concept est novateur, le groupe ne joue par pour autant que des BD concert. Splendor in the grass, c’est aussi çà. []

What is Hip ?

Hipster Hangout - Sean Connors - CC BY-NC-ND

Préambule

Nous autres professionnels des bibliothèques sommes intrinsèquement favorables à tout ce qui encourage la bibliodiversité. En outre, c’est toujours avec une certaine fierté que l’on entend “Comment peut-on s’inscrire dans votre bibliothèque ? Je cherche un livre particulier, et il semble que vous soyez parmi les seuls à l’avoir”. Il n’empêche que le fait qu’un livre soit présent dans d’autres bibliothèques peut laisser présager qu’il est soit pertinent soit attendu. Sa popularité auprès des confrères est le signe d’une potentielle recommandation actuelle ou à venir. Pour tout dire, s’ils l’ont tous, on devrait peut-être l’avoir aussi.

Les nouveautés qui sont peut-être déjà à la mode

J’ai bricolé cette page : What is Hip ?1 Elle va chercher les nouveautés de deux sites :

Pourquoi ces deux-là ? Parce que leurs publications sont de haute qualité, très souvent pertinentes pour mes fonctions d’acquisition, et parce que les sites sont bien faits, agréables à consulter, et pratiques à réutiliser.

Parmi ces nouveautés, la page n’affichera que celles présentes sur le Sudoc, en les triant selon le nombre de bibliothèques qui les possèdent déjà. En outre, si l’on fournit le n° RCR d’une bibliothèque, la page signalera les documents qui y sont disponibles.

Les résultats sont présentés sous la forme d’un tableau. Le nombre de bibliothèques est lié à leur liste sur le Sudoc, et le titre et la vignette sont liés à la notice complète sur le site d’où ils sont tirés.

Aspect technique

Sans entrer dans les détails (même si je les tiens à disposition pour les plus curieux), les données “éditeur” sont récupérées par une page en PHP (une page par site source) qui produit un arbre XML pour chacun des titres. La page principale va y chercher ses informations. Quant aux données Sudoc, elles sont issues des webservices de l’Abes – avec lesquels j’avais envie de m’amuser.

Il reste quelques bugs d’affichage, et la récupération des données étant parfois très longue (et lente), le navigateur  propose parfois d’arrêter le script – en lui intimant de continuer quand même, ça fonctionne bien.

  1. “Qu’est-ce qui est branché ?”, en référence au morceau de Tower of Power []

Veille numérique sans agrégateur

Schéma de veille - CC0

Préambule

Cécile Arènes est une veilleuse aguerrie. Elle participe au Bouillon des bibliobsédés, dissémine ses trouvailles, et publie une veille mensuelle enrichie sur son blog : la série En BUtinant (anciennement Du coté des BU).  Comme la plupart des utilisateurs d’Internet, elle a utilisé plusieurs outils, au fur et à mesure de leur mise en ligne, qui ont fini par s’accumuler, voire s’enchevêtrer. En outre, le recours à ces services, tellement pratiques, développés par des entreprises privées, a tendance à nous amener à faire reposer notre travail sur des fondations instables : dès que l’entreprise change sa politique, son offre de services, ses tarifs, voire disparait, tout risque de s’écrouler1. Une fonctionnalité de l’agrégateur Google reader l’a ainsi obligée à modifier l’organisation de sa veille. Et celle-ci était devenue un peu … compliquée.

Alors qu’elle réfléchissait en gazouillant à une méthode pour remettre tout ça à plat, je lui ai présenté mon fonctionnement de veille. Cécile a fini par réussir à “démêler l’écheveau”, et a publié, sur requête twitterienne, sa nouvelle organisation. Et comme le partage des procédures peut toujours se révéler utile, voici mon fonctionnement à moi.

Mes libertés de veilleur fainéant, et mes rares impératifs

Ma veille est brute, et ne donne lieu à aucun enrichissement : pas de commentaire, pas de mise en perspective, pas même de tag (d’autres font ça très bien, avec beaucoup de pertinence). Je me contente de signaler les ressources, avec pour message implicite : “j’ai lu, ça m’a semblé intéressant”.

Je ne veille pas sur la presse, ni sur les sources généralistes en guettant des mots-clés. Je ne suis abonné qu’à des blogs liés au monde des bibliothèques – pour les articles de sources que je ne suis pas, je compte sur la recommandation des veilleurs plus consciencieux.

Je veux pouvoir veiller de chez moi, au travail, et surtout où je veux sur mon téléphone malin. Et je ne veux pas avoir à maintenir mes abonnements à plusieurs endroits.

Je veux présenter les sources que je recommande via Twitter à ma façon : Titre / Auteur. – Url 2, pour différencier ces tweets d’une publication manuelle sans perdre de caractères avec un [Veille], et en mentionnant l’auteur.

Je n’ai pas de compte Facebook, mais je suis rarement déconnecté de Twitter – ma principale source de recommandations.

Le fonctionnement

J’ai créé un compte robot sur Twitter : @akaVeille. Tous les flux Rss des sources que je suis sont entrés sur le compte akaVeille If This Then That (IFTTT), qui publie pour chaque nouvel item un tweet sous la forme {{EntryTitle}} / Auteur. – {{EntryUrl}} (c’est moi qui choisis la forme du nom de l’auteur, une fois pour toutes). Je dois donc créer une tâche à chaque nouvel abonnement à un blog, et puis c’est tout (en revanche, la navigation entre les différents abonnements est peu pratique – liste non triable).

Tous les nouveaux articles de ces sources donnent donc lieu à un tweet du robot, auquel je suis abonné avec mon vrai compte. Twitter est mon agrégateur : je suis prévenu en temps réel des nouvelles parutions dans ma TL, et pour rattraper du retard, je n’ai qu’à aller voir la page d’@akaVeille.

Quand je souhaite partager un article, je le passe en favori sur Twitter (juste une étoile à cliquer). Le compte akaReup d’IFTTT3 ajoute à mon compte Delicious les articles ainsi signalés, avec comme tag akaveille et comme description le texte du tweet (Titre / Auteur. – Url). Quand je repère une ressource par un autre biais (sérendipité ou recommandation), je l’ajoute directement à Delicious, en saisissant manuellement le tag veille et la description Titre / Auteur. – . Passer un tweet en favori et enregistrer un signet Delicious sont des actions très simples, même sur un terminal mobile.

Mon compte Delicious produit un flux Rss pour le widget de ce carnet, et mon compte IFTTT publie automatiquement sur mon compte Twitter la description des items tagués akaveille, et la description + l’Url des items tagués veille4. Il les ajoute également à mes comptes Diigo et Read It Later (que je n’utilise pas, mais pourquoi pas : l’un est un canal de partage, l’autre m’avait paru utile à une époque).

  1. lire à ce sujet l’article d’Olivier Ertzscheid : Le jour où YouTube fermera []
  2. Un Isbd-like, par clin d’oeil []
  3. IFTTT n’admet qu’un seul compte pour chaque canal (Twitter, FB, Delicious…), il faut donc ouvrir plusieurs comptes IFTTT pour agir sur plusieurs comptes d’un même canal. []
  4. IFTTT peut isoler et copier un lien dans un tweet, mais pas tout le texte d’un tweet sauf le lien. L’utilisation de deux tags différents permet donc de ne pas doubler l’url de l’item pour les ressources issues d’un favori Twitter []

Bibliographie collaborative : on essaye ?

Enfants construisant un château de sable sur une plage (photographie de presse) - Agence Rol - Domaine public (Gallica)

Préambule

Les bibliographies reviennent à la mode – du moins, on en parle. Bertrand Calenge souhaitait les remettre à l’honneur, juste après que Manon Louche et Antony Merle aient insisté sur la nécessité de rendre leur présentation attractive. Et pendant ce temps, sur Twitter, on s’interrogeait sur nos différentes sources pour préparer des biblios d’agrégation, étant donné que les programmes 2013 sont sortis et qu’il va falloir s’y mettre.

Cécile Arènes a déploré cette drôle d’absurdité qui consiste à réinventer l’eau chaude en réalisant des bibliographies pour des concours nationaux chacun dans notre coin, sans tenir compte du fait que plusieurs bibliographies sur le même thème, réalisées par des collègues, sont déjà disponibles sur Internet. Sylvain Machefert a proposé de recenser ces travaux sur Bibliopedia, le site collaboratif destiné à la profession créé par David Liziard. Et comme Symac est conscient des délais possibles entre l’évocation d’une idée et sa mise en œuvre, il a créé la page dans la foulée : ne nous reste plus qu’à l’alimenter. Mais pourrait-on imaginer d’aller encore plus loin que le partage des bibliographies finies ?

Bibliographie collaborative, cas pratique : Agrégation 2013 – Lettres modernes

J’ai créé cette page, qui regroupe les œuvres au programme de l’agrégation 2013 de Lettres modernes1. Après discussions et conseils avisés, les études critiques ont été réunies dans des collections Zotero, collections administrées par les membres du groupe ouvert Bibliopedia, créé pour l’occasion.

Ainsi, tout utilisateur inscrit de Zotero peut rejoindre le groupe, et ajouter des documents à la bibliographie. Ou en créer une autre, si les lettres modernes ne sont pas son domaine de prédilection / acquisition. A l’heure où j’écris ces lignes, Nicolas Alarcon ajoute des ouvrages qu’il a repéré, depuis la BU Droits-Lettres de l’université de La Réunion.

Pourquoi partager ?

En réalité, il est souvent impossible de proposer une bibliographie exhaustive, la recherche bibliographique ne se limitant pas à quelques outils universellement partagés. Oui, nous regarderons sur le Sudoc, sur Isidore, etc. Mais, éventuellement, nous pourrons nous appuyer sur une bibliographie réalisée par un professeur et non mise en ligne (ou pas assez visible depuis l’extérieur de l’université). Nous pourrons consulter les notes bibliographiques d’ouvrages dont nous disposons dans nos murs. Nous pourrons feuilleter des ouvrages collectifs, pour nous apercevoir qu’ils contiennent une participation pertinente et pas forcément attendue. Ces sources originales sont des outils précieux dont nous aurions tort de nous priver – et de priver les autres.

Parce que nous ne sommes pas en concurrence : le concours est national, mais nos publics sont locaux. Ce n’est pas l’originalité de nos bibliographies qui attire les lecteurs, c’est juste un service qu’on leur rend – leurs motifs sont bien souvent d’ordres géographique et horaire : on n’est pas loin, et ouverts.

Une bibliographie unique pour toutes les BU ?

Ce travail collaboratif pourrait entraîner la constitution d’une très grosse bibliographie, sans doute indigeste et pas forcément productive. Mais il ne s’agit certes pas de condamner nos usagers à l’infobésité sous couvert de prétention à l’exhaustivité. Si des livres de la bibliographies sont absent de nos collections, j’étudierai la pertinence de leur acquisition en fonction de notre politique documentaire, de notre budget, de leur réel intérêt, sans oublier qu’ils ne seront pas forcément disponibles.

Et quand il sera temps de rédiger cette bibliographie, je restreindrai ma sélection aux titres présents dans notre fonds, en évitant les redondances. Et nous la présenterons selon notre propre politique et nos propres critères. La bibliothèque Zotero étant librement accessible aux internautes, chacun pourra donc l’utiliser à sa guise, mais elle est plus un outil qu’un produit fini.

En test

C’est un test. Nous verrons bien si d’autres collègues alimentent la bibliographie. De toutes façons, Zotero est l’outil que j’utilise pour mes biblios -  en gros, ça consiste seulement à rendre visible ce que je faisais déjà, si ça peut être utile à quelqu’un… Et au pire, nous ne serons que deux à partager nos sources : c’est déjà deux fois plus qu’un seul.

  1. d’après les programmes officiels (pdf) des concours interne et externe []

Carnets de recherche