Burning knowledge – Chris Makarsky – CC BY-NC-SA - rt

Burn AFTER reading...

Burning knowledge - Chris Makarsky - CC BY-NC-SA

 

Préambule

Il y a quelques mois, le collectif Les 451 faisait parler de lui, sur le thème courageux1  de la défense d'une certaine idée du livre et de la lecture qui serait incompatible avec le mercantilisme obscène d'Internet et du livre numérique. Sur le fond, je suis en total désaccord, d'autres ont déjà défendu mon point vue - et Cécile Arènes en a même profité pour parler de tomates et de vaches. Mais c'est le nom du collectif qui m’intéresse aujourd'hui. Continue la lecture

  1. À un certain niveau, défendre certaines causes sur Internet, ça demande du courage, tant on ouvre le flanc à la critique. Un peu comme cette vieille dame qui osait tout, même accuser les jeux vidéos de mener au meurtre d'enfants. []

What is Hip ?

Hipster Hangout - Sean Connors - CC BY-NC-ND

Préambule

Nous autres professionnels des bibliothèques sommes intrinsèquement favorables à tout ce qui encourage la bibliodiversité. En outre, c'est toujours avec une certaine fierté que l'on entend "Comment peut-on s'inscrire dans votre bibliothèque ? Je cherche un livre particulier, et il semble que vous soyez parmi les seuls à l'avoir". Il n'empêche que le fait qu'un livre soit présent dans d'autres bibliothèques peut laisser présager qu'il est soit pertinent soit attendu. Sa popularité auprès des confrères est le signe d'une potentielle recommandation actuelle ou à venir. Pour tout dire, s'ils l'ont tous, on devrait peut-être l'avoir aussi. Continue la lecture

Veille numérique sans agrégateur

Schéma de veille - CC0

Préambule

Cécile Arènes est une veilleuse aguerrie. Elle participe au Bouillon des bibliobsédés, dissémine ses trouvailles, et publie une veille mensuelle enrichie sur son blog : la série En BUtinant (anciennement Du coté des BU).  Comme la plupart des utilisateurs d'Internet, elle a utilisé plusieurs outils, au fur et à mesure de leur mise en ligne, qui ont fini par s'accumuler, voire s’enchevêtrer. En outre, le recours à ces services, tellement pratiques, développés par des entreprises privées, a tendance à nous amener à faire reposer notre travail sur des fondations instables : dès que l'entreprise change sa politique, son offre de services, ses tarifs, voire disparait, tout risque de s'écrouler1. Une fonctionnalité de l'agrégateur Google reader l'a ainsi obligée à modifier l'organisation de sa veille. Et celle-ci était devenue un peu ... compliquée.

Alors qu'elle réfléchissait en gazouillant à une méthode pour remettre tout ça à plat, je lui ai présenté mon fonctionnement de veille. Cécile a fini par réussir à "démêler l'écheveau", et a publié, sur requête twitterienne, sa nouvelle organisation. Et comme le partage des procédures peut toujours se révéler utile, voici mon fonctionnement à moi. Continue la lecture

  1. lire à ce sujet l'article d'Olivier Ertzscheid : Le jour où YouTube fermera []

Bibliographie collaborative : on essaye ?

Enfants construisant un château de sable sur une plage (photographie de presse) - Agence Rol - Domaine public (Gallica)

Préambule

Les bibliographies reviennent à la mode - du moins, on en parle. Bertrand Calenge souhaitait les remettre à l'honneur, juste après que Manon Louche et Antony Merle aient insisté sur la nécessité de rendre leur présentation attractive. Et pendant ce temps, sur Twitter, on s'interrogeait sur nos différentes sources pour préparer des biblios d'agrégation, étant donné que les programmes 2013 sont sortis et qu'il va falloir s'y mettre.

Cécile Arènes a déploré cette drôle d'absurdité qui consiste à réinventer l'eau chaude en réalisant des bibliographies pour des concours nationaux chacun dans notre coin, sans tenir compte du fait que plusieurs bibliographies sur le même thème, réalisées par des collègues, sont déjà disponibles sur Internet. Sylvain Machefert a proposé de recenser ces travaux sur Bibliopedia, le site collaboratif destiné à la profession créé par David Liziard. Et comme Symac est conscient des délais possibles entre l'évocation d'une idée et sa mise en œuvre, il a créé la page dans la foulée : ne nous reste plus qu'à l'alimenter. Mais pourrait-on imaginer d'aller encore plus loin que le partage des bibliographies finies ? Continue la lecture