Pourquoi on n’a pas fini d’acheter des livres en papier

Photo originale : The Lion, the Bird and the Library – B Tal – CC-BY-NC

Préambule

Ça faisait longtemps que ce sujet me trottait dans la tête. Une présentation d’OpenEdition freemium, qui propose une véritable offre d’accès à du contenu numérique a réveillé ma motivation. Imaginez : des documents électroniques disponibles et accessibles, ça parait fou, non ? Si ça ne parait pas grand-chose, et même le strict minimum, c’est parce qu’on pense encore dans une logique de livres papier. Parce qu’à part ce genre d’initiatives au financement public, on est très loin d’avoir une véritable offre éditoriale numérique adaptée à un usage en bibliothèque.

Je suis loin d’être un spécialiste du sujet. Si je dis des contre-vérités, je serais ravi qu’on me les signale. Mais en tout cas, voilà la situation telle que je la ressens.

Les éditeurs nous prennent pour des pigeons…

Je ne m’attarderai pas sur le prix des livres numériques – d’autres ont beaucoup mieux suivi que moi. Ce qui me choque le plus, ce sont les DRM. On nous vend un document dont on a bridé l’accessibilité, la possibilité de consultations simultanées, la durée de vie, le nombre de consultations successives. Et quand je dis bridé, ça peut vouloir dire supprimé, comme la possibilité de dupliquer le document. Pour parler clairement, on nous propose un produit rendu volontairement de mauvaise qualité, et irréparable, pour nous obliger à en acheter plein et souvent. On pourrait comprendre qu’on ne soit que moyennement intéressés.

… en même temps, on fait tout pour.

Je m’agace un peu des fausses bonnes idées qui perdurent, et se généralisent au point de devenir de vrais mauvaises idées. Mutualiser les abonnements à  des revues numériques, c’était pas mal – on pouvait influer sur les tarifs (ensemble, on est plus forts, tout ça). Le seul problème, mais d’importance, c’est qu’on se retrouve tous à acheter un lot qui contient outre ce qui nous intéresse plein de titres dont on se contre-fiche.

D’où sort donc l’idée de replonger là-dedans avec des monographies ? Acheter, en lot, tous les titres d’une collection ou d’un éditeur reviendrait moins cher que de les acheter au détail. Certes, c’est moins cher dans le menu qu’à la carte, mais si je ne veux ni dessert ni boisson, j’y gagne encore ? Sans compter qu’il s’agit parfois également de s’abonner aux futures parutions.

Or justement, l’un des centres de notre métier c’est  sélectionner des documents. Selon des critères définis et pour un public particulier. Acheter en lot, d’office, alors qu’on refuse des dons ? Juste parce qu’on imagine que ça ne prend pas de place, comme c’est virtuel ? Et c’est également oublier que tous ces fonds devront être catalogués efficacement, sous peine d’être totalement invisibles. Acheter des lots indifférenciés et mal référencés, c’est juste tout ce qu’il ne faut pas faire. Internet propose déjà tout, notre boulot c’est de trouver les réponses aux questions qu’on nous pose.

Immatériel mon œil

Les livres électroniques sont immatériels, sauf quand il s’agit de les stocker ou de les consulter. Un peu comme les livres papier, en fait. Si le stockage implique des coûts logistiques, la consultation peut se révéler un vrai casse-tête. Parce qu’avec les différents formats et tous les blocages, il est difficile de garantir que les documents soient lisibles sur tous les supports (ordinateurs, liseuses, tablettes, téléphones…).

La solution qui consisterait à fournir du matériel compatible aux lecteurs me semble étrange. Il parait peu probable qu’une bibliothèque puisse fournir une liseuse, même en prêt, à tous ses usagers. Si on passe outre l’aspect maintenance, le prix risque quand même de dissuader certains établissements. Sans compter que prêter un Booken à quelqu’un qui possède un Ipad n’est pas forcément une priorité. Bien sûr, des expériences en ce sens semblent fonctionner, mais elles sont loin de proposer du matériel à tous les usagers de la bibliothèque. Et avec les soucis d’incompatibilité, il faut choisir un terminal en fonction des formats proposés, puis des formats en fonction du terminal choisi. On s’éloigne des critères intellectuels du contenu.

Et si c’est pour proposer des Pdf plus ou moins exploitables, consultables uniquement sur les ordinateurs publics dans la bibliothèque, l’avantage de l’électronique est discutable.

En guise de conclusion

Je ne suis pas totalement stupide. Je sais que les étudiants préfèreraient pouvoir faire un copier/coller que retaper à la main une longue citation. Je sais que les étudiants de lettres, par exemple, sauraient trouver une utilité à des outils de recherche d’occurrences de mots. Je vois bien les étudiants de droit venir avec une valise rendre leur codes.

Le livre papier ne disparaitra pas tout de suite au profit du numérique, parce que ça permet de faire un cadeau “physique”, et parce qu’on peut le laisser sur sa serviette à la plage quand on va se baigner. Mais le livre électronique a quand même des aspects bien pratiques.

Pourtant, tel qu’il nous est proposé, le livre électronique n’a pas sa place en bibliothèque. L’abonnement aveugle et la vente forcée sont l’antithèse de notre métier. Et la seule alternative aux DRM, c’est le piratage – et ça n’est pas tout à fait notre boulot.

La solution, elle parait plutôt simple, en tout cas sur le papier sur l’écran. Obliger les éditeurs à proposer pour chaque titre électronique mis en vente une version sans DRM et dans un format libre à l’intention des bibliothèques. Quitte à ce que le tarif soit différent, et la version identifiée “Mis à disposition par la bibliothèque X, ne peut être vendu, merci de respecter le droit d’auteur bla-bla…”. La bibliothèque serait libre de dupliquer et diffuser le document à ses lecteurs inscrits, selon ses propres critères. Quant au terminal de lecture, le choix d’un format libre devrait largement favoriser l’inter-compatibilité. Proposer un fonds conséquent et pertinent de livres électroniques lisibles sur tous supports inciterait les lecteurs à investir dans le matériel de leur choix – et légitimerait les éventuels soutiens financiers dans ce sens.

Le problème, c’est d’obliger les éditeurs. On pourrait le faire par le biais législatif, mais ça n’a pas l’air parti pour. Ou on pourrait le faire en se regroupant et en décidant de conditionner l’achat de livres électroniques à ces critères. Mais comme on préfère tirer chacun dans notre sens, et essayer de profiter des offres super avantageuses des éditeurs, attends, c’est une occase en or, et c’est les copains qui vont être jaloux…

Après, j’ai peut-être tort. J’aimerais bien, en tout cas. Mais je ne crois pas.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

3 réflexions sur “ Pourquoi on n’a pas fini d’acheter des livres en papier ”

  1. Imaginez : des documents électroniques disponibles et accessibles, ça parait fou, non ?

    Les Archives ouvertes ?

    http://hal.archives-ouvertes.fr

    Ce qui rend moins “fou” cette alternative. :-)

    Mais je suis entièrement d’accord avec la suite. L’achat de bouquets nous éloigne de notre métier de “sélection”, et même de collection.

    C’est de la double délégation : on renonce à la collection, on renonce à choisir…
    En clair, on renonce à la “bibliothèque”.

    Et Google est mille fois supérieur à une bibliothèque, quand il s’agit de pointer vers des documents extérieurs…

    Tiens, à la réflexion, extérieurs ? … Vraiment ?
    J’ai plutôt l’impression qu’il y a collecte massive pour avoir le document “sous la main” !
    Bizarre non ? :-)

    Comme c’est étrange, les bibliothèques sont en train d’effectuer le mouvement inverse : externaliser leurs fonds. (Enfin quand je dis “leurs fonds”, c’est façon de parler, ces fonds-là ne leur appartiennent pas. Avec le papier, au moins, ça leur appartenait.)

    A croire qu’il s’agit d’un système de vases communicants !

    Est-on certains que c’est dans le bon sens ?

    Bien cordialement
    B. Majour

  2. J’en lis des tonnes d’idées de business model et blablabla concernant les ebooks et leur DRM. Du coup, j’aime bien ton idée de créer des version libres de DRM mais “tatouées” pour les bibliothèques. J’avais encore lu cette idée nulle part et je la trouve simple et excellente. Comme tu l’écris, ce ne sont pas les bibliothèques qui vont pirater des DRM si on leur fournit du matériel objectivement utilisable en bibliothèque mais repérable s’il est piraté.

  3. Hello Pierre,
    Je découvre ton blog, très intéressant, bourré d’enthousiasme et tout et tout, (comme dans la vraie vie), je repasserai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">