Présentation : la veille numérique

Préambule

Cette présentation a été donnée en interne à la bibliothèque Sainte-Barbe. Elle s’adressait à un public restreint et connu, parfois débutant mais sensibilisé. Je ne saurais pas dire si elle s’est révélée à la hauteur des attentes des collègues, en revanche j’ose affirmer qu’attentes il y avait : le public était nombreux, toutes fonctions et catégories confondues, et pas en touriste. En fin de séance a été évoquée l’hypothèse d’étudier un projet de veille collaborative interne, pour profiter des trouvailles de chacun. J’en déduis volontiers que tous les personnels de bibliothèques verraient un intérêt à faire de la veille. Et que s’ils ne savent pas trop par où commencer, c’est aux plus expérimentés – donc aux lecteurs de ce carnet – de les accompagner. Tant pis pour notre statut de sorcier.

La veille, c’est quoi ?

« État du corps de l’homme ou de l’animal, dans lequel les sens sont en action. Fait de s’abstenir de dormir pendant le temps destiné au sommeil » ou « Grande et longue application qu’on donne à l’étude, aux productions de l’esprit ou aux grandes affaires, le plus souvent au détriment du sommeil » ou « (Militaire) Sentinelle, garde qui se fait pendant la nuit » (source : wiktionnaire). Dans notre contexte, il s’agit de se tenir au courant de ce qui se fait ou ce qui se dit dans un domaine particulier – il sera donc intéressant de retenir les notions de sens en action, d’application et de garde.

La veille passive

On fait tous de la veille sans le savoir. Quand on consulte une revue, quand une information nous est communiquée ou recommandée, on pourrait considérer que l’on fait de la veille passive. En réalité, c’est la conscience que ces informations sont utiles qui fait la veille. Sans véritablement chercher le contenu informationnel, on l’attend – et quand on l’obtient, on le consulte avec intérêt.

La veille active

La veille est une recherche continue d’informations actuelles dans un domaine particulier. Les sources d’informations principales seront généralement des ressources continues, chaque nouvelle parution apportant – ou référençant – potentiellement des contenus pertinents. Elles pourront ainsi être des sources primaires – l’information est là – ou des sources secondaires – en signalant la parution d’une autre ressource, continue ou finie. C’est typiquement la définition d’une revue de presse.

L’aspect chronophage et parfois laborieux de l’exercice réside dans le repérage des contenus potentiellement intéressants dans la ressource, puis dans l’analyse de ces derniers – pour vérifier s’ils le sont réellement. Plus la ressource traite de sujets variés ou techniques, et plus elle est volumineuse, plus cette tâche est complexe.

À quoi sert la veille ?

La veille n’est pas se contenter de feuilleter la presse. Il est sans doute rebelle de la dénigrer – comme certaines mauvaises expériences ont rendu à la mode de dénigrer toute forme de réunion, de formation, de journée d’études… Cependant, la veille est utile. Elle peut avoir des objectifs très variés, selon le domaine surveillé et les attentes du veilleur.

Ainsi, dans notre univers professionnel, la veille peut permettre de se tenir au courant des innovations, sur un plan théorique ou sur un plan plus technique, et de profiter des idées et retours d’expérience des confrères. On pourra s’intéresser au monde du livre en général, ou, selon les besoins, à des domaines plus particuliers (édition numérique, catalogues et sites web, évolutions des carrières, suivi de l’actualité éditoriale dans son domaine d’acquisition, surveillance de réputation…). De même, la veille peut-être continue, ou selon l’objectif de départ (élaboration d’un projet, préparation de concours…) limitée dans le temps.

Les contenus numériques

En fait de contenus numériques, on se contentera d’évoquer les contenus numériques accessibles sur Internet – et plus particulièrement sur le Web.

Des contenus variés

On trouve des ressources finies, des revues, des informations pratiques très épurées (sans contenu éditorial), des journaux personnels, des catalogues, des discussions publiques… Tous ces contenus peuvent intéresser le veilleur, et être des sources primaires ou secondaires d’informations. Leur pertinence comme les moyens de les identifier seront différents. Et, bien sûr, cette typologie est non-exhaustive et artificielle – certains contenus ne sauraient être réduits à une seule de ces catégories.

Qui produit ces contenus ?

D’après l’étude du ministère de la Culture Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe en 2009 / Valérie Deroin, un internaute particulier français sur cinq déclare avoir au cours des trois derniers mois « publi[é] un contenu créé par soi-même (texte, images, photos, vidéos, musique, etc.) sur un site web en vue de le partager ». Le chiffre est le même à l’échelle européenne. La part de contenus générés par les utilisateurs est donc très importante – on dispose donc de nombreuses sources, très variées, et souvent non validées par une autorité. Il faut donc apprendre à chercher dans ces contenus, et apprendre à en vérifier la valeur et la pertinence.

Une pérennité différente

Certains contenus ont une pérennité proche de l’instantanéité – une information apparue sur Twitter sera difficilement retrouvable après quelques jours. D’autres contenus peuvent disparaître « accidentellement » du jour au lendemain (problème technique, mauvaise manipulation, hébergeur défaillant…). Au contraire, leur persistance peut être bien supérieure à l’intention de l’auteur : c’est le cas de beaucoup des contenus produits sur les plateformes sociales propriétaires (le principe de l’Internet qui n’oublie jamais). Le contenu numérique peut être l’unique exemplaire, suffisant car consultable par tous mais vulnérable, mais est également duplicable à l’infini – voir le cas des sites miroirs de Wikileaks ou Copwatch, sans oublier l’effet Streisand.

Parallèlement, les contenus numériques peuvent être modifiés après publication. Le contenu repéré un jour n’est pas pérenne. Mais en même temps, si l’on considère un contenu qui est actualisé, mis à jour, ou corrigé, la validité de son contenu est elle plus pérenne que celle d’un contenu fixe.

Vous n’êtes pas seul

On est rarement le seul à s’intéresser à un domaine. On peut donc bénéficier de la veille des autres. En suivant les recommandations d’autres veilleurs identifiés, on pourra découvrir des contenus pertinents, et par rebond des ressources continues à suivre. Sur des sites de partage de signets, on pourra repérer des contenus mis en reliefs par des inconnus, et signalés par mots-clés.

Pour trouver de nouvelles sources d’informations, on peut les chercher sur un moteur ou un annuaire généraliste ou plus spécialisé (comme celui de Bibliopédia), mais également profiter du travail des autres, selon la méthode décrite par Christophe Deschamps sur Outils froids, qui considère qu’une des qualités principales du veilleur est la paresse.

La veille, enfin, peut être collaborative, plusieurs veilleurs mettant en commun leurs trouvailles, profitant pour une veille partagée de la veille plus spécifique de chacun – c’est le cas par exemple du Bouillon des bibliobsédés.

Surveiller les flux

Les contenus numériques sont très nombreux, de natures et d’autorités très différentes, parfois très éphémères… La veille consistera à faire venir à soi les contenus potentiellement pertinents, et ne plus avoir à les chercher.

Les flux Rss

De nombreux sites présentant une ressource continue proposent parallèlement un flux Rss. Il s’agit d’un fichier en format XML, c’est à dire présenté sous la forme de contenus dont la nature est définie par les balises qui les délimitent. En prenant l’exemple d’un blog, chaque nouvel article publié entraînera la création automatique d’un nouvel item dans le flux. Les flux Rss sont relativement compréhensibles par un humain – ce qui rend leur manipulation informatique plus accessible aux amateurs, mais sont surtout, par leur structure, parfaitement compréhensibles par les machines.

Où trouver des flux ?

Les flux Rss restent peu utilisés par le grand public, Cécile Arènes évoquait « un flop technologique », et Étienne Cavalié annonçait récemment sinon la fin du Rss, du moins l’arrêt de sa mise en avant sur certains sites. Si le symbole orange tend à disparaître des pages, le navigateur Firefox les détecte toujours automatiquement (il suffit juste de retrouver le bouton).

La majorité des ressources continues proposent un flux Rss. Mais de nombreuses ressources en proposent plusieurs : ainsi, si le site du Monde offre son flux « général », il offre également un flux pour chacune des catégories. Certains sites créent même un flux pour les résultats d’une recherche du lecteur. Ainsi, si l’on recherche le terme « catalogue » sur le blog S.I.Lex, on peut récupérer le flux de résultats – et donc guetter les prochains.

Le moteur de recherche Bing, utile comme source secondaire d’informations, propose un flux Rss pour chaque recherche (Google aussi, mais il faut se connecter à son compte et utiliser le service d’alertes).

S’il est impossible de viser l’exhaustivité des contenus pertinents, et uniquement ceux-là, on pourra tout de même éviter un maximum de bruit sans trop limiter son champ de veille. De toutes façons, des ajustements se révéleront nécessaires, pour affiner ou élargir son réservoir de ressources – de nouvelles apparaîtront, et d’anciennes disparaîtront ou perdront en pertinence. Ça n’est que l’expérience qui pourra définir la densité critique de la veille, sans qu’on soit débordé par l’information.

Récupérer les contenus

Les flux étant très simples à comprendre pour les machines, on peut les lire de multiples façons. La plus répandue consiste à utiliser un agrégateur. On pourra se contenter de l’agrégateur intégré de Firefox, simple et fonctionnel. On pourra également préférer un agrégateur en ligne qui offre l’avantage d’être accessible quelque soit le poste de consultation, comme par exemple Google reader. Ces agrégateurs en lignes peuvent également proposer des outils intégrés d’indexation, de mise en valeur ou de partage des contenus. On notera cependant que plus un outil sait tout faire, plus on en devient dépendant et donc vulnérable aux changements de politiques de services du fournisseur.

Garder trace

Un agrégateur se contente de réunir les flux, et de le afficher de manière lisible. Or le flux d’une ressource continue ne réunit pas l’intégralité des contenus de cette ressource : il est limité à un nombre d’items paramétré par l’administrateur du site. Ainsi, quand ce nombre est atteint, chaque nouvelle parution fait disparaître la plus ancienne. Un flux, par nature, n’est pas pérenne. De plus, les flux acheminent des contenus susceptibles d’être pertinents – une sélection humaine par le veilleur est toujours nécessaire. Des contenus dont la lecture s’avère intéressante nécessiteront un archivage pour pouvoir s’y reporter ultérieurement, et d’autres non. Enfin, les flux présélectionnés ne sont pas la seule source d’information du veilleur. Il profite également des recommandations d’autres veilleurs, de découvertes fortuites… Il faut donc pouvoir garder trace des contenus jugés intéressants.

Plusieurs sites permettent une gestion de marque-pages en ligne, comme Diigo ou Delicious. L’intégration de boutons, parfois directement sur les contenus, sinon dans le navigateur, rend l’archivage des métadonnées particulièrement simple – le « marque-page » n’est en effet pas une archive du contenu, mais un enregistrement des informations le définissant et permettant d’y accéder. Zotero, outil de gestion bibliographique, peut également servir à la gestion de signets. Ces outils permettent généralement d’indexer et d’organiser les contenus marqués.

Transmettre

Transmettre le fruit de sa veille s’inscrit dans une démarche de médiation numérique que Silvère Mercier décrit comme « visant à mettre en œuvre des dispositifs de nature techniques, éditoriaux ou interactifs pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire ».

Différentes présentations

À peu près tous les supports sont imaginables pour transmettre le fruit de sa veille. Selon le public visé, le lien entre le public et le veilleur, la périodicité (facultative) des parutions, et tous autres paramètres, on pourra imaginer une « revue de web de la quinzaine » affichée devant la machine à café ou un blog dédié, une lettre d’informations par messagerie électronique ou des publications sur une page Facebook, un widget sur un site institutionnel ou un univers Netvibes… Rien n’empêche non plus de proposer plusieurs supports de présentation, pour s’adapter aux habitudes et usages des publics visés – on peut présenter au fur et à mesure les nouveaux contenus découverts, et sur un autre canal offrir un récapitulatif hebdomadaire.

Des outils d’automatisation

Le choix du support, ou de la multiplicité des supports, peut être motivé par la possibilité de publier des contenus automatiquement. L’essentiel des outils de gestions de marque-pages génèrent le flux Rss de notre veille. De par leur structure, les flux permettent de nombreuses utilisations automatisées, grâce à des outils en ligne.

Ainsi, par exemple, on peut publier sur son compte Facebook avec l’application RSS Graffiti, ou sur Twitter avec Twitterfeed. Le site If This Then That permet de très nombreuses automatisations de ce type, vers Facebook ou Twitter, mais aussi vers Gmail, Delicious, Diigo, Worpress, Read it Later… Ces tâches sont automatisées, ce qui signifie qu’une fois les contenus repérés, le veilleur n’a plus rien à faire pour voir celui-ci alimenter son support de diffusion. C’est comme cela par exemple que Silvère Mercier alimente le compte Facebook de Bibliobsession, que les veilleurs du Bouillon diffusent sur son compte Twitter, ou que les veilleurs du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLÉO) publient sur leur blog radar.

Enrichir les contenus

L’identification et la sélection de contenus est en soi une valeur ajoutée indéniable. Mais ces contenus peuvent encore être enrichis. L’attribution de mots-clés à ses marque-pages ou à leurs items de publication (Tweets, articles, Statuts…) permet au destinataire – qui ne partage pas forcément l’ensemble des centres d’intérêts du veilleur – d’en identifier immédiatement la thématique. L’attribution de notes ou le signalement comme favoris peuvent également mettre des contenus en avant.

L’enrichissement le plus important reste évidemment le plus éditorialisé – et donc celui qui demande le plus de travail. Ainsi, Michèle Battisti revient régulièrement sur ses tweets de la semaine sur le droit de l’information qu’elle met en forme. Frustré par la sécheresse de l’automatisation, Lionel Dujol publie sa Veille apprivoisée, une sélection très enrichie de contenus. Dans la même veine, on évoquera par exemple la rubrique Du coté des BU de Cécile Arènes ou la Nanoveille de Marie D. Martel.

L’utilité de la diffusion

Tout d’abord, notre veille peut être utile à d’autres, et ça peut ne rien coûter de la diffuser – donc aucune raison de ne pas le faire. C’est même une possibilité de valoriser ce travail de recherche et de sélection. Mais surtout, le fait de diffuser sa veille inclut le veilleur dans un réseau, et peut apporter des suggestions, mais aussi des précisions ou des rectifications concernant les contenus transmis.

Enfin, se positionner comme médiateur peut amener à être plus rigoureux, plus sélectif dans sa veille, et à porter plus d’attention aux contenus – et donc à tirer plus de profit de sa propre veille.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

13 réflexions sur “ Présentation : la veille numérique ”

  1. Bonjour,

    Bravo pour ce post très intéressant.

    Dans ma pratique de la veille, je remarque quelques écueils.

    Certains services comme Twitter abandonnent malheureusement le rss. On est donc par exemple obligé de se tourner vers un service tiers pour générer un rss à partir de Twitter.

    Par ailleurs, en version gratuite, les services de bookmarking comme Delicious ou Diigo ne permettent pas de copier le contenu d’une page. A long terme, certaines ressources disparaissent purement et simplement même si quelques services comme archive.org permettent de retrouver parfois le contenu perdu. Certes, en complément des services de bookmarking, vous pouvez vous tourner vers des services de prise de notes web comme evernote. Toutefois bien souvent le moteur de recherche interne au service reste bien souvent décevant.

    En ce qui concerne des ressources sur la veille, je vous signale également la prochaine parution de mon nouveau livre aux éditions Eyrolles : Organisez sa veille sur internet : il n’y a pas que Google dans la vie : http://amzn.to/v2ATBD

    Bonne journée

    Xavier

  2. Bonjour,

    Billet très intéressant… Mais surtout : félicitations pour les illustrations de cette présentation, très réussies.

  3. bonsoir,

    Qu’est ce que vous avez voulu dire en montrant le message page 5 du slideshare ?

    merci pour les précisions.

    1. Bonjour, et merci de votre intérêt pour cette présentation.

      Le tweet cité m’avait semblé être une bonne illustration de l’idée reçue : “la veille n’est pas vraiment du travail”. Or j’ai tendance à croire que si l’on fait de la veille, ça n’est pas parce qu’on a du temps à perdre, mais plutôt qu’on souhaite en gagner, en profitant par exemple de l’expérience des autres.

      Et le tweet est anonymisé parce qu’un message limité à 140 caractères n’est pas non plus un résumé objectif de la pensée de son auteur sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">