Computers at Luther 1983 – Luther College Photos – CC BY-NC-SA - rt2

Numériquement incapables : stigmatisation et acculturation

Computers at Luther 1983 – Luther College Photos – CC BY-NC-SA

Préambule

Le fait pour un bibliothécaire d’être créateur de contenus sur le web, et de s’inscrire dans un réseau virtuel et informel de confrères fausse sa vision de son univers professionnel. On en vient à imaginer que l’ensemble de ses collègues partagent cet intérêt, ou du moins cette familiarité avec l’environnement numérique. C’est pourtant faux : comme dans le reste de la société, de nombreux bibliothécaires semblent non seulement peu à l’aise, mais réfractaires à tout ce qui touche à l’informatique. Il s’agit clairement d’une stigmatisation : on se conforme à ce que l’environnement a décidé qu’on était. “Moi, de toutes façons, j’y comprends rien”.

Une stigmatisation argumentée

“Je n’ai pas l’esprit scientifique”, “Les mathématiques et moi, ça fait deux”. Notre société accepte sans le moindre scrupule – ni, à ma connaissance, la moindre validation scientifique – qu’une partie d’entre nous ne soient “pas faits pour les maths”. Cela serait naturel, intrinsèque, parfois vaguement héréditaire, et détecté dès l’école. Après avoir fait  le tri entre les “manuels” et les “intellectuels”, on scinde donc ces derniers en deux groupes : les scientifiques et les littéraires. Cette opposition est purement sociale et hiérarchisée. On aura beau mythifier le poète et moquer la “science des ânes”, les littéraires sont plus à l’aise avec l’orthographe, mais ce sont les scientifiques qui dominent le monde. J’en veux pour preuve que cette distinction est fortement genrée – et il va sans dire que la catégorie la plus féminine n’est pas la plus valorisée.

Cette séparation est arbitraire et absurde, et nécessite une argumentation qui défie toute logique pour résister à sa propre analyse. Ainsi, la langue allemande, prisée des élèves des filières scientifiques serait, parce que langue à déclinaisons, plus scientifique que d’autres. En bibliothèque, on peut alors être “naturellement” de l’une ou l’autre catégorie : le livre attire, c’est logique, les littéraires, mais notre rapport particulier au classement est très scientifique. Les reliures anciennes, c’est de l’histoire, et une certaine poésie (l’odeur du cuir, du papier, et les jolies estampes) ; ou plutôt des conditions de conservation très techniques, mêlant artisanat minutieux et analyses en laboratoire. Bref, on trouve toujours comment expliquer et démontrer son appartenance à la catégorie que la société a choisie pour nous, la stigmatisation ne souffrant pas la contradiction. Si je ne suis pas ce que je suis censé être, je ne suis plus rien.

Une tentative courante de démonstration de cette inégalité est le prétendu choc des générations face à l’informatique. On est trop vieux, visiblement plus en difficulté avec le numérique que les plus jeunes qui ont grandi avec. Il est pourtant flagrant pour qui occupe des plages de renseignement en salle de lecture de bibliothèque universitaire que ces digital natives ne sont pas naturellement si doués que ça. On en voit suffisamment se débattre avec les serveurs d’impression, les photocopieurs, le wifi, le catalogue en ligne, les automates de prêts, et l’ensemble des services numériques que nous leur proposons pour réaliser que cette présumée facilité liée à l’âge n’existe pas. Il est même notable qu’une grande part de l’évolution de nos outils informatiques a consisté à les rendre plus simples d’utilisation : l’usager d’aujourd’hui a besoin de moins d’apprentissage technique que celui d’hier. De toutes façons, il est toujours simple de trouver des informaticiens de plus de quinze ans, preuves vivantes que l’âge n’a pas grand-chose à voir à l’affaire. Mais si ce n’est pas une question d’âge, c’est donc une question de nature. On y revient.

Il est difficile pour qui se considère à l’aise avec l’informatique de comprendre ce qui justifie que des bibliothécaires se croient numériquement incapables. Comme la plupart des employés de bureaux, ils utilisent quotidiennement courrier électronique, traitement de texte et tableur, et internet. L’outil informatique est omniprésent dans leur environnement professionnel, et avec un niveau de complexité élevé. Le profane serait désarmé devant les bases de données, les services de référence virtuels et les SIGB. Unimarc n’est pas un format de métadonnées très intuitif et WinIBW ne saurait être qualifié de logiciel à la prise en main facile.1 Pourtant, cette spécialisation technique qui semble contredire ce sentiment d’incapacité numérique n’est pas un argument entendu. Car pour ces tâches spécifiques, ils ne font que suivre aveuglément des procédures, où les manipulations sont expliquées pas à pas. Ils ne comprennent pas véritablement tous les rouages, et se contentent, après apprentissage, d’utiliser des outils. C’est bête et méchant.

Là encore, il s’agit de stigmatisation. On dévalorise ce que l’on fait, pour ne pas quitter sa classe. Parce qu’à la réflexion, on ne comprend jamais tous les processus ni toutes les implications des faits de notre quotidien. Je sais prendre le métro, je ne me qualifierais pas de “nul en transports en commun”, et pourtant je n’ai qu’une compréhension vague et erronée du fonctionnement technique du métro. Et, même si les désignés numériquement incapables l’ignorent souvent, les désignés capables sont dans la même situation avec l’informatique. Je ne sais pas du tout comment fonctionne Excel, je sais juste en utiliser quelques fonctionnalités. Tous les programmeurs ont déjà collé du code trouvé ailleurs, sans trop le comprendre, au milieu d’un programme. Et même s’il existe des génies de l’informatique, tout ce qui distingue un soi-disant doué d’un pas doué, c’est l’apprentissage. Et comme pour tout apprentissage, il n’est possible que si on en a envie ou besoin. À notre niveau, les prédispositions naturelles n’existent pas – ou du moins, elles ne sont pas nécessaires.

Le rejet impossible

À l’instar du renard qui trouve trop vert le raisin inaccessible, les victimes de stigmatisation construisent un rejet de ce qui leur est interdit. Gardons nous de sourire, ou d’y voir une forme de jalousie : ce rejet est sincère et compréhensible, parce que réciproque. On peut observer cette réaction chez tous les groupes qui subissent une discrimination. Le rejet de la classe dominante n’est pas toujours rationnel, constructif ni même juste : il n’en est pas moins réel. Les classes qui se sentent privées du pouvoir de décision politique répondent par un rejet  de la classe politique. De même, dans une société qui donne une valeur morale à l’hygiène de vie, celui qui se sent exclu de l’ensemble des gens responsables et raisonnables qui vivent sainement rejettera ces principes et se posera en bon-vivant.

Les numériquement incapables se montrent donc parfois réfractaires avec tout ce qui semble toucher au monde informatique. L’argument soulevé étant que cela ne les intéresse pas. Argument difficile à contredire : le monde regorge de centres d’intérêt potentiels qui nécessitent un arbitrage dans l’ordre des priorités – c’est le principe de l’économie de l’attention. Mais s’il est légitime de ne pas se passionner pour les rouages internes de l’outil, et de n’en rechercher que la fonctionnalité, ce rejet est en réalité plus profond qu’un défaut d’intérêt. On se heurte parfois à des refus catégoriques devant la présentation de campagnes sur les réseaux sociaux, la formation à des logiciels, ou de simples conseils ou astuces pour optimiser l’utilisation d’outils informatiques. Ce rejet semble, souvent à raison, irrationnel. Sans doute est-il en partie motivé par la peur de devoir exhiber son incompétence, et de se trouver ainsi en position de souffrance. Le numériquement capable qui propose se heurte à un rejet qui semble indépassable, dont la virulence est pour lui incompréhensible, et en réaction contribue à la construction de cette barrière : ils ne veulent pas comprendre, ils sont irrécupérables.2

Seulement, ce rejet pur et simple du monde informatique n’est pas possible. Ces technologies, aussi nouvelles que je suis un nouveau-né,  sont omniprésentes dans nos vies professionnelles et bien souvent privées. Dans le monde des bibliothèques plus particulièrement, elles sont au cœur de nombreuses facettes de notre métier. Tout d’abord parce que parmi nos publics certains n’ont accès à Internet et aux outils informatiques de base que chez nous. Si en 2010 l’Insee évaluait à plus de 64% le nombre de foyers équipés d’Internet, cela signifie surtout que plus de 35% n’en sont pas équipés. Quant aux raisons de non équipement indiquées par les répondants, il s’agit souvent du prix ou d’un sentiment d’incompétence. La bibliothèque a clairement un rôle à jouer dans la compensation de cette fracture numérique.

Dans les bibliothèques universitaires, notre cœur de cible semble plus équipé : plus de 93% chez les 15-29 ans. Mais on n’atteint toujours pas les 100%, et la tranche d’âge semble trop large pour évaluer précisément le taux d’équipement des étudiants ayant quitté le domicile parental. En outre, ce public universitaire présente des besoins plus importants en matière d’innovation et de technicité que le grand public : bases de données complexes, bibliothèques numériques, validation des sources, et recherches très précises nécessitant un important travail de médiation numérique. Et le rôle des bibliothèques est central dans les métamorphoses d’Internet. Le web des données, l’évolution des modèles de catalogage, sont l’avenir de la profession. Nous avons l’habitude de penser que nous nous adaptons, souvent avec peine et retard, aux “nouvelles” technologies numériques, mais c’est faux. Nous ne nous y adaptons pas, nous participons à leur création3 : cette image de trainards n’est qu’un complexe non fondé, et le fruit d’une stigmatisation.

Enfin, ce rejet nous empêche de nous intéresser collectivement avec l’attention nécessaire à des questions touchant aux idéaux de société sur lesquels se fonde le cœur de notre profession. L’évolution de l’économie du livre numérique est un domaine qui nous concerne directement, et où nous devons donner notre point de vue sans rejeter la question au prétexte du mot numérique. Les sujets comme les biens communs, la sauvegarde du domaine public , les open data, l’open access aux publications scientifiques, les questions d’accessibilité des œuvres aux personnes en situation de handicap4, sont intimement liés à ce qui fait la raison d’être de notre métier : garantir à chacun l’accès à la connaissance et à la culture5. Le rejet du monde numérique maintient dans une ignorance, non pas coupable, mais dangereuse, et pas tant pour la profession que pour les valeurs qu’elle défend.

Repenser la formation pour favoriser l’acculturation

On n’effacera pas facilement cette stigmatisation. En revanche, il est possible et nécessaire d’en acculturer les victimes au monde numérique. Il faut pour cela dépasser ce rejet, et non pas l’encourager. Il semble important dans cet objectif de distinguer clairement dans ce domaine la formation de l’information. Ce que je désigne ici comme formation est l’apprentissage de connaissances ou de savoir-faire nécessaires à l’exécution d’une tâche. On présente un outil par sa finalité et son utilisation : à quoi ça sert, et comment on s’en sert. Il est inutile et préjudiciable d’introduire la formation par un long cours théorique sur les rouages de la machine ou ses précédentes versions. Une formation factuelle rendra les numériquement incapables efficaces avec l’outil – c’est tout ce qu’ils demandent. Il semble également intéressant de proposer régulièrement des micro-formations, de l’ordre des “trucs et astuces”, qui permettent d’économiser du temps ou de l’énergie, plus efficaces à mes yeux que de longues formations qui se voudraient exhaustives6. Par petites touches, les numériquement incapables se familiarisent ainsi avec leurs outils, et savent les manier pour ce qu’ils veulent en faire au quotidien – sans se voir imposer la démonstration de tout ce que l’outil permet de faire, mais qu’ils ne feront jamais.

Quant à ce que j’appelle l’information, c’est à dire les formations principalement théoriques sur des aspects de l’univers numérique, elles doivent être captivantes. L’information est un documentaire, destiné à approfondir ou élargir sa culture professionnelle et personnelle, pas un cours magistral préalable à une application concrète et prochaine. Ces présentations sont tributaires de l’économie de l’attention. Malgré notre environnement universitaire, il ne s’agit pas de cours magistraux : le public n’est pas captif, et il n’y aura pas d’examen à la fin de l’année. On pourra également proposer des informations courtes sur (ce que l’on pense être) des bases ou des prérequis pour comprendre le numérique : une présentation de quelques langages informatiques présents sur le web et leurs particularités, par exemple, ou de certaines ressources en ligne. Si ces connaissances sont acquises par chacun, les “brefs rappels” (comme le XML en 3 minutes) qui ouvrent trop souvent des conférences déjà ardues ne seront peut-être plus nécessaires ; ceux-ci en tout cas sont généralement inefficaces : trop longs pour ceux qui savent, trop courts (et démotivants) pour ceux qui ignorent.

Enfin, le formateur doit trouver la place la plus appropriée dans le processus d’acculturation. Il n’est pas toujours nécessaire que la formation soit dispensée dans une salle (de classe), une organisation compliquée pour un évènement ponctuel. Quand c’est possible, peut-être devrait-on privilégier des bases de connaissances, des didacticiels concrets, pas-à-pas : des modes d’emploi factuels pour des outils du quotidien. Ce que le numériquement incapable sait faire tout seul (quitte à devoir chercher la méthode) n’est plus pour lui objet d’une crainte ou d’un rejet. De même, le choix du formateur a son importance. L’ingénieur documentaire connait plus son public que l’informaticien, le bibliothécaire connait mieux l’établissement que le commercial. De manière générale, bien souvent la connaissance des problématiques est bien plus fondamentale que les connaissances techniques, et à coup sûr que la compréhension du fonctionnement théorique. Je préfère qu’on comprenne mes questions sans toujours savoir y répondre, plutôt qu’on me réponde toujours, mais systématiquement à coté – à plus forte raison si on me fait comprendre que c’est parce que je ne sais pas m’exprimer.

Cette acculturation doit permettre une meilleure compréhension entre numériquement capables et incapables, et partant de là l’instauration d’un dialogue, et une inspiration mutuelle. Car s’il est judicieux de savoir utiliser les compétences et centres d’intérêt de chacun, il l’est également de décloisonner ces catégories artificielles – pour que les solutions des uns répondent aux attentes des autres.

  1. À la  bibliothèque Sainte-Barbe, quelques acquéreurs ont dû changer eux-mêmes l’encodage de caractères de l’export CSV de leur panier d’acquisitions – sait-on faire ça quand on est nul ? []
  2. Le numériquement capable a lui-même de bonnes raisons d’être sur la défensive : s’il peut être aujourd’hui à la mode de se qualifier soi-même de geek, ce terme a toujours son aspect péjoratif (incapacité sociale, sentimentale et sexuelle). Ici, encore, stigmatisation. []
  3. Comme par exemple le groupe d’incubation “Bibliothèques et web de données” au sein du World Wide Web Consortium (l’organisme de normalisation du web), dont une traduction du rapport est disponible ici. []
  4. Le format Epub est un cousin proche d’un format Daisy, destiné aux personnes empêchées de lire des documents imprimés, mais les DRM bloquent les fonctionnalités d’accessibilité. []
  5. Sur ces sujets, suivre les travaux du collectif Savoirs Com1, qui milite pour la préservation et la promotion de la création comme du partage des biens communs informationnels. []
  6. Voir par exemple les idées d’ateliers proposées sur Bibliopedia à l’initiative de Sylvain Machefert []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

10 réflexions sur “ Numériquement incapables : stigmatisation et acculturation ”

  1. Encore un excellent billet !

    J’ajouterai que le mépris dont font preuve – plus ou moins volontairement – “ceux qui savent” envers les “numériquement incapables” accentue le rejet total du numérique.

    Soyons donc attentifs à ne pas trop être condescendants, quel que soit le sujet que nous maîtrisons.

  2. Ta référence au Métro dont tu n’est pas spécialiste me fait penser à ce tweet de Rémi Mathis d’il y a quelques mois qui m’avait amusé : https://twitter.com/RemiMathis/status/261798950347083776

    Quant à ce billet, merci d’avoir pris le temps de le rédiger, ce sont des réflexions que j’ai eues et qui m’ont parfois conduit à une certaine démotivation face aux demandes d’information non suivies de mise en pratique. La solution des ateliers en une heure que nous avons mis en place depuis l’an dernier à Bordeaux 3 (merci pour la mention de la page bibliopedia, on attend vos idées dessus !) me semble sur ce point là assez intéressante. Se libérer une heure est envisageable pour la plupart des collègues et permet de cibler des points précis sans (trop) s’encombrer de théorie.

    MAIS une fois la phase d’(in-)formation effectuée, il faut prendre le temps de s’autoformer et c’est là que ça bloque souvent. Suivre tous les ans une formation à un logiciel de gestion bibliographique par exemple parce qu’ “on nesait plus comment ça marche et qu’on a besoin de réviser” me semble traduire un problème, même si ça ne dure qu’une heure, et pour cela je n’ai pas la solution. Heureusement la semaine dernière une collègue à qui j’avais présenté Zotero m’a annoncée qu’elle faisait ses paniers hors Electre à l’aide de Zotero, petite satisfaction de formateur car tout n’est pas que noir :)

  3. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  4. Sans doute ton meilleur billet, parce qu’il prend pas mal de recul.
    Le fait de ne pas savoir est considéré comme honteux en France, enfin culturellement ça semble très marqué. On n’a pas le droit d’ignorer, ça contribue à discriminer.

  5. Merci à vous trois.

    Concernant la condescendance, il faut effectivement lutter contre, pour se sortir du rôle que la société semble vouloir nous donner.

    Concernant les habitudes de remises à niveau annuelle sur un logiciel utilisé quotidiennement, je ne sais pas trop. Il faut voir ce qu’ils en tirent véritablement. C’est peut-être surtout l’occasion d’échanges entre utilisateurs, ou de partage de trucs et astuces – et pourquoi pas rendre ça plus officiel, puisque c’est tout à fait légitime : une sorte de Catalogage Camp interne.

    Et sinon, le principe de “base de connaissance” en interne, facile à interroger et organisée par tâches / problèmes (du point de vue de l’utilisateur), c’est plutôt efficace pour les cas particuliers qu’on oublie d’un coup sur l’autre – et l’autoformation.

    Quant à la satisfaction du formateur, j’espère bien que tu la rencontres de temps en temps, Sylvain ! Et ça montre une qualité importante du formateur. Pas qu’elle ait compris Zotero, hein. Pas non plus qu’elle ait été convaincue de l’utiliser. Le fait que ça te fasse plaisir.

  6. Pour la formation annuelle, si elle était l’occasion d’échanger sur les trucs & astuces d’un outil très bien, le problème (dans les situations auxquelles je pense) c’est qu’on est plutôt sur un cycle : j’aimerais utiliser mais je ne sais pas faire il faut me former (pour Zotero je reste d’ailleurs sceptique) -> je me forme -> je ne mets pas en application -> je reviens à l’étape 1 …

  7. J’ai été pendant de nombreuses années animateur B2I pour des établissements primaires. Je n’ai jamais considéré mon poste comme pérenne mais comme une transition pour l’équipe enseignante de prendre en main le B2I pour son évaluation et la validation de ses compétences. J’en suis arrivé, avec le temps, à considérer l’absence de culture numérique des enseignants que vous qualifiez pertinemment d’aculture comme l’handicap principal de la non-intégration des TICE dans certaines écoles. Naïvement, je croyais que l’auto-formation faisait aussi partie du métier, normalement.

    Pour revenir à l’introduction à votre article, je n’ai jamais vraiment compris, moi qui suis “littéraire” de formation, pourquoi des enseignants de collège, littéraires également : histoire-géographie, considéraient comme “scientifique” l’usage d’un ordinateur en 2011, pour parler du logiciel pronote.

    Sur mon blog : L’intégration des TIC dans l’enseignement, c’est pour quand… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">