Burning knowledge – Chris Makarsky – CC BY-NC-SA - rt - n

Burn AFTER reading…

Burning knowledge – Chris Makarsky – CC BY-NC-SA

 

Préambule

Il y a quelques mois, le collectif Les 451 faisait parler de lui, sur le thème courageux1  de la défense d’une certaine idée du livre et de la lecture qui serait incompatible avec le mercantilisme obscène d’Internet et du livre numérique. Sur le fond, je suis en total désaccord, d’autres ont déjà défendu mon point vue – et Cécile Arènes en a même profité pour parler de tomates et de vaches. Mais c’est le nom du collectif qui m’intéresse aujourd’hui.

Un nom chargé de sens

Il s’agit bien sûr d’une référence à Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. L’histoire d’une société où les pompiers n’éteignent pas les feux, mais brûlent les livres qui empêchent l’abrutissement collectif, et donc créent mal-être et asociabilité2. Je sous-entends que c’est évident, mais en fait je n’avais jamais lu ce livre, et sans doute ne suis-je pas le seul. Un collègue spécialiste des dystopies m’a fortement incité à combler cette lacune, et j’ai suivi son conseil. Je l’ai dévoré sur ma liseuse (par esprit de contradiction3), et je me suis aperçu que si ça se trouve, avant de nommer leur collectif, les 451 ne l’avaient peut-être pas relu si attentivement que ça.

Le passage qui m’a sauté aux yeux

C’est Faber qui parle, un vieil érudit qui aide le héros à sauver les livres :

Quel incorrigible romantique vous faites ! Ce serait drôle si ce n’était pas si grave. Ce n’est pas de livres que vous avez besoin, mais de ce qu’il y avait autrefois dans les livres. De ce qu’il pourrait y avoir aujourd’hui dans les “familles” qui hantent nos salons. Télévisions et radios pourraient transmettre la même profusion de détails et de savoir, mais ce n’est pas le cas. Non, non, ce ne sont nullement les livres que vous recherchez ! Cela, prenez-le où vous pouvez le trouver, dans les vieux disques, les vieux films, les vieux amis ; cherchez-le dans la nature et en vous-même. Les livres n’étaient qu’un des nombreux types de réceptacles destinés à conserver ce que nous avions peur d’oublier. Ils n’ont absolument rien de magique. Il n’y a de magie que dans ce qu’ils disent, dans la façon dont ils cousent les pièces et les morceaux de l’univers pour nous en faire un vêtement.4

Quand on défend l’idée qu’un livre numérique ne sera jamais un vrai livre5, il faut faire attention aux références que l’on revendique.

  1. À un certain niveau, défendre certaines causes sur Internet, ça demande du courage, tant on ouvre le flanc à la critique. Un peu comme cette vieille dame qui osait tout, même accuser les jeux vidéos de mener au meurtre d’enfants. []
  2. Le résumé est de moi. Vous trouverez plus de détails sur le blog du collectif : ils reproduisent une partie de la page Wikipedia consacrée au roman (ils ne sont pas à une contradiction près : la photo qui illustre le blog, et représente les ruines de la bibliothèque de la Holland House détruite en 1940, est-elle vraiment libre de droits ?). []
  3. Comment ça il n’est pas commercialisé en ebook ? Ne posez pas de question, vous n’aurez pas de réponse embarrassante. []
  4. Fahrenheit 451, Ray Bradbury, traduit de l’américain par Henri Robillot. []
  5. Je cite : “(…) nous refusons d’emblée le terme de « livre numérique » : un fichier de données informatiques téléchargées sur une tablette ne sera jamais un livre”. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ Burn AFTER reading… ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">