Tous les articles par Pierre Marige

Burning knowledge – Chris Makarsky – CC BY-NC-SA - rt - n

Burn AFTER reading…

Burning knowledge – Chris Makarsky – CC BY-NC-SA

 

Préambule

Il y a quelques mois, le collectif Les 451 faisait parler de lui, sur le thème courageux1  de la défense d’une certaine idée du livre et de la lecture qui serait incompatible avec le mercantilisme obscène d’Internet et du livre numérique. Sur le fond, je suis en total désaccord, d’autres ont déjà défendu mon point vue – et Cécile Arènes en a même profité pour parler de tomates et de vaches. Mais c’est le nom du collectif qui m’intéresse aujourd’hui.

Un nom chargé de sens

Il s’agit bien sûr d’une référence à Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. L’histoire d’une société où les pompiers n’éteignent pas les feux, mais brûlent les livres qui empêchent l’abrutissement collectif, et donc créent mal-être et asociabilité2. Je sous-entends que c’est évident, mais en fait je n’avais jamais lu ce livre, et sans doute ne suis-je pas le seul. Un collègue spécialiste des dystopies m’a fortement incité à combler cette lacune, et j’ai suivi son conseil. Je l’ai dévoré sur ma liseuse (par esprit de contradiction3), et je me suis aperçu que si ça se trouve, avant de nommer leur collectif, les 451 ne l’avaient peut-être pas relu si attentivement que ça.

Le passage qui m’a sauté aux yeux

C’est Faber qui parle, un vieil érudit qui aide le héros à sauver les livres :

Quel incorrigible romantique vous faites ! Ce serait drôle si ce n’était pas si grave. Ce n’est pas de livres que vous avez besoin, mais de ce qu’il y avait autrefois dans les livres. De ce qu’il pourrait y avoir aujourd’hui dans les “familles” qui hantent nos salons. Télévisions et radios pourraient transmettre la même profusion de détails et de savoir, mais ce n’est pas le cas. Non, non, ce ne sont nullement les livres que vous recherchez ! Cela, prenez-le où vous pouvez le trouver, dans les vieux disques, les vieux films, les vieux amis ; cherchez-le dans la nature et en vous-même. Les livres n’étaient qu’un des nombreux types de réceptacles destinés à conserver ce que nous avions peur d’oublier. Ils n’ont absolument rien de magique. Il n’y a de magie que dans ce qu’ils disent, dans la façon dont ils cousent les pièces et les morceaux de l’univers pour nous en faire un vêtement.4

Quand on défend l’idée qu’un livre numérique ne sera jamais un vrai livre5, il faut faire attention aux références que l’on revendique.

  1. À un certain niveau, défendre certaines causes sur Internet, ça demande du courage, tant on ouvre le flanc à la critique. Un peu comme cette vieille dame qui osait tout, même accuser les jeux vidéos de mener au meurtre d’enfants. []
  2. Le résumé est de moi. Vous trouverez plus de détails sur le blog du collectif : ils reproduisent une partie de la page Wikipedia consacrée au roman (ils ne sont pas à une contradiction près : la photo qui illustre le blog, et représente les ruines de la bibliothèque de la Holland House détruite en 1940, est-elle vraiment libre de droits ?). []
  3. Comment ça il n’est pas commercialisé en ebook ? Ne posez pas de question, vous n’aurez pas de réponse embarrassante. []
  4. Fahrenheit 451, Ray Bradbury, traduit de l’américain par Henri Robillot. []
  5. Je cite : “(…) nous refusons d’emblée le terme de « livre numérique » : un fichier de données informatiques téléchargées sur une tablette ne sera jamais un livre”. []
Computers at Luther 1983 – Luther College Photos – CC BY-NC-SA - rt2

Numériquement incapables : stigmatisation et acculturation

Computers at Luther 1983 – Luther College Photos – CC BY-NC-SA

Préambule

Le fait pour un bibliothécaire d’être créateur de contenus sur le web, et de s’inscrire dans un réseau virtuel et informel de confrères fausse sa vision de son univers professionnel. On en vient à imaginer que l’ensemble de ses collègues partagent cet intérêt, ou du moins cette familiarité avec l’environnement numérique. C’est pourtant faux : comme dans le reste de la société, de nombreux bibliothécaires semblent non seulement peu à l’aise, mais réfractaires à tout ce qui touche à l’informatique. Il s’agit clairement d’une stigmatisation : on se conforme à ce que l’environnement a décidé qu’on était. “Moi, de toutes façons, j’y comprends rien”.

Une stigmatisation argumentée

“Je n’ai pas l’esprit scientifique”, “Les mathématiques et moi, ça fait deux”. Notre société accepte sans le moindre scrupule – ni, à ma connaissance, la moindre validation scientifique – qu’une partie d’entre nous ne soient “pas faits pour les maths”. Cela serait naturel, intrinsèque, parfois vaguement héréditaire, et détecté dès l’école. Après avoir fait  le tri entre les “manuels” et les “intellectuels”, on scinde donc ces derniers en deux groupes : les scientifiques et les littéraires. Cette opposition est purement sociale et hiérarchisée. On aura beau mythifier le poète et moquer la “science des ânes”, les littéraires sont plus à l’aise avec l’orthographe, mais ce sont les scientifiques qui dominent le monde. J’en veux pour preuve que cette distinction est fortement genrée – et il va sans dire que la catégorie la plus féminine n’est pas la plus valorisée.

Cette séparation est arbitraire et absurde, et nécessite une argumentation qui défie toute logique pour résister à sa propre analyse. Ainsi, la langue allemande, prisée des élèves des filières scientifiques serait, parce que langue à déclinaisons, plus scientifique que d’autres. En bibliothèque, on peut alors être “naturellement” de l’une ou l’autre catégorie : le livre attire, c’est logique, les littéraires, mais notre rapport particulier au classement est très scientifique. Les reliures anciennes, c’est de l’histoire, et une certaine poésie (l’odeur du cuir, du papier, et les jolies estampes) ; ou plutôt des conditions de conservation très techniques, mêlant artisanat minutieux et analyses en laboratoire. Bref, on trouve toujours comment expliquer et démontrer son appartenance à la catégorie que la société a choisie pour nous, la stigmatisation ne souffrant pas la contradiction. Si je ne suis pas ce que je suis censé être, je ne suis plus rien.

Une tentative courante de démonstration de cette inégalité est le prétendu choc des générations face à l’informatique. On est trop vieux, visiblement plus en difficulté avec le numérique que les plus jeunes qui ont grandi avec. Il est pourtant flagrant pour qui occupe des plages de renseignement en salle de lecture de bibliothèque universitaire que ces digital natives ne sont pas naturellement si doués que ça. On en voit suffisamment se débattre avec les serveurs d’impression, les photocopieurs, le wifi, le catalogue en ligne, les automates de prêts, et l’ensemble des services numériques que nous leur proposons pour réaliser que cette présumée facilité liée à l’âge n’existe pas. Il est même notable qu’une grande part de l’évolution de nos outils informatiques a consisté à les rendre plus simples d’utilisation : l’usager d’aujourd’hui a besoin de moins d’apprentissage technique que celui d’hier. De toutes façons, il est toujours simple de trouver des informaticiens de plus de quinze ans, preuves vivantes que l’âge n’a pas grand-chose à voir à l’affaire. Mais si ce n’est pas une question d’âge, c’est donc une question de nature. On y revient.

Il est difficile pour qui se considère à l’aise avec l’informatique de comprendre ce qui justifie que des bibliothécaires se croient numériquement incapables. Comme la plupart des employés de bureaux, ils utilisent quotidiennement courrier électronique, traitement de texte et tableur, et internet. L’outil informatique est omniprésent dans leur environnement professionnel, et avec un niveau de complexité élevé. Le profane serait désarmé devant les bases de données, les services de référence virtuels et les SIGB. Unimarc n’est pas un format de métadonnées très intuitif et WinIBW ne saurait être qualifié de logiciel à la prise en main facile.1 Pourtant, cette spécialisation technique qui semble contredire ce sentiment d’incapacité numérique n’est pas un argument entendu. Car pour ces tâches spécifiques, ils ne font que suivre aveuglément des procédures, où les manipulations sont expliquées pas à pas. Ils ne comprennent pas véritablement tous les rouages, et se contentent, après apprentissage, d’utiliser des outils. C’est bête et méchant.

Là encore, il s’agit de stigmatisation. On dévalorise ce que l’on fait, pour ne pas quitter sa classe. Parce qu’à la réflexion, on ne comprend jamais tous les processus ni toutes les implications des faits de notre quotidien. Je sais prendre le métro, je ne me qualifierais pas de “nul en transports en commun”, et pourtant je n’ai qu’une compréhension vague et erronée du fonctionnement technique du métro. Et, même si les désignés numériquement incapables l’ignorent souvent, les désignés capables sont dans la même situation avec l’informatique. Je ne sais pas du tout comment fonctionne Excel, je sais juste en utiliser quelques fonctionnalités. Tous les programmeurs ont déjà collé du code trouvé ailleurs, sans trop le comprendre, au milieu d’un programme. Et même s’il existe des génies de l’informatique, tout ce qui distingue un soi-disant doué d’un pas doué, c’est l’apprentissage. Et comme pour tout apprentissage, il n’est possible que si on en a envie ou besoin. À notre niveau, les prédispositions naturelles n’existent pas – ou du moins, elles ne sont pas nécessaires.

Le rejet impossible

À l’instar du renard qui trouve trop vert le raisin inaccessible, les victimes de stigmatisation construisent un rejet de ce qui leur est interdit. Gardons nous de sourire, ou d’y voir une forme de jalousie : ce rejet est sincère et compréhensible, parce que réciproque. On peut observer cette réaction chez tous les groupes qui subissent une discrimination. Le rejet de la classe dominante n’est pas toujours rationnel, constructif ni même juste : il n’en est pas moins réel. Les classes qui se sentent privées du pouvoir de décision politique répondent par un rejet  de la classe politique. De même, dans une société qui donne une valeur morale à l’hygiène de vie, celui qui se sent exclu de l’ensemble des gens responsables et raisonnables qui vivent sainement rejettera ces principes et se posera en bon-vivant.

Les numériquement incapables se montrent donc parfois réfractaires avec tout ce qui semble toucher au monde informatique. L’argument soulevé étant que cela ne les intéresse pas. Argument difficile à contredire : le monde regorge de centres d’intérêt potentiels qui nécessitent un arbitrage dans l’ordre des priorités – c’est le principe de l’économie de l’attention. Mais s’il est légitime de ne pas se passionner pour les rouages internes de l’outil, et de n’en rechercher que la fonctionnalité, ce rejet est en réalité plus profond qu’un défaut d’intérêt. On se heurte parfois à des refus catégoriques devant la présentation de campagnes sur les réseaux sociaux, la formation à des logiciels, ou de simples conseils ou astuces pour optimiser l’utilisation d’outils informatiques. Ce rejet semble, souvent à raison, irrationnel. Sans doute est-il en partie motivé par la peur de devoir exhiber son incompétence, et de se trouver ainsi en position de souffrance. Le numériquement capable qui propose se heurte à un rejet qui semble indépassable, dont la virulence est pour lui incompréhensible, et en réaction contribue à la construction de cette barrière : ils ne veulent pas comprendre, ils sont irrécupérables.2

Seulement, ce rejet pur et simple du monde informatique n’est pas possible. Ces technologies, aussi nouvelles que je suis un nouveau-né,  sont omniprésentes dans nos vies professionnelles et bien souvent privées. Dans le monde des bibliothèques plus particulièrement, elles sont au cœur de nombreuses facettes de notre métier. Tout d’abord parce que parmi nos publics certains n’ont accès à Internet et aux outils informatiques de base que chez nous. Si en 2010 l’Insee évaluait à plus de 64% le nombre de foyers équipés d’Internet, cela signifie surtout que plus de 35% n’en sont pas équipés. Quant aux raisons de non équipement indiquées par les répondants, il s’agit souvent du prix ou d’un sentiment d’incompétence. La bibliothèque a clairement un rôle à jouer dans la compensation de cette fracture numérique.

Dans les bibliothèques universitaires, notre cœur de cible semble plus équipé : plus de 93% chez les 15-29 ans. Mais on n’atteint toujours pas les 100%, et la tranche d’âge semble trop large pour évaluer précisément le taux d’équipement des étudiants ayant quitté le domicile parental. En outre, ce public universitaire présente des besoins plus importants en matière d’innovation et de technicité que le grand public : bases de données complexes, bibliothèques numériques, validation des sources, et recherches très précises nécessitant un important travail de médiation numérique. Et le rôle des bibliothèques est central dans les métamorphoses d’Internet. Le web des données, l’évolution des modèles de catalogage, sont l’avenir de la profession. Nous avons l’habitude de penser que nous nous adaptons, souvent avec peine et retard, aux “nouvelles” technologies numériques, mais c’est faux. Nous ne nous y adaptons pas, nous participons à leur création3 : cette image de trainards n’est qu’un complexe non fondé, et le fruit d’une stigmatisation.

Enfin, ce rejet nous empêche de nous intéresser collectivement avec l’attention nécessaire à des questions touchant aux idéaux de société sur lesquels se fonde le cœur de notre profession. L’évolution de l’économie du livre numérique est un domaine qui nous concerne directement, et où nous devons donner notre point de vue sans rejeter la question au prétexte du mot numérique. Les sujets comme les biens communs, la sauvegarde du domaine public , les open data, l’open access aux publications scientifiques, les questions d’accessibilité des œuvres aux personnes en situation de handicap4, sont intimement liés à ce qui fait la raison d’être de notre métier : garantir à chacun l’accès à la connaissance et à la culture5. Le rejet du monde numérique maintient dans une ignorance, non pas coupable, mais dangereuse, et pas tant pour la profession que pour les valeurs qu’elle défend.

Repenser la formation pour favoriser l’acculturation

On n’effacera pas facilement cette stigmatisation. En revanche, il est possible et nécessaire d’en acculturer les victimes au monde numérique. Il faut pour cela dépasser ce rejet, et non pas l’encourager. Il semble important dans cet objectif de distinguer clairement dans ce domaine la formation de l’information. Ce que je désigne ici comme formation est l’apprentissage de connaissances ou de savoir-faire nécessaires à l’exécution d’une tâche. On présente un outil par sa finalité et son utilisation : à quoi ça sert, et comment on s’en sert. Il est inutile et préjudiciable d’introduire la formation par un long cours théorique sur les rouages de la machine ou ses précédentes versions. Une formation factuelle rendra les numériquement incapables efficaces avec l’outil – c’est tout ce qu’ils demandent. Il semble également intéressant de proposer régulièrement des micro-formations, de l’ordre des “trucs et astuces”, qui permettent d’économiser du temps ou de l’énergie, plus efficaces à mes yeux que de longues formations qui se voudraient exhaustives6. Par petites touches, les numériquement incapables se familiarisent ainsi avec leurs outils, et savent les manier pour ce qu’ils veulent en faire au quotidien – sans se voir imposer la démonstration de tout ce que l’outil permet de faire, mais qu’ils ne feront jamais.

Quant à ce que j’appelle l’information, c’est à dire les formations principalement théoriques sur des aspects de l’univers numérique, elles doivent être captivantes. L’information est un documentaire, destiné à approfondir ou élargir sa culture professionnelle et personnelle, pas un cours magistral préalable à une application concrète et prochaine. Ces présentations sont tributaires de l’économie de l’attention. Malgré notre environnement universitaire, il ne s’agit pas de cours magistraux : le public n’est pas captif, et il n’y aura pas d’examen à la fin de l’année. On pourra également proposer des informations courtes sur (ce que l’on pense être) des bases ou des prérequis pour comprendre le numérique : une présentation de quelques langages informatiques présents sur le web et leurs particularités, par exemple, ou de certaines ressources en ligne. Si ces connaissances sont acquises par chacun, les “brefs rappels” (comme le XML en 3 minutes) qui ouvrent trop souvent des conférences déjà ardues ne seront peut-être plus nécessaires ; ceux-ci en tout cas sont généralement inefficaces : trop longs pour ceux qui savent, trop courts (et démotivants) pour ceux qui ignorent.

Enfin, le formateur doit trouver la place la plus appropriée dans le processus d’acculturation. Il n’est pas toujours nécessaire que la formation soit dispensée dans une salle (de classe), une organisation compliquée pour un évènement ponctuel. Quand c’est possible, peut-être devrait-on privilégier des bases de connaissances, des didacticiels concrets, pas-à-pas : des modes d’emploi factuels pour des outils du quotidien. Ce que le numériquement incapable sait faire tout seul (quitte à devoir chercher la méthode) n’est plus pour lui objet d’une crainte ou d’un rejet. De même, le choix du formateur a son importance. L’ingénieur documentaire connait plus son public que l’informaticien, le bibliothécaire connait mieux l’établissement que le commercial. De manière générale, bien souvent la connaissance des problématiques est bien plus fondamentale que les connaissances techniques, et à coup sûr que la compréhension du fonctionnement théorique. Je préfère qu’on comprenne mes questions sans toujours savoir y répondre, plutôt qu’on me réponde toujours, mais systématiquement à coté – à plus forte raison si on me fait comprendre que c’est parce que je ne sais pas m’exprimer.

Cette acculturation doit permettre une meilleure compréhension entre numériquement capables et incapables, et partant de là l’instauration d’un dialogue, et une inspiration mutuelle. Car s’il est judicieux de savoir utiliser les compétences et centres d’intérêt de chacun, il l’est également de décloisonner ces catégories artificielles – pour que les solutions des uns répondent aux attentes des autres.

  1. À la  bibliothèque Sainte-Barbe, quelques acquéreurs ont dû changer eux-mêmes l’encodage de caractères de l’export CSV de leur panier d’acquisitions – sait-on faire ça quand on est nul ? []
  2. Le numériquement capable a lui-même de bonnes raisons d’être sur la défensive : s’il peut être aujourd’hui à la mode de se qualifier soi-même de geek, ce terme a toujours son aspect péjoratif (incapacité sociale, sentimentale et sexuelle). Ici, encore, stigmatisation. []
  3. Comme par exemple le groupe d’incubation “Bibliothèques et web de données” au sein du World Wide Web Consortium (l’organisme de normalisation du web), dont une traduction du rapport est disponible ici. []
  4. Le format Epub est un cousin proche d’un format Daisy, destiné aux personnes empêchées de lire des documents imprimés, mais les DRM bloquent les fonctionnalités d’accessibilité. []
  5. Sur ces sujets, suivre les travaux du collectif Savoirs Com1, qui milite pour la préservation et la promotion de la création comme du partage des biens communs informationnels. []
  6. Voir par exemple les idées d’ateliers proposées sur Bibliopedia à l’initiative de Sylvain Machefert []

BD Concert : Les larmes de l’assassin

Préambule

J’ai eu l’opportunité samedi d’assister à un BD Concert présenté à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Champigny-sur-Marne, à l’occasion de la 2e Nuit à la médiathèque (pdf). Cette année, l’évènement était dédié à la bande-dessinée.

Le concept hybride du BD Concert

Les larmes de l’assassin est une bande-dessinée de Thierry Murat parue en 2011 aux Éditions Futuropolis, et librement adaptée du roman d’Anne-Laure Bondoux (Prix Sorcière 2004, entre autres). L’œuvre a été portée à l’écran par le plasticien Antoine Hacquin (en collaboration avec T. Murat), et la projection est accompagnée en live par le groupe Splendor in the grass. Ce n’est plus une bande-dessinée, pas non plus un film d’animation classique, et la musique est bien plus qu’un simple accompagnement.

Pourquoi en parler ?

Parce que c’était superbe. Le caractère intrinsèquement cinématographique de la bande dessinée se prête admirablement à l’animation (très réussie) du plasticien. La musique et l’image se mêlent et se soutiennent pour faire vivre le récit. On passe 45 minutes poétiques et captivantes.

En outre, toutes les initiatives réussies pour contribuer à valoriser l’image de la bande-dessinée – et à dépasser son statut, toujours existant au yeux de certains, de sous-littérature destinée par nature à un public enfant1 – sont bonnes à prendre.

Enfin, parce que ce type d’animation est novateur, et semble particulièrement pertinent pour une médiathèque, touchant à la fois à plusieurs expressions artistiques. Il mérite donc un peu de publicité.

L’omniprésente question du droit d’auteur

Il va sans dire que ce type de mash-up pose des questions de droit complexes. À ma connaissance, aucun contrat d’édition ne prévoit déjà explicitement la réutilisation d’une bande dessinée pour un BD concert. Celui-ci a donné lieu à un accord écrit passé avec la maison d’édition, et n’est possible que parce que l’auteur de la bande-dessinée est présent depuis l’origine du projet, et parce que chaque prestation met en lumière le travail de chacun des artistes – et donc assure à tous une certaine publicité. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ce concept, ainsi que son nécessaire futur cadre légal – tout en restant vigilant, comme il faut l’être pour tout ce qui concerne le droit d’auteur.

Où le voir ?

Splendor in the grass2 présentera ce BD concert à Mondouzil, dans cadre des Métropolitaines 2012 de la Boutique d’Écriture du Grand Toulouse le 30 novembre prochain. Si vous êtes dans le coin…

  1. En partant d’ailleurs du principe que les enfants sont un sous-public, peu à même de s’intéresser aux mêmes problématiques que les adultes. Sur le thème : “quitte à avoir des préjugés, autant qu’ils soient nombreux et stupides”. []
  2. Si le concept est novateur, le groupe ne joue par pour autant que des BD concert. Splendor in the grass, c’est aussi çà. []

What is Hip ?

Hipster Hangout - Sean Connors - CC BY-NC-ND

Préambule

Nous autres professionnels des bibliothèques sommes intrinsèquement favorables à tout ce qui encourage la bibliodiversité. En outre, c’est toujours avec une certaine fierté que l’on entend “Comment peut-on s’inscrire dans votre bibliothèque ? Je cherche un livre particulier, et il semble que vous soyez parmi les seuls à l’avoir”. Il n’empêche que le fait qu’un livre soit présent dans d’autres bibliothèques peut laisser présager qu’il est soit pertinent soit attendu. Sa popularité auprès des confrères est le signe d’une potentielle recommandation actuelle ou à venir. Pour tout dire, s’ils l’ont tous, on devrait peut-être l’avoir aussi.

Les nouveautés qui sont peut-être déjà à la mode

J’ai bricolé cette page : What is Hip ?1 Elle va chercher les nouveautés de deux sites :

Pourquoi ces deux-là ? Parce que leurs publications sont de haute qualité, très souvent pertinentes pour mes fonctions d’acquisition, et parce que les sites sont bien faits, agréables à consulter, et pratiques à réutiliser.

Parmi ces nouveautés, la page n’affichera que celles présentes sur le Sudoc, en les triant selon le nombre de bibliothèques qui les possèdent déjà. En outre, si l’on fournit le n° RCR d’une bibliothèque, la page signalera les documents qui y sont disponibles.

Les résultats sont présentés sous la forme d’un tableau. Le nombre de bibliothèques est lié à leur liste sur le Sudoc, et le titre et la vignette sont liés à la notice complète sur le site d’où ils sont tirés.

Aspect technique

Sans entrer dans les détails (même si je les tiens à disposition pour les plus curieux), les données “éditeur” sont récupérées par une page en PHP (une page par site source) qui produit un arbre XML pour chacun des titres. La page principale va y chercher ses informations. Quant aux données Sudoc, elles sont issues des webservices de l’Abes – avec lesquels j’avais envie de m’amuser.

Il reste quelques bugs d’affichage, et la récupération des données étant parfois très longue (et lente), le navigateur  propose parfois d’arrêter le script – en lui intimant de continuer quand même, ça fonctionne bien.

  1. “Qu’est-ce qui est branché ?”, en référence au morceau de Tower of Power []

Veille numérique sans agrégateur

Schéma de veille - CC0

Préambule

Cécile Arènes est une veilleuse aguerrie. Elle participe au Bouillon des bibliobsédés, dissémine ses trouvailles, et publie une veille mensuelle enrichie sur son blog : la série En BUtinant (anciennement Du coté des BU).  Comme la plupart des utilisateurs d’Internet, elle a utilisé plusieurs outils, au fur et à mesure de leur mise en ligne, qui ont fini par s’accumuler, voire s’enchevêtrer. En outre, le recours à ces services, tellement pratiques, développés par des entreprises privées, a tendance à nous amener à faire reposer notre travail sur des fondations instables : dès que l’entreprise change sa politique, son offre de services, ses tarifs, voire disparait, tout risque de s’écrouler1. Une fonctionnalité de l’agrégateur Google reader l’a ainsi obligée à modifier l’organisation de sa veille. Et celle-ci était devenue un peu … compliquée.

Alors qu’elle réfléchissait en gazouillant à une méthode pour remettre tout ça à plat, je lui ai présenté mon fonctionnement de veille. Cécile a fini par réussir à “démêler l’écheveau”, et a publié, sur requête twitterienne, sa nouvelle organisation. Et comme le partage des procédures peut toujours se révéler utile, voici mon fonctionnement à moi.

Mes libertés de veilleur fainéant, et mes rares impératifs

Ma veille est brute, et ne donne lieu à aucun enrichissement : pas de commentaire, pas de mise en perspective, pas même de tag (d’autres font ça très bien, avec beaucoup de pertinence). Je me contente de signaler les ressources, avec pour message implicite : “j’ai lu, ça m’a semblé intéressant”.

Je ne veille pas sur la presse, ni sur les sources généralistes en guettant des mots-clés. Je ne suis abonné qu’à des blogs liés au monde des bibliothèques – pour les articles de sources que je ne suis pas, je compte sur la recommandation des veilleurs plus consciencieux.

Je veux pouvoir veiller de chez moi, au travail, et surtout où je veux sur mon téléphone malin. Et je ne veux pas avoir à maintenir mes abonnements à plusieurs endroits.

Je veux présenter les sources que je recommande via Twitter à ma façon : Titre / Auteur. – Url 2, pour différencier ces tweets d’une publication manuelle sans perdre de caractères avec un [Veille], et en mentionnant l’auteur.

Je n’ai pas de compte Facebook, mais je suis rarement déconnecté de Twitter – ma principale source de recommandations.

Le fonctionnement

J’ai créé un compte robot sur Twitter : @akaVeille. Tous les flux Rss des sources que je suis sont entrés sur le compte akaVeille If This Then That (IFTTT), qui publie pour chaque nouvel item un tweet sous la forme {{EntryTitle}} / Auteur. – {{EntryUrl}} (c’est moi qui choisis la forme du nom de l’auteur, une fois pour toutes). Je dois donc créer une tâche à chaque nouvel abonnement à un blog, et puis c’est tout (en revanche, la navigation entre les différents abonnements est peu pratique – liste non triable).

Tous les nouveaux articles de ces sources donnent donc lieu à un tweet du robot, auquel je suis abonné avec mon vrai compte. Twitter est mon agrégateur : je suis prévenu en temps réel des nouvelles parutions dans ma TL, et pour rattraper du retard, je n’ai qu’à aller voir la page d’@akaVeille.

Quand je souhaite partager un article, je le passe en favori sur Twitter (juste une étoile à cliquer). Le compte akaReup d’IFTTT3 ajoute à mon compte Delicious les articles ainsi signalés, avec comme tag akaveille et comme description le texte du tweet (Titre / Auteur. – Url). Quand je repère une ressource par un autre biais (sérendipité ou recommandation), je l’ajoute directement à Delicious, en saisissant manuellement le tag veille et la description Titre / Auteur. – . Passer un tweet en favori et enregistrer un signet Delicious sont des actions très simples, même sur un terminal mobile.

Mon compte Delicious produit un flux Rss pour le widget de ce carnet, et mon compte IFTTT publie automatiquement sur mon compte Twitter la description des items tagués akaveille, et la description + l’Url des items tagués veille4. Il les ajoute également à mes comptes Diigo et Read It Later (que je n’utilise pas, mais pourquoi pas : l’un est un canal de partage, l’autre m’avait paru utile à une époque).

  1. lire à ce sujet l’article d’Olivier Ertzscheid : Le jour où YouTube fermera []
  2. Un Isbd-like, par clin d’oeil []
  3. IFTTT n’admet qu’un seul compte pour chaque canal (Twitter, FB, Delicious…), il faut donc ouvrir plusieurs comptes IFTTT pour agir sur plusieurs comptes d’un même canal. []
  4. IFTTT peut isoler et copier un lien dans un tweet, mais pas tout le texte d’un tweet sauf le lien. L’utilisation de deux tags différents permet donc de ne pas doubler l’url de l’item pour les ressources issues d’un favori Twitter []