Archivos de la categoría Bricolages

What is Hip ?

Hipster Hangout - Sean Connors - CC BY-NC-ND

Préambule

Nous autres professionnels des bibliothèques sommes intrinsèquement favorables à tout ce qui encourage la bibliodiversité. En outre, c’est toujours avec une certaine fierté que l’on entend “Comment peut-on s’inscrire dans votre bibliothèque ? Je cherche un livre particulier, et il semble que vous soyez parmi les seuls à l’avoir”. Il n’empêche que le fait qu’un livre soit présent dans d’autres bibliothèques peut laisser présager qu’il est soit pertinent soit attendu. Sa popularité auprès des confrères est le signe d’une potentielle recommandation actuelle ou à venir. Pour tout dire, s’ils l’ont tous, on devrait peut-être l’avoir aussi.

Les nouveautés qui sont peut-être déjà à la mode

J’ai bricolé cette page : What is Hip ?1 Elle va chercher les nouveautés de deux sites :

Pourquoi ces deux-là ? Parce que leurs publications sont de haute qualité, très souvent pertinentes pour mes fonctions d’acquisition, et parce que les sites sont bien faits, agréables à consulter, et pratiques à réutiliser.

Parmi ces nouveautés, la page n’affichera que celles présentes sur le Sudoc, en les triant selon le nombre de bibliothèques qui les possèdent déjà. En outre, si l’on fournit le n° RCR d’une bibliothèque, la page signalera les documents qui y sont disponibles.

Les résultats sont présentés sous la forme d’un tableau. Le nombre de bibliothèques est lié à leur liste sur le Sudoc, et le titre et la vignette sont liés à la notice complète sur le site d’où ils sont tirés.

Aspect technique

Sans entrer dans les détails (même si je les tiens à disposition pour les plus curieux), les données “éditeur” sont récupérées par une page en PHP (une page par site source) qui produit un arbre XML pour chacun des titres. La page principale va y chercher ses informations. Quant aux données Sudoc, elles sont issues des webservices de l’Abes – avec lesquels j’avais envie de m’amuser.

Il reste quelques bugs d’affichage, et la récupération des données étant parfois très longue (et lente), le navigateur  propose parfois d’arrêter le script – en lui intimant de continuer quand même, ça fonctionne bien.

  1. “Qu’est-ce qui est branché ?”, en référence au morceau de Tower of Power []

Veille numérique sans agrégateur

Schéma de veille - CC0

Préambule

Cécile Arènes est une veilleuse aguerrie. Elle participe au Bouillon des bibliobsédés, dissémine ses trouvailles, et publie une veille mensuelle enrichie sur son blog : la série En BUtinant (anciennement Du coté des BU).  Comme la plupart des utilisateurs d’Internet, elle a utilisé plusieurs outils, au fur et à mesure de leur mise en ligne, qui ont fini par s’accumuler, voire s’enchevêtrer. En outre, le recours à ces services, tellement pratiques, développés par des entreprises privées, a tendance à nous amener à faire reposer notre travail sur des fondations instables : dès que l’entreprise change sa politique, son offre de services, ses tarifs, voire disparait, tout risque de s’écrouler1. Une fonctionnalité de l’agrégateur Google reader l’a ainsi obligée à modifier l’organisation de sa veille. Et celle-ci était devenue un peu … compliquée.

Alors qu’elle réfléchissait en gazouillant à une méthode pour remettre tout ça à plat, je lui ai présenté mon fonctionnement de veille. Cécile a fini par réussir à “démêler l’écheveau”, et a publié, sur requête twitterienne, sa nouvelle organisation. Et comme le partage des procédures peut toujours se révéler utile, voici mon fonctionnement à moi.

Mes libertés de veilleur fainéant, et mes rares impératifs

Ma veille est brute, et ne donne lieu à aucun enrichissement : pas de commentaire, pas de mise en perspective, pas même de tag (d’autres font ça très bien, avec beaucoup de pertinence). Je me contente de signaler les ressources, avec pour message implicite : “j’ai lu, ça m’a semblé intéressant”.

Je ne veille pas sur la presse, ni sur les sources généralistes en guettant des mots-clés. Je ne suis abonné qu’à des blogs liés au monde des bibliothèques – pour les articles de sources que je ne suis pas, je compte sur la recommandation des veilleurs plus consciencieux.

Je veux pouvoir veiller de chez moi, au travail, et surtout où je veux sur mon téléphone malin. Et je ne veux pas avoir à maintenir mes abonnements à plusieurs endroits.

Je veux présenter les sources que je recommande via Twitter à ma façon : Titre / Auteur. – Url 2, pour différencier ces tweets d’une publication manuelle sans perdre de caractères avec un [Veille], et en mentionnant l’auteur.

Je n’ai pas de compte Facebook, mais je suis rarement déconnecté de Twitter – ma principale source de recommandations.

Le fonctionnement

J’ai créé un compte robot sur Twitter : @akaVeille. Tous les flux Rss des sources que je suis sont entrés sur le compte akaVeille If This Then That (IFTTT), qui publie pour chaque nouvel item un tweet sous la forme {{EntryTitle}} / Auteur. – {{EntryUrl}} (c’est moi qui choisis la forme du nom de l’auteur, une fois pour toutes). Je dois donc créer une tâche à chaque nouvel abonnement à un blog, et puis c’est tout (en revanche, la navigation entre les différents abonnements est peu pratique – liste non triable).

Tous les nouveaux articles de ces sources donnent donc lieu à un tweet du robot, auquel je suis abonné avec mon vrai compte. Twitter est mon agrégateur : je suis prévenu en temps réel des nouvelles parutions dans ma TL, et pour rattraper du retard, je n’ai qu’à aller voir la page d’@akaVeille.

Quand je souhaite partager un article, je le passe en favori sur Twitter (juste une étoile à cliquer). Le compte akaReup d’IFTTT3 ajoute à mon compte Delicious les articles ainsi signalés, avec comme tag akaveille et comme description le texte du tweet (Titre / Auteur. – Url). Quand je repère une ressource par un autre biais (sérendipité ou recommandation), je l’ajoute directement à Delicious, en saisissant manuellement le tag veille et la description Titre / Auteur. – . Passer un tweet en favori et enregistrer un signet Delicious sont des actions très simples, même sur un terminal mobile.

Mon compte Delicious produit un flux Rss pour le widget de ce carnet, et mon compte IFTTT publie automatiquement sur mon compte Twitter la description des items tagués akaveille, et la description + l’Url des items tagués veille4. Il les ajoute également à mes comptes Diigo et Read It Later (que je n’utilise pas, mais pourquoi pas : l’un est un canal de partage, l’autre m’avait paru utile à une époque).

  1. lire à ce sujet l’article d’Olivier Ertzscheid : Le jour où YouTube fermera []
  2. Un Isbd-like, par clin d’oeil []
  3. IFTTT n’admet qu’un seul compte pour chaque canal (Twitter, FB, Delicious…), il faut donc ouvrir plusieurs comptes IFTTT pour agir sur plusieurs comptes d’un même canal. []
  4. IFTTT peut isoler et copier un lien dans un tweet, mais pas tout le texte d’un tweet sauf le lien. L’utilisation de deux tags différents permet donc de ne pas doubler l’url de l’item pour les ressources issues d’un favori Twitter []

Contrôle qualité de notices du Sudoc – version 2

keys - Judy van der Velden - CC-BY-NC-ND

Préambule

Il y a quelques mois, j’avais bricolé une page de contrôle de qualité de notices du Sudoc. L’objectif était de détecter automatiquement des erreurs courantes sur des lots de notices – erreurs plus liées à la forme qu’au contenu, et donc (souvent) corrigeables sans besoin de se référer au document. L’outil est par nature à l’usage de catalogueurs (très) consciencieux, ou plus probablement de correspondants catalogage. Sa mise en ligne avait entraîné une petite discussion, et des propositions d’améliorations. La publicité qui lui a été faite récemment m’a donc amené à lui apporter quelques modifications.

Les fonctionnalités de l’outil

À partir d’une liste de PPN copiés sur la page d’accueil, il va identifier :

  • La présence de double-espace (ou d’un apostrophe suivie d’un espace) : espace prévu dans le script pour des questions de lisibilité, qu’on omet parfois de supprimer.
  • L’absence de type de document correctement identifié (nouveau)
  • Les auteurs non liés à leur notice autorité
  • Les auteurs sans fonction définie (nouveau) : certaines collectivités auteurs ne devant pas être suivies d’un qualificatif de fonction1, elles seront donc signalées par erreur comme des anomalies.
  • Les collections non liées à leur notice autorité (nouveau) : les références au titre d’ensemble pour certaines monographies en plusieurs volumes, qui ne sont pas censées être liées à une notice, ne sont pas signalées.
  • Les sujets non liés à leur notice autorité : l’affichage public ne mentionne pas le thésaurus d’indexation, impossible donc d’éviter de signaler (par erreur) les sujets autres que Rameau.

En outre, la page de résultat propose maintenant de n’afficher que les notices pour lesquelles un anomalie a été signalée.

<mise à jour du 16/04/2012>Émilie Liard du SCD de Poitiers a réalisé et diffusé un tutoriel très clair pour l’utilisation de cet outil.</mise à jour>

Pour ceux que ça intéresse, j’ai remanié intégralement le script, pour y mêler PHP et Javascript, ce qui n’est pas très orthodoxe2 mais le rend – à mes yeux – plus lisible. Je le tiens à disposition des demandeurs.

Annexe : pourquoi est-ce important de faire des liens vers les notices autorités ?

La notice autorité d’une personne fournit parfois quelques informations biographiques, mais c’est loin d’être systématique. La notice autorité d’un sujet Rameau ne donne que rarement une définition du terme. Et ces deux notices ne sont même pas consultables sur le Sudoc public, alors pourquoi s’acharner à y lier auteurs et sujets ? À plus forte raison quand le Sudoc transforme automatiquement un auteur ou un sujet non lié en un lien de recherche par auteur ou par sujet ? Certains seraient tentés d’y voir un acharnement quasi-névrotique sur des détails insignifiants – ça colle tellement bien à l’image de la bibliothécaire à chignon qui n’interrompt son tricot que pour intimer le silence d’un chuintement rageur. Voire une complexification volontaire de tâches d’un autre temps, dans le but secret d’en demeurer les experts indiscutés – c’est compliqué ET rébarbatif – et d’assurer ainsi la pérennité de notre emploi bien pépère et confortable, tout en jouissant d’un sentiment de supériorité intellectuelle – ce qui ne colle pas trop mal non plus avec les stéréotypes liés à la profession.

Comme souvent, quand une explication se nourrit de stéréotypes, c’est qu’elle est erronée. Une notice autorité présente un identifiant unique. Faire le lien vers une notice permet de recenser toutes les autres notices liées à cette dernière. Ce n’est pas parce que c’est de l’Unimarc que ça n’est pas du web sémantique, fondé sur des relations. Petite analogie : une notice autorité, c’est l’anneau du porte-clés de votre résidence secondaire. Y sont attachées toutes les clés en rapport (le portail, la boite aux lettres, le garage, la porte principale, la porte des cuisines, le petit pavillon, le chenil, les écuries, la serre, le hangar à bateaux, etc.3). L’anneau réunit donc l’ensemble des clés de ce lieu, à l’exclusion de toute autre. Bien sûr, vous pourriez opter pour une caisse contenant l’intégralité de vos clés en vrac (résidences principale et secondaires, bureau, véhicules, appartement de Belle-Maman, …). La caisse contient beaucoup plus de clés, mais vous savez reconnaître une clé de boite aux lettres – vous connaissez les critères à rechercher. Cependant, pour partir en week-end prolongé, vous serez contraint d’emporter toutes vos clés de boites aux lettres – ben oui, elles se ressemblent toutes. Et puis, vous ne pourrez pas faire de bateau : vous aviez bien spécifié, quand vous avez fait faire la clé, qu’elle devait être ronde, comme celles du garage et des écuries, mais le serrurier s’est trompé, et elle est carrée – résultat, elle a échappé à votre recherche. Tant pis pour vous, il ne fallait pas négliger les liens vers les notices d’autorité4.

  1. Pour certains congrès. À moins que ce ne soient certains rapports. Voire même des catalogues d’exposition. Bref, ça arrive. []
  2. PHP est un langage de script côté serveur (c’est le serveur qui interprète le script), alors que Javascript est un langage côté client (c’est le navigateur qui interprète le script), les puristes évitent de les mélanger. []
  3. Ben quoi ? []
  4. En fait c’est même un peu plus compliqué, parce que si on poursuit l’analogie, la clé du hors-bord est à la fois sur le trousseau de la résidence secondaire (il s’y trouve), et sur celui des véhicules (c’en est un). Tout est donc lié et interconnecté. Mais ça implique de conserver en permanence avec soi l’ensemble de ses clés, et sabote mon analogie – tant pis, personne ne lit les notes de bas de page. []

Ce qu’on dit de nous

Photos originales : haut-gauche : Secrets - horrigans (CC BY-NC) ; haut-droite : whisper - shimonkey (CC BY-NC-SA) ; bas-gauche : Whisper - Chris Sgaraglino (CC BY-NC-SA) ; bas-droite : Whispering secrets - Cameron Maddux (CC BY-NC-SA)

Préambule

La bibliothèque offre comme tout le monde la possibilité de la contacter par mail depuis son site. Elle dispose également d’un compte Twitter et d’une page Facebook. Et elle met à disposition des usagers sur le site des cahiers de “Remarques et suggestions” – il est d’ailleurs intéressant de noter que ce sont ces cahiers qui génèrent le plus de messages des lecteurs.

Cependant, si nous pouvons ainsi savoir ce que nos usagers veulent nous dire, cela ne nous dit pas ce que l’on dit de nous. Pour cela, le plus pratique reste encore l’espionnage la veille automatisée.

Des recherches et des flux

Google propose un service d’alertes. Contrairement à ce qu’il semble afficher, le service permet de générer à la place d’alertes par mail des flux Rss. J’ai donc programmé deux alertes : bibliothèque Sainte-Barbe et “la bsb” (c’est notre petit nom), en excluant à chaque fois les contenus générés par nous-même sur notre site, en ajoutant le paramètre -site:http://www.bsb.univ-paris3.fr/.

Beaucoup de commentaires sur la bibliothèque sont faits sur Twitter. On peut faire y lancer des recherches, mais le flux Rss associé n’est plus proposé – le Rss n’étant plus à la mode, comme l’a souligné récemment Étienne Cavalié sur son blog. Qu’à cela ne tienne, s’y on connaît l’Url-type, on peut en fabriquer de nouvelles soi-même. Ça marche comme ça :

http://search.twitter.com/search.rss?q=bibliotheque+sainte+barbe

Pour éliminer du bruit, la même recherche pour notre petit nom (“la bsb”) comporte le paramètre &lang=fr (qui comme on le devine restreint la recherche aux tweets en français).

Twitter comme agrégateur

Tous ces flux sont réunis grâce à un pipe1. Ils sont réunis en un seul flux Rss – plus facile pour moi à gérer. Ce flux est ensuite envoyé sur Twitter grâce à Twitterfeed. Non pas sur mon compte personnel – cela n’intéresserait que très moyennement mes followers, à qui j’impose déjà beaucoup de digressions – mais sur un compte robot auquel je suis abonné. J’utilise ainsi Twitter comme un agrégateur.

Les éléments du flux en provenance de Twitter doivent subir quelques modifications. Twitter n’autorise pas la publication automatisée issue d’un flux Twitter. Je réduis donc au maximum les éléments pour ne garder que le titre, le lien et la date de publication (avec la méthode subelement, pour les puristes), et cela suffit à les camoufler. En outre, je transforme tous les @ en [at], histoire de ne pas bombarder les destinataires du tweet original2. Enfin, pour éviter la boucle infernale, je retire du flux le contenu provenant de mon compte robot – ainsi il ne me le propose pas à nouveau.

Qu’est ce qu’il en sort ?

Tout d’abord, il ne s’agit que d’un outil de veille. Comme toute veille automatisée, celle-ci contient du bruit. Notre bibliothèque à son acronyme, qu’elle partage avec d’autres. Ainsi, la Bayerischen Staatsbibliothek apparaît parfois dans les résultats. Plus éloignés de nos centres d’intérêt, des garçons originaires d’une rue mal famée font toujours parler d’eux. Visiblement, ils organisent même des croisières qui connaissent un certain succès – ô joies de la sérendipité.

J’ai intégré les flux Google trop récemment pour proposer un réel retour d’expérience là-dessus. Quant à la veille Twitter, elle peut parfois mettre en évidence des dysfonctionnement techniques à la bibliothèque – et des visiteurs peu banals :

Elle signale également des mécontentements :

Mais c’est surtout un moyen de surveiller notre réputation. On peut voir ainsi que nos efforts liés à la qualité de l’accueil, la politique documentaire et les services offerts sont utiles. Mais que le véritable motif de notre succès, notre argument majeur d’attractivité, est ailleurs :

Ça semble certes ne pas servir à grand-chose, mais ça ne coûte rien. Quand ce sont des compliments ou des marques de satisfaction, ça fait toujours plaisir. Et qui sait, cela pourrait nous faire prendre conscience d’une demande forte des usagers, d’une critique récurrente, d’un défaut de communication – et nous permettre de réagir.

  1. Yahoo pipes est un outil en ligne permettant de créer, modifier et combiner des flux Rss relativement simplement. Étienne Cavalié a réalisé de très bons tutoriels sur son blog : http://bibliotheques.wordpress.com/tutos-yahoo-pipes/. []
  2. Sur Twitter, pour contacter ou citer quelqu’un, on fait précéder son nom d’utilisateur du caractère @. Re-publier un tweet contenant cette mention équivaut à répondre à tous par mail. []
Groseilles-ciblées - rt

Contrôle qualité de notices du Sudoc

Photo originale : redberries2 – doc(q)man – CC-BY-NC

Préambule

En marge d’une discussion sur une adaptation des règles de catalogage, Mathieu Saby, aka Vingt-sept point sept, a signalé – et déploré – l’absence d’un outil simple de contrôle qualité des notices bibliographiques produites sur le Sudoc. Plus particulièrement concernant trois types d’erreurs “classiques” :

  • Quand une notice est créée ex-nihilo, le script d’aide à la création inclut automatiquement un espace inutile dans la zone de titre. Il est courant d’oublier de le supprimer.
  • Quand une notice est créée ou dérivée, on peut oublier de lier les auteurs à leurs notices autorité. Surtout quand la notice de l’auteur, jusqu’ici inconnu du Sudoc, doit être créée elle aussi.
  • Enfin, on peut omettre de lier les mots sujets aux notices autorité correspondantes.

Ces erreurs sont relativement faciles à réparer – elles ne nécessitent généralement aucune vérification sur l’ouvrage – mais moins à repérer. Et personne ne va s’amuser à éplucher toutes les notices du catalogue pour les détecter. Cependant, le double espace peut potentiellement nuire à une éventuelle réutilisation des données du catalogue, et surtout les informations auteurs et sujets non liées rendent la notice absente des recherches par rebonds – et nuisent donc à la visibilité du document.

Le script de vérification

L’outil n’existait pas (à ma connaissance), je l’ai donc bricolé. Son principe : sur la page d’accueil, on copie une liste de PPN (identifiants de notices sur le Sudoc) séparés par des espaces, puis on presse le bouton contrôler les notices. Les résultats s’affichent dans un tableau, avec le PPN liés à leur page d’affichage public du Sudoc, et pour chacun la présence ou l’absence de double espace dans le titre, la présence ou l’absence de liens vers les notices autorité pour les auteurs, et la même chose pour les sujets.

Je ne m’attarderai pas sur son fonctionnement, il récupère simplement les notices publiques par la méthode expliquée par Symac, fait ses vérifications, puis crée le tableau en Php. Si quelques acharnés veulent vraiment voir à l’intérieur comment ça marche, contactez-moi. Au vu de son faible niveau de technicité et son public cible plus que restreint, il est placé sous licence Beerware.

Mais comment obtenir une liste de PPN ?

Tout d’abord, quelles notices souhaiterait-on vérifier ? Probablement les notices de documents dont la bibliothèque possède un exemplaire. Et il ne s’agit pas de tout vérifier : mais on pourra être tenté de vérifier les dernières notices auxquelles l’établissement s’est rattaché ce mois-ci, ou cette semaine, ou sur une autre période – selon le volume de catalogage (et la proportion d’erreurs).

Sur WinIBW, la clé SEL permet de repérer les notices sous lesquelles l’établissement s’est localisé. Par exemple, la commande CHE SEL 19-09-2011 JUS AUJ récupère les notices pour lesquelles l’établissement s’est localisé entre le 19 septembre 2011 et aujourd’hui.

La commande TEL permet de télécharger des notices correspondant à une recherche. On peut télécharger l’ensemble des notices d’une liste de résultats (TEL S1, par exemple, pour le lot de résultats n°1), et décider le format d’affichage ces notices. Ainsi, TEL S1 PPN téléchargera un fichier .txt contenant uniquement les PPN de la liste de résultats n°1. Ce fichier s’enregistre à un emplacement prédéterminé, paramétrable dans Options / Préférences / Chemin.

/* Ensuite, ne reste plus qu’à ajouter les espaces séparateurs. Sur Notepad++, Recherche > remplacer (mode étendu) : \r\n par un espace. Sur OpenOffice, Édition > rechercher & remplacer (Plus d’options : expressions régulières) : (.*) par espace $1. Sur Word, Édition > remplacer (utiliser les caractères génériques) : ([0-9X]{9}) par espace \1.

Ensuite, il n’y a plus qu’à coller la liste dans la zone de saisie de la page, et laisser le script travailler. */

Edit (2/11/12) : En fait, il n’y a plus qu’à copier le contenu du fichier .txt dans la zone de saisie de la page, et laisser le script travailler (il se charge tout seul de remplacer les sauts de ligne par des espaces).

Captures

Contrôle qualité – page d’accueil

Contrôle qualité - rapport

Contrôle qualité – rapport

–> Voir aussi la version 2 de l’outil