Ouvrages collectifs de presses universitaires : la somme des parties est supérieure au tout

Fringe Posters 9 – El Negro Magnifico – CC-BY-NC

Préambule

Je suis acquéreur et catalogueur en littérature générale et littérature française pour un public universitaire. J’achète donc beaucoup d’ouvrages collectifs, comme des actes de colloques. Certains sont publiés chez des éditeurs (très) généralistes, voire à compte d’auteur – on pourra d’ailleurs légitimement s’interroger sur la pertinence d’une édition coûteuse et par nature peu rentable au lieu d’une mise en ligne en accès libre sur une plateforme augmentant sa visibilité (un exemple : les actes de colloques du musée du quai Branly). Mais la majorité de ces ouvrages collectifs sont publiés chez des presses universitaires. Ils réunissent généralement des textes courts (10-30 pages), souvent centrés chacun sur un aspect d’une œuvre particulière, le tout sous un titre commun. Continuer la lecture de Ouvrages collectifs de presses universitaires : la somme des parties est supérieure au tout

Réforme BAS : qu’est-ce que j’y gagne ?

Coins from all over the world – jcarlosn – CC-BY-NC-SA

Préambule

Bon, je n’ai pas fait fonctionnaire des bibliothèques pour la fortune. Et en passant BAS, j’ai abandonné les primes BnF, ma prime d’encadrement, et mes heures supplémentaires : je gagne donc moins qu’avant. Ceci dit, quand on m’annonce une réforme, présentée comme une revalorisation, en plus de tous les autres aspects, je regarde si j’y gagne. Je me suis donc bricolé un tableau Excel, pour visualiser les deux carrières avant et après. Continuer la lecture de Réforme BAS : qu’est-ce que j’y gagne ?

Pourquoi on n’a pas fini d’acheter des livres en papier

Photo originale : The Lion, the Bird and the Library – B Tal – CC-BY-NC

Préambule

Ça faisait longtemps que ce sujet me trottait dans la tête. Une présentation d’OpenEdition freemium, qui propose une véritable offre d’accès à du contenu numérique a réveillé ma motivation. Imaginez : des documents électroniques disponibles et accessibles, ça parait fou, non ? Si ça ne parait pas grand-chose, et même le strict minimum, c’est parce qu’on pense encore dans une logique de livres papier. Parce qu’à part ce genre d’initiatives au financement public, on est très loin d’avoir une véritable offre éditoriale numérique adaptée à un usage en bibliothèque.

Je suis loin d’être un spécialiste du sujet. Si je dis des contre-vérités, je serais ravi qu’on me les signale. Mais en tout cas, voilà la situation telle que je la ressens. Continuer la lecture de Pourquoi on n’a pas fini d’acheter des livres en papier

Être partout ?

We Are Everywhere – Chris Campbell – CC-BY-NC

Préambule

On parle beaucoup de dissémination. Le but du jeu étant d’être partout, et de multiplier ainsi les points d’accès vers la bibliothèque et les services qu’elle propose. Toutes les bibliothèques sont amenées à y réfléchir, la mienne n’y échappe pas. Mes réflexions font l’objet d’un billet, parce que ça m’aide. Continuer la lecture de Être partout ?

Accès au catalogue depuis Facebook

Photo originale : Boston Public Library, 28 feb 09 – essygie – CC-BY

Préambule

Plein de bibliothèques ont une page Facebook. Elles servent essentiellement de placard de pub, de carte de visite et d’affichage d’informations pratiques. On y trouve donc logiquement des liens vers le catalogue de la bibliothèque. Et il semble que ça serve : je ne sais plus qui annonçait récemment qu’une part importante des accès au site d’une certaine bibliothèque provenait de Facebook (oui, je sais, [citation needed] et [weasel words]). Mais plutôt que dire : « allez chercher sur notre catalogue », pourquoi ne pas fournir directement le formulaire de recherche ? Continuer la lecture de Accès au catalogue depuis Facebook