Archives du mot-clé Acquisitions

What is Hip ?

Hipster Hangout - Sean Connors - CC BY-NC-ND

Préambule

Nous autres professionnels des bibliothèques sommes intrinsèquement favorables à tout ce qui encourage la bibliodiversité. En outre, c’est toujours avec une certaine fierté que l’on entend “Comment peut-on s’inscrire dans votre bibliothèque ? Je cherche un livre particulier, et il semble que vous soyez parmi les seuls à l’avoir”. Il n’empêche que le fait qu’un livre soit présent dans d’autres bibliothèques peut laisser présager qu’il est soit pertinent soit attendu. Sa popularité auprès des confrères est le signe d’une potentielle recommandation actuelle ou à venir. Pour tout dire, s’ils l’ont tous, on devrait peut-être l’avoir aussi.

Les nouveautés qui sont peut-être déjà à la mode

J’ai bricolé cette page : What is Hip ?1 Elle va chercher les nouveautés de deux sites :

Pourquoi ces deux-là ? Parce que leurs publications sont de haute qualité, très souvent pertinentes pour mes fonctions d’acquisition, et parce que les sites sont bien faits, agréables à consulter, et pratiques à réutiliser.

Parmi ces nouveautés, la page n’affichera que celles présentes sur le Sudoc, en les triant selon le nombre de bibliothèques qui les possèdent déjà. En outre, si l’on fournit le n° RCR d’une bibliothèque, la page signalera les documents qui y sont disponibles.

Les résultats sont présentés sous la forme d’un tableau. Le nombre de bibliothèques est lié à leur liste sur le Sudoc, et le titre et la vignette sont liés à la notice complète sur le site d’où ils sont tirés.

Aspect technique

Sans entrer dans les détails (même si je les tiens à disposition pour les plus curieux), les données “éditeur” sont récupérées par une page en PHP (une page par site source) qui produit un arbre XML pour chacun des titres. La page principale va y chercher ses informations. Quant aux données Sudoc, elles sont issues des webservices de l’Abes – avec lesquels j’avais envie de m’amuser.

Il reste quelques bugs d’affichage, et la récupération des données étant parfois très longue (et lente), le navigateur  propose parfois d’arrêter le script – en lui intimant de continuer quand même, ça fonctionne bien.

  1. “Qu’est-ce qui est branché ?”, en référence au morceau de Tower of Power []
bib -rt2

N’oublions pas les fondamentaux

Dans une BU parisienne

Préambule

On parle beaucoup des nouveaux services. On cherche des nouveaux gadgets, on prévoit de miser sur la médiation culturelle, on voudrait disséminer nos catalogues, on aimerait être créateurs et propulseurs de contenus, on souhaiterait impliquer nos usagers, on s’apprête à investir les réseaux sociaux pour les retrouver. Parce qu’ils s’en vont, qu’ils ne viennent plus nous voir – la faute à cette satanée société de l’information, dont on n’a su mesurer les bouleversements qu’elle apportait que trop tard. D’ailleurs, ceux d’entre nous qui ont déjà franchi le pas récoltent les fruits de leur audace : pleins de lecteurs, et contents de leur bib, en plus !

Ouais, c’est décidé, demain, réunion pour mettre au point notre stratégie, et lundi prochain on ouvre notre page Facebook® !

C’est bien, très bien, sauf que …

Faudrait voir à pas oublier les fondamentaux

Pour que les lecteurs viennent à la bibliothèque, il faut :

  • Qu’elle soit ouverte : Pas la peine de tergiverser, les horaires d’ouverture jouent très nettement sur l’attractivité des bibliothèques. Je sais que ça n’est pas très populaire, mais je n’ai pas inventé les remarques des lecteurs quant aux horaires trop restreintes.

Et quand ils sont là, nos étudiants, qu’est-ce qu’ils veulent faire ? Bon, surfer un peu, se bécoter, faire une sieste, taper le bout de gras, mais aussi quand même travailler. Et pour ça, ce qui est pas mal, c’est :

  • Du mobilier : Oui, il s’agit bien de tables et de chaises. En quantité suffisante, et même, s’il y a assez de place, quelques fauteuils confortables et des espaces isolés de travail en groupe. Pas grand chose, hein, juste qu’ils n’aient pas à s’asseoir par terre dans les couloirs de la fac, entourés de papiers.

Il n’aura pas échappé à grand monde que de plus en plus d’étudiants travaillent avec un ordinateur portable (laissant les tablettes à ceux qui en ont vraiment trouvé l’usage). Ces petits joujoux ont une particularité, ils fonctionnent à l’électricité. Aussi, il faudra prévoir :

  • Des prises : Et en plus, il en faut en nombre suffisant, et accessibles à proximité des tables.
  • Internet : En wifi ou en filaire, ils en auront besoin pour accéder à la page Facebook de la bibliothèque.

Et que cherchent-ils aussi chez nous, malgré l’accès global à l’information au bout des doigts, en dépit des dispendieuses collections électroniques proposées sur le portail de la bib, et même si les liseuses sont l’avenir de la lecture ? Je vous le donne en mille : des livres. Mais là, attention, il y a un piège. Pas n’importe lesquels. Et la technique consistant à compenser une pertinence des collections toute relative par une accumulation gigantesque est totalement contre-productive. Ils veulent :

  • Des livres appropriés : Facile à dire, hein ? Il leur faut des livres qui reflètent l’état actuel des connaissances dans leurs domaines d’étude, et les grands classiques qui font référence (en tout cas dans les biblios de leurs profs), et même si possible quelques pistes novatrices ou du moins originales. Ça implique de définir en amont son (ses) public(s), et ses attentes, mais c’est jouable.

Cependant, pour pouvoir profiter pleinement de ce fonds parfaitement adapté à leurs attentes, encore faut-il qu’ils puissent trouver ce qu’ils cherchent. Ce qui nécessite pour le libre-accès :

  • Des collections convenablement rangées : La bibliothèque du Nom de la Rose a un indéniable charme romantique, mais ça n’est pas pour autant un exemple. Alors évitons les étagères surchargées avec des bouquins posés sur les autres, évitons de laisser les livres aux couvertures trop souples s’écrouler, remplaçons la signalétique disparue ou illisible…

Je sais, ce sont les lecteurs qui fichent le boxon. En même temps, c’est la juste rançon d’un fonds vivant et sollicité. Et puis, pour que ça soit bien rangé, il faut de la place, et c’est une denrée chère en bibliothèque. Un bon moyen pour en faire, c’est se débarrasser de ce que les lecteurs ne veulent pas. Donc, sur nos rayons :

  • Pas de livres inappropriés : Quelques exemples ? Certaines recherches nécessitent d’avoir recours à des éditions anciennes. Cependant, une édition des années 80 d’un grand classique de la littérature moult fois réédité depuis n’a qu’un très faible intérêt historique. Une reliure veau aux armes soigneusement restaurée émouvra un bibliophile, mais un manuel de base réparé plusieurs fois au filmolux (dans le meilleur des cas) beaucoup moins. Des annotations de l’auteur sont des trésors pour le lecteur, mais pas celles d’un autre étudiant adepte du surlignage. Le désherbage est toujours un crève-cœur (et une corvée), mais il a son utilité. Ça tient parfois à peu de choses : si les éditeurs nous sortent des “nouvelles présentations”, au même contenu mais à la couverture plus moderne et attrayante, ils doivent avoir leurs raisons. Dans le doute, il y a sûrement un moyen de savoir quels livres sont consultés par nos lecteurs – et donc ce dont ils ne veulent pas (ou plus).

Enfin, et ça n’est pas un point de détail, les lecteurs apprécient trouver dans leur bibliothèque :

  • Un cadre agréable : Il faut que la bibliothèque soit belle. Oh, ils peuvent comprendre un aspect vieillot, un mobilier un peu daté, des choix de couleurs démodés – de toutes façons, ils n’ont pas le choix. Aucune raison, en revanche, de leur infliger une signalétique moche, vétuste, dégradée, et sans cohérence d’aspect. Les faibles moyens imposent d’imprimer des affichettes faites soi-même ? Alors ça implique de les remplacer régulièrement, et d’avoir des modèles et un semblant de charte graphique. Juste histoire d’avoir l’air propre. Un nombre suffisant de poubelles est un plus.

Voilà, tout ça. J’en reste volontairement à l’aspect purement matériel de la chose, Alain ayant déjà traité (entre autre)  l’aspect relationnel, également important.

En guise de conclusion

Soyons clair, il ne s’agit pas pour moi de raviver la querelle des anciens et des modernes, ni de prendre parti contre les innovations techniques et les nouveaux services. En revanche, il serait trompeur de s’imaginer que la popularité auprès des lecteurs des bibliothèques qu’on admire tous soit due uniquement à leur capacité à innover. Sur tous ces points ils sont aussi performants – sinon, ça ne marcherait pas.

On pourra m’objecter l’argument des tutelles et des moyens, en tout cas pour certains points. Disons que parmi les moyens à trouver, il ne faudra pas oublier ceux-la…

Clairement, ces fondamentaux ne sont pas à négliger. Quand on s’interroge sur le moyen d’impliquer aux projets de modernisation ceux de l’équipe qui sont plus réfractaires (ou inquiets) devant les “nouvelles technologies”, pourquoi ne pas leur proposer de participer à la réflexion (et l’action) dans ces domaines où ils sont plus à l’aise ?

Enfin bref, tout ça pour une forme de coup de grogne, en fait. Parce qu’une bibliothèque pas pratique, ou qui donne l’air d’être négligée, ça dévalorise tout le travail qui est fait en interne : c’est juste du gâchis.

Mon schéma d’acquisition

Préambule

Je travaille dans une bibliothèque inter-universitaire récente, à la politique documentaire encore fraîche. Je peux donc m’y référer pour savoir si un document doit, ou non, entrer dans nos collections. Nous visons un public d’étudiants, pas de chercheurs, et je suis acquéreur en littérature, domaine où les nouveautés ne manquent pas : il s’agit donc beaucoup de trier pour sélectionner ou rejeter, plutôt que de rechercher désespérément des titres. Enfin, il s’agit de mes procédures de travail, c’est à dire une façon de faire, sans prétention de ma part de la présenter comme exemplaire. L’enjeu est pour moi de la mettre à plat pour mieux l’appréhender moi-même, tout en bénéficiant de vos éventuels commentaires et retours d’expériences.

Les idées d’acquisitions

Qu’acheter ? Beaucoup de nouveautés. J’effectue une veille chez notre libraire, et chez des maisons d’édition qui publient dans mon domaine. Plutôt que d’opter pour les flux RSS fournis sur les sites ou “fabriqués” d’après les pages de nouveautés, j’ai préféré m’abonner aux lettres d’information sur les sites qui les proposent. Je peux ainsi attendre d’avoir le temps nécessaire au dépouillement de ces lettres (la dernière lettre de mon libraire comptait 185 titres). Je suis également des sites d’associations d’éditeurs, qui regroupent les nouveautés (comme le comptoir des presses d’universités). Les nouveautés libraire offrent un panorama large, particulièrement utile pour les éditions de classiques en format poche ou les œuvres “grand public”, mais génèrent beaucoup de bruit. En complément, la visite des différents sites d’éditeurs affute la recherche, mais la restreint également. La somme des deux, si elle génère des doublons, permet de balayer une grande partie de l’actualité éditoriale dans mon domaine.

J’achète également des documents récents qui ont l’objet d’une note de lecture dans une revue spécialisée. Pour la littérature contemporaine je me reporte aux revues plus ou moins grand public pour lesquelles la bibliothèque a un abonnement. Pour les éditions savantes et les études d’œuvres, je consulte les notes ou comptes-rendus de lecture en fin de numéros des revues orientées recherche. Je me concentre sur les revues disponibles en ligne sur CAIRN, qui permet d’être prévenu par mail lors de la parution d’un nouveau numéro. Cette source de suggestions d’acquisitions, par nature moins prolifique, me permet des choix beaucoup plus éclairés. En outre, elle peut me permettre de découvrir des éditeurs à suivre.

Pour encadrer cette veille, je m’astreint à la tenue d’un tableau où je reporte la date de la dernière lettre reçue pour les sites qui proposent ce service, et la date de ma dernière visite pour les autres.

Enfin, plus occasionnellement, je consulte les bibliographies de profs disponibles en ligne, les statistiques de communication pour repérer les documents qui sortent beaucoup, et je bénéficie de suggestions d’acquisitions par nos lecteurs. Ces sources, qui ont le mérite d’être ciblées, restent assez marginales en nombre de titres.

Est-ce qu’on l’a déjà ?

L’indispensable vérification pour éviter les doublons. J’utilise LibX pour rebondir sur notre OPAC. Comme celui-ci ne permet pas une recherche par ISBN, j’ai opté pour le LibX Sudoc, combiné avec le script Sudoc plus. En fait, j’ai même bricolé mon propre LibX, pour ne conserver que la recherche par ISBN sur le Sudoc, associée à une recherche par mots du titre et auteur directement sur notre OPAC, et une recherche par ISBN sur Electre, grâce au tutoriel proposé sur Bibliothèques [reloaded] (arf, il semble que les liens vers les vidéos aient disparu).

La recherche par ISBN est logiquement peu pertinente pour les nouveautés. Mais elle peut aussi se révéler trompeuse pour des documents moins récents, parce que les EAN (à 13 chiffres) sont parfois renseignés en zone 073, seul l’ISBN 10 étant alors présent en zone 010. Une recherche par ISBN 13 ne donne donc pas de résultat même si le document est présent au catalogue. En outre, comme cela a été bien expliqué sur Vingt-sept point sept, un nouvel ISBN n’implique nullement une nouvelle édition.

En gros :

  • pour les vraies nouveautés, j’utilise directement la recherche par mots du titre / auteur sur mon OPAC du menu contextuel de LibX
  • pour les documents moins récents, je clique sur l’ISBN. En cas de réponse positive (document identifié dans le Sudoc, signalé présent dans ma bibliothèque par Sudoc plus), j’arrête les frais. En cas de réponse négative (absent du Sudoc ou dans ma bibliothèque), je passe à la recherche mots du titre / auteur.
  • pour les nouvelles éditions “douteuses”, je rebondis par LibX sur Electre.

Une nouvelle édition d’un classique qu’on aurait déjà va aussi entrainer une vérification des statistiques de communication de nos autres versions, à plus forte raison si l’édition est dépourvue d’appareil critique.

Le formatage des données bibliographiques

Les données bibliographiques issues des notes de lecture, des comptes-rendus et des bibliographies sont difficilement exploitables en l’état, car elles ne comportent généralement pas d’ISBN.

Les suggestions d’acquisitions par les lecteurs, les remplacements d’ouvrages perdus et les achats de nouveaux exemplaires de documents très sollicités nécessitent une recherche, pour obtenir des données bibliographiques complètes ou pour contrôler l’existence d’une éventuelle édition plus récente.

Les données fournies par les éditeurs ou les libraires sont généralement plus complètes, mais de qualité parfois très irrégulière (surtout chez les libraires). On trouve des publications en plusieurs volumes dont les descriptions ne sont pas uniformes, une casse irrégulière, des soupçons de fautes de frappes…

Pour le formatage de ces données, je me reporte à Electre, (quasiment) exhaustif sur les domaines qui m’intéressent, par rebond direct quand je dispose de l’ISBN, par recherche dans les autres cas.

Les paniers de sélections

Comme ma bibliothèque m’en offre la possibilité, et comme je peux y trouver tous les titres qui m’intéressent, je prépare mes paniers sur Electre. Mes paniers, car les documents sont triés par sous-domaines et par urgence (ou pertinence) d’achat. Electre permet de regrouper des paniers dans des dossiers avec arborescence, et offre donc de réelles possibilités de classement. Le prix est mentionné, le pluri-exemplaires et les commentaires sont possibles, de nombreuses options de tris sont disponibles (auteur, titre, date de parution, éditeur…), et l’appartenance à un ou plusieurs paniers est indiqué sur les notices, ce qui permet d’éviter les doublons. Même si notre libraire ne travaille pas à partir des paniers Electre, j’y prépare mes commandes avant de les verser (ISBN par ISBN) sur mon panier de commande chez notre libraire. Et je garde sur Electre un panier “commandés”, que je ne vide qu’une fois les documents catalogués.

Les paniers sur le site du libraire ne présentent pas le même éventail de fonctionnalité (pas d’arborescence, pas de dédoublonnage…), le catalogue est moins exhaustif qu’Electre (et oblige donc à saisir des données biblio à la main), et les données sont dépendantes du formatage du libraire, peu satisfaisant. Je me contente donc d’y passer mes commandes.

Si je devais changer de domaine (et de langue) d’acquisitions, ou si (Melvil Dewey nous en préserve) ma bibliothèque devait résilier son abonnement Electre, je pense que j’opterai pour :

  • un formatage Amazon (pas idéal mais large fonds, incluant les nouveautés)
  • des paniers Zotero (pas de dédoublonnage, prix à rajouter si nécessaire, mais très pratique)

J’utiliserais un LibX vers Amazon, de préférence celui que j’ai péniblement mais fièrement bricolé, ou alors celui que je viens de (re)découvrir (mon cerveau est facétieux), bien mieux, développé par Lully il y a plus d’un an. Amazon est Zotero-compatible, et Zotero permet de corriger les défauts de formatage d’Amazon. Et c’est gratuit.

Pour conclure

J’effectue ces opérations (vérification d’absence, formatage, versement dans un panier) titre par titre (pas de présélection avant vérification globale d’absence, par exemple). Le tri plus fin entre mes différents paniers peut lui être rétroactif (de “wah trop bien il nous le faut” à “bof, le mois prochain, en fait, si y a rien d’autre”). Le temps passé dépend essentiellement du questionnement “ce livre rentre correspond-il à notre politique documentaire”, beaucoup plus que des vérifications systématiques.

Quelques exemple :

  • Parmi les nouveautés du libraire, la bio d’un auteur classique. Sélection et clic droit, recherche de l’auteur de la bio sur wikipedia et dans notre catalogue. Résultats peu probants : l’auteur ne rentre pas dans nos critères. Environ 5 secondes
  • Parmi les nouveautés d’un éditeur, un manuel présenté comme une “nouvelle édition”. Sélection et clic droit, recherche sur notre catalogue : on a déjà deux versions, la 1ère et la 2ème édition, plus toutes jeunes. Sélection et clic droit, recherche par ISBN sur Electre, qui présente le livre comme étant la 3ème édition. Recherche sur aleph pour voir les stats : les deux éditions sortent plutôt mollement. Ajout au panier avec commentaire “désh. 1 ancienne éd”. Moins d’une minute
  • Parmi les notes de lecture d’une revue sur CAIRN, une étude qui a l’air bien mais peut-être trop pointue. Sélection et clic droit, recherche sur notre catalogue. On ne l’a pas. Lecture plus approfondie de la note. Recherche sur Electre. Hésitation. On prend, ajout au panier. Moins de 5 minutes

Voilà. Bon, et puis, faudrait pas oublier :

  • Parmi les nouveautés du libraire, une flopée de Harlequin. Mais si je vire de ma sélection “littérature sentimentale”, je risque de passer à coté d’une réédition de La Princesse de Clèves, et je m’en voudrais. Je l’évoque devant mes collègues de bureau, la discussion qui s’ensuit mérite bien un café et une cigarette. Environ 1/4 d’heure
  • Une note de lecture encense Étude sur le théâtre, de Bernard Jules (titre fictif, enfin, j’imagine), sans indication d’ISBN et paru il y a 3 ans. Je me risque à une recherche libre sur le Sudoc. Plutôt que d’abandonner et tenter une recherche avancée, je m’évertue à essayer d’affiner ma liste de 22514 résultats, et ça rame… Je feuillette les pages et ça rame… Je finis par jeter un œil sur la recherche sur notre OPAC lancée en parallèle : on l’a déjà, bien sûr. Environ … oups, faut que je coure en service public.