Archives du mot-clé Dissémination

Ma BIU dans Firefox

Identifier automatiquement les Isbn, et signaler la présence (ou l'absence) de ces livres dans la bibliothèque, sur Firefox, c'est possible !

Préambule

Voilà quelques temps que je réfléchissais à la possibilité pour une application d’indiquer derrière chaque Isbn présent sur les pages que je consulte si, oui ou non, on l’a déjà ce bouquin. Seulement voilà, Javascript, que je maîtrise mal, n’est pas “Cross-domain”, c’est-à-dire en gros qu’il n’autorise pas à insérer dans une page des infos issues d’une autre page. Sylvain Machefert, aka Symac, qui, lui, touche sa bille, avait réussi à aller récupérer des infos sur le Sudoc pour les utiliser ensuite, en utilisant un script Php. Mais moi, le Php, j’y comprends encore moins qu’au Javascript.

Et puis Symac et Étienne Cavalié, aka Lully, ont montré au monde comment intégrer des informations issues du catalogue d’une BU dans les résultats d’une recherche sur Google, par le biais d’une application Chrome. Au cours de ces explications, Symac a présenté sa méthode d’interrogation du Sudoc par le biais d’une page en Php, en fournissant le code à insérer.

Le dernier obstacle, c’est que l’application présentée était dédiée au navigateur Chrome, dont le système d’extensions avait paru à Symac “le plus simple d’accès”. Sauf que moi j’utilise Firefox, que je n’ai pas l’intention de changer de navigateur, et qu’effectivement, leur système d’extensions donne mal à la tête.

Alors je me suis souvenu de GreaseMonkey, une extension Firefox qui permet d’exécuter du Javascript, pour modifier l’affichage de pages web. C’est celle qui fait tourner le superbe Sudoc Plus, créé par (devinez qui) Symac (pour changer  un peu de Bibliothèques [reloaded], allez en voir la présentation chez Mathieu, aka Vingt-sept point sept). Et j’ai réalisé que ces scripts étaient potentiellement Cross-domain. Je n’avais plus d’excuses, il fallait que je m’y mette.

Une page d’interrogation du Sudoc

J’ai commencé par repomper presque à l’identique le script Php de Symac précédemment cité, pour l’intégrer sur une page hébergée gratuitement. Pour un Isbn donné (sous la forme i=978-2-7535-1368-6), elle affiche “present_bsb” ou “absent_bsb”.

J’ai simplement modifié l’Url de recherche pour qu’elle corresponde à une recherche sur le Sudoc par Isbn, restreinte à ma bibliothèque :

http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/CMD?ACT=SRCHM&ACT0=SRCH&MATCFILTER=Y&MATCSET=Y&NOSCAN=Y&PARSE_MNEMONICS=N&PARSE_OPWORDS=N&PARSE_OLDSETS=N&IMPLAND=Y&IKT0=7&SRT=YOP&ADI_MAT=B&ADI_MAT=T&ADI_MAT=F&ADI_MAT=O&ADI_MAT=A&ADI_MAT=M&ADI_MAT=N&ADI_MAT=G&ADI_MAT=V&ADI_MAT=I&ADI_MAT=K&ADI_MAT=Y&ADI_MAT=X&ILN_DEP_BIB=LIB&ADI_BIB=751052144+&screen_mode=Recherche&TRM0=

L’Url a l’air compliquée, mais c’était le plus simple. Ensuite, j’ai fait en sorte qu’au lieu d’afficher, comme l’original, le nombre de résultats, qu’elle se contente d’annoncer la présence dans ma bibliothèque :

if (preg_match('/<span>[1-9]x{C2}x{A0}résultat/', $res)) {$presence = "present_bsb";} else {$presence = "absent_bsb";} echo ($presence);

Pourquoi chercher sur le Sudoc plutôt que sur mon Opac ? Parce que ça m’a semblé plus simple à bidouiller que du Primo. Et puis, ça me permet de bénéficier des éventuelles modifications sur les notices du Sudoc (l’ajout d’un Isbn-13, par exemple).

Le script userscript

Voici le script a proprement parler. S’il est codé avec les pieds, il est plein de commentaires, si vous souhaitiez l’adapter. Comment il marche ?

  • Il cherche dans le texte affiché sur la page visitée tout ce qui ressemble à un Isbn. C’est à dire quelque chose qui ne soit pas entre chevrons (<>) et qui contienne (éventuellement un 9 puis 2 chiffres, et un éventuel tiret) + 9 à 11 chiffres et/ou tirets + (éventuellement un tiret) + un chiffre ou un X, le tout constituant ce qu’il appelle une  mention. Pour les fanas d’expressions régulières, c’est écrit comme ça :
var mention=/(>(?:[^<]*[:s;])?)((?:9[0-9]{2}-?)?[-0-9]{9,11}-?[0-9xX])((?:[.s&][^<]*)?<)/g;
  • Dans chaque mention, le script va isoler le potentiel Isbn et en supprimer les éventuels tirets. Il va ensuite le décomposer en chiffres isolés, et vérifier par calcul que le dernier chiffre (ou X) corresponde au chiffre de contrôle attendu pour un véritable Isbn. Ce deuxième contrôle permet d’éliminer un maximum de bruit, sans rater trop d’Isbn. Parce que chaque Isbn trouvé va entraîner une requête pour savoir si on l’a, alors autant ne pas ralentir ni polluer trop l’affichage pour rien.
  • Les Isbn qui ont passé le test vont faire l’objet d’une requête sur la page créée précédemment. Si la page affiche present_bsb, une variable presence prendra pour valeur une chaîne correspondant à l’insertion d’une icône choisie pour symboliser la présence du livre dans notre bibliothèque. Si la page affiche absent_bsb, cette même variable prendra pour valeur l’icône correspondante. Cette icône s’affichera dans un élément ayant un identifiant unique composé du préfixe id suivi de l’Isbn débarrassé de ses tirets :
var idIsbn='id'+isbnSansTiret; (...) document.getElementById(idIsbn).innerHTML=presence;
  • L’Isbn va ensuite être enrichi d’un lien vers une page de mon choix (ici, une page de recherche simultanée Sudoc et Electre, j’avais expliqué pourquoi il y a quelques mois). En effet, le script semble être en conflit avec l’autolink de LibX, en tout cas il le désactive (le reste de LibX fonctionne parfaitement, le script rétablit simplement le lien disparu). Surtout, l’Isbn est immédiatement suivi d’un élément span vide, dont l’identifiant sera la variable unique idIsbn (id + l’Isbn sans tiret). Quand la requête aura abouti et donné sa réponse sous la forme d’une image, c’est dans ce span qu’elle s’affichera. Parce que (et j’ai ramé avant de le comprendre et trouver une solution), la fonction renvoie l’Isbn enrichi sans attendre le résultat de la requête. On lui indique donc où elle devra afficher son résultat :
(...)<span id="'+idIsbn+'"></span>'
  • Enfin, on va reconstruire chaque mention contenant un Isbn potentiel, les Isbn avérés ayant été enrichis, et les réinjecter dans la page à la place des mentions initiales. Quand la requête à la page externe renverra ses résultats, ils s’afficheront à coté des Isbn enrichis.

Le résultat

Ça marche ! Ça posait des problèmes avec Facebook, donc j’ai exclu ce site du champ d’application du script. Si vous voulez le tester, vous devrez d’abord installer GreaseMonkey, puis installer le script disponible sur userscripts.org. Quelques captures d’écran du résultat :

Exemple sur le site des Presses Universitaires de Rennes
Exemple sur le site de Belin
Exemple sur le site Cairn.info

En guise de conclusion

Même s’il fonctionne, ce script reste du bricolage. Ceux qui s’y connaissent mieux devrait trouver moyen de faire la même chose en plus propre. Ceci dit, si vous voulez l’adapter pour votre usage, il vous faudra :

  • Créer votre propre page de requête, et l’héberger. Et donc modifier la variable pageTest, et dans la requête les termes à rechercher sur cette page.
  • Créer vos propres icônes, et les héberger. Et donc modifier les variables icoPresent et icoAbsent.
  • Choisir la page où pointera l’Isbn transformé en lien, et donc modifier la variable lien.

En outre, j’ai pensé ce script comme un outil professionnel back-office mais il ne devrait pas être impossible d’en proposer une version aux usagers de la bibliothèque, avec quelques adaptations (à défaut de le faire réécrire intégralement par un professionnel). En tout cas, vos commentaires sont les bienvenus !

Mise à jour (18-08-2011)(les limites du bricolage)

J’ai dû modifier le script, parce qu’en remplaçant (même quasiment à l’identique) le contenu du body, il empêchait les pages d’aller chercher leurs propres contenus externes. Il rendait donc inopérantes toutes les pages avec des options du type “cliquez ici pour afficher l’intégralité de l’article”, ainsi que Facebook, Twitter… (un peu gênant, donc).

Dorénavant, il est un peu plus complexe : il cherche quelque chose ressemblant à un Isbn, et le renvoie avec beaucoup de caractères le précédant. Dans ces caractères, il va chercher la  classe de l’élément contenant l’Isbn (une caractéristique d’un élément permettant sa mise en forme). Le script opère alors l’enrichissement des Isbn contenus dans les éléments de cette même classe, et uniquement dans ceux-ci. Il ne touche donc pas aux éléments qui ne supportent pas d’être modifiés.

L’inconvénient, c’est qu’il risque de manquer des Isbn :

  • Les Isbn contenus dans des éléments sans classe spécifiée – mais honnêtement, ça devient très, très rare : presque tous les sites utilisent des classes, d’autant plus s’ils sont commerciaux ou institutionnels.
  • Les Isbn situés très loin du début de l’élément les contenant (dans un très long article, par exemple) – c’est assez rare sur les sites que je consulte, mais évidemment pas impossible. Je suis cependant obligé de limiter le nombre de caractères renvoyés pour éviter les bugs.
  • Les Isbn situés dans des éléments de classe(s) différente(s) que le premier Isbn potentiel trouvé sur la page – c’est rare aussi, mais ça peut se révéler systématique sur certains types de sites (imaginons un site qui fournirait les biblios trouvées dans des livres, affichant l’Isbn de la source dans une élément, puis le contenu dans un autre élément, de classe différente). Si je trouvais ce genre de site, il faudrait que je règle ce problème. Mais pas tout de suite, parce que ça va finir par vraiment ressembler à une usine à gaz.

Être partout ?

We Are Everywhere - Chris Campbell - CC-BY-NC

Préambule

On parle beaucoup de dissémination. Le but du jeu étant d’être partout, et de multiplier ainsi les points d’accès vers la bibliothèque et les services qu’elle propose. Toutes les bibliothèques sont amenées à y réfléchir, la mienne n’y échappe pas. Mes réflexions font l’objet d’un billet, parce que ça m’aide.

Être partout, pourquoi ?

Le monde se divise en deux catégories : nos lecteurs et les autres. En fait, non. Notre public se divise en deux catégories :

  • Les fréquentants

Les fréquentants, on les connait, et ils nous connaissent. Sauf qu’ils nous connaissent parfois mal – un lecteur m’a demandé en salle si nous disposions d’un catalogue public, ce qui signifie qu’il n’avait jamais visité notre site internet. Être partout nous permettrait d’être où ils sont, pour leur présenter nos différents services dont ils ignorent l’existence. Et être partout nous permettrait de leur communiquer des informations pratiques ou ponctuelles – et leur éviter parfois de se déplacer pour rien.

  • Les non-fréquentants

Les non-fréquentants, ce sont les usagers potentiels qui ne viennent pas. Soit parce qu’ils ne nous connaissent pas, soit parce qu’ils ne connaissent pas les services que nous proposons, soit parce les-dits services ne les intéressent pas. Être partout nous permettrait de leur signaler ou rappeler notre existence. L’idée étant : nul n’est sensé ignorer ses droits, alors rappelons-les leur, et puis bon, un service performant sans usager ça ne sert à rien.

Communiquer en tant que service public

Ça n’est pas si simple. L’essentiel de la documentation à ce sujet propose des outils, des méthodes et des conseils, mais  est principalement inspirée des méthodes du commerce. Or nous ne sommes pas un commerce, mais un service public – cette différence est à prendre en compte dans notre stratégie de communication. Je remarque trois particularités :

  • Notre public n’est pas notre principale source de revenus

Ce qui veut dire qu’on n’a pas plus de moyens quand on a plus d’usagers. C’est à prendre en compte quand on parle d’élargir son cœur de cible. S’il est important de se signaler à nos usagers potentiels qui peut-être ignorent notre existence ou nos compétences, augmenter la diversité des publics n’est légitime que si on a les moyens de satisfaire leurs attentes. Sans compter que la décision de qui est autorisé à faire partie de nos publics ne nous revient pas.

  • Nous ne sommes pas en concurrence

Bien qu’on en ait parfois l’impression, nous ne sommes pas en concurrence. Ou alors celle-ci n’est qu’intellectuelle – une saine émulation et une satisfaction de l’égo. Je ne suis pas naïf : les “résultats” d’une bib ont peut-être une influence sur les moyens que lui fournissent sa tutelle, et sur la carrière de son personnel. Ceci dit, cette absence de concurrence nous permet une mutualisation des outils et des expériences, et implique d’intégrer l’aspect réseau dans notre stratégie de com.

  • Nos valeurs ne sont pas des arguments

Nous devons faire preuve d’honnêteté et de neutralité, c’est la loi. La légitimité de notre existence se fonde sur nos valeurs. Une entreprise privée aussi peut faire preuve d’honnêteté et de neutralité dans sa com, mais elle n’y est pas obligée. C’est un savant calcul coûts / bénéfices, qui peut l’amener à une communication d’une certaine mauvaise foi, voire carrément mensongère, ou encore provocatrice. Nous n’avons pas ces libertés. Même si ça ne nous oblige pas à être laborieusement institutionnels.

Qu’est-ce qu’on a à dire ?

En fait, je distinguerais quatre types de contenus (chouette ! encore des puces !) :

  • Les informations pratiques pérennes

Où on est, ce qu’on propose, à qui, sous quelles conditions, à quelle heure… C’est indispensable, donc on serait tenté de les disséminer à tout vent. La seule condition : les maintenir à jour sur tous les supports. Et comme c’est techniquement moins automatisable que pour d’autres types d’infos, il faut être au taquet. Quitte à éviter de se compliquer la vie outre mesure en y incluant des informations à la pérennité contestable (nombre de documents proposés, par exemple).

  • Les informations ponctuelles

Il s’agit d’infos courtes, voire urgentes, ou des rappels, sans fioritures. En gros des fermetures exceptionnelles, des rappels d’évènements, l’annonce de l’instauration de nouveaux services… Elles sont courtes (pour être lues), quitte à rajouter un lien vers plus de détails. Le format typique statuts Facebook et Twitter. La dissémination est facilement automatisable. Le seul souci est qu’on n’a pas toutes les semaines un mouvement de grève, un ascenseur en panne ou un nouveau scanner couleur. Pour garder le flux actif, on peut l’alimenter moins institutionnellement, mais sans pour autant bombarder le public pour ne rien dire (il s’en lassera). Twitter “Chouette, déjà lundi ! De retour à la bib !” est peut-être un signe.

  • Le vrai contenu éditorial

C’est là que ça se corse, parce que c’est un vrai métier. Déjà on peut y mettre la présentation détaillée des nouveaux services. Si la bibliothèque organise des expositions ou des conférences, c’est de l’article évident. Mais sinon, ça peut-être plus complexe. Parce que la valorisation des collections et des services par l’éditorial, ça nécessite des moyens humains conséquents : chercher des sujets, écrire des articles, les mettre en ligne demandent du temps et les compétences de plusieurs personnes différentes. C’est un service en soi, et pas seulement de la présence en ligne.

On pourra toujours enrichir sa production par des contenus extérieurs : certaines actualités de l’université, de la recherche, du quartier peuvent être des contenus intéressants tout prêts. Cela nécessite une veille ciblée, plus ou moins active. Dans tous les cas, à mon avis la production et la diffusion d’un contenu éditorial nécessite une vraie politique éditoriale.

Et si l’on manque de moyens (ou de choses à dire), il faut accepter l’idée d’avoir une production éditoriale de faible fréquence. Parce qu’il faudra respecter le rythme de production auquel on s’est engagé. Et donc éviter les annonces de type “toutes les semaines, une nouvelle bibliographie sur un sujet d’actualité” si on n’est pas sûr de soi. Et faire attention à l’engagement tacite. Ouvrir un blog pour une institution, c’est s’engager tacitement à le remplir régulièrement. Afficher le dernier article publié au milieu de la page d’accueil du site de la bib, c’est s’engager à ce que le visiteur ne voit pas en gros “dernière mise à jour : 16 janvier 2010″ sur le portail.

  • Le contenu produit par les usagers

Selon les supports de communication / dissémination, il peut être possible de permettre aux usagers de communiquer ou commenter. Les priver de cette possibilité risquerait d’être perçu comme un détournement du principe même de réseau social. Mais leur offrir cette possibilité implique une modération régulière et intelligente. Régulière, parce que c’est l’image de la bibliothèque qui est en jeu. Intelligente, parce que les usagers sont conscients de la nature des réseaux sociaux, et de l’existence des râleurs et des kikoolols. En gros, virer les spams et les (peu probables) messages insultants, et conserver tous les autres. Et leur répondre, à tous. Même (surtout ?) au simple “Elle est chouette cette bib !”.

C’est où partout ?

Partout, c’est Google. Cela implique d’arriver assez haut dans les résultats quand on nous cherche. Généralement, ça va, même si l’usager n’utilise pas le terme SCD dans sa recherche. Le plus ça serait d’avoir les résultats du catalogue directement dans le moteur de recherche. Mais outre les éventuelles difficultés techniques (web profond), pas facile ensuite de se placer devant les libraires et les éditeurs. Sans compter qu’on approche les limites de la nécessité d’être partout – tous les utilisateurs de Google qui cherchent un livre ne font pas partie de notre public cible.

Partout, c’est encore plus large que Google, c’est directement sur le navigateur, avec LibX ou une extension chrome. C’est un service en plus, réservé au public qui nous connait déjà, mais aussi un outil de fidélisation.

Partout, ce sont les réseaux sociaux où sont nos publics. Les évidents, comme Facebook et Twitter. Mais aussi peut-être les plus spécifiques, comme Qype, Foursquare ou LikeALittle.

Partout, c’est là où est notre public, d’où l’importance du réseau. Parce que c’est le site de l’université, des autres bibliothèques du coin, les éventuelles pages “culture et éducation” du site de la municipalité… Voire, pourquoi pas – soyons fous – sur la page de résultats du catalogue d’une autre bibliothèque à proximité (l’avantage de ne pas être en concurrence).

Enfin, partout, c’est où l’on est déjà. Parce qu’il est probable que l’on parle de nous sur internet, et que c’est important de savoir ce que nos usagers pensent de nos services, pour nous améliorer. Et puis aussi, parce qu’on y trouve des informations pratiques parfois erronées qu’il serait bon de corriger ou de mettre à jour. Il faut voir ces infos comme issues d’un travail collaboratif effectué par des internautes qui pallient à notre absence sur tel ou tel média – un signal fort que notre présence est attendue. Donc pour tout ça, il faut une veille ciblée, facilement automatisable.

(dernière minute, on me signale qu’il existerait un monde “réel”, et que la dissémination pourrait exister de manière physique – rumeur à vérifier)

Pour conclure

Être partout, c’est se placer dans les espaces fréquentés par nos usagers réels ou potentiels. Ça n’est pas à proprement parler créer un nouveau service – contrairement à une production éditoriale. Mais cette production, pour peu qu’elle s’adapte à son support (comme le souligne Lionel Dujol), participe de cette multiplication des accès.

Enfin, être partout, c’est respecter les règles. Ouvrir les commentaires sur un blog, avoir un nom pas trop long sur Twitter et ne pas déborder, aimer tout le monde sur Facebook…

Des petits liens, pour finir :

Accès au catalogue depuis Facebook

Photo originale : Boston Public Library, 28 feb 09 - essygie - CC-BY

Préambule

Plein de bibliothèques ont une page Facebook. Elles servent essentiellement de placard de pub, de carte de visite et d’affichage d’informations pratiques. On y trouve donc logiquement des liens vers le catalogue de la bibliothèque. Et il semble que ça serve : je ne sais plus qui annonçait récemment qu’une part importante des accès au site d’une certaine bibliothèque provenait de Facebook (oui, je sais, [citation needed] et [weasel words]). Mais plutôt que dire : “allez chercher sur notre catalogue”, pourquoi ne pas fournir directement le formulaire de recherche ?

Créer sur Facebook

Le problème de la création sur ce site social, c’est que tout y est verrouillé, propriétaire et bridé. Ne comptez pas y faire ce que vous voulez. La seule solution que j’ai trouvée, c’est de passer par un formulaire HTML.

1ère étape : aller chercher l’application “Static FBML” pour l’ajouter à la page de la bibliothèque. Dans la barre de recherche en haut vous cherchez static fbml, et une fois sur la page de l’appli, vous cliquez Ajouter à ma page (à gauche, en haut). Static FBML permet de taper du html bridé ou du FaceBook Markup Language, une sorte d’html arrangé à la sauce FB, pour l’afficher sous un onglet.

2ème étape : saisir le code qui s’affichera. Sur la page de la bibliothèque, à gauche en haut cliquez sur Modifier la page, puis Applications. Dans la liste des applis, repérez FBML et cliquez sur Accéder à l’application. Vous devriez tomber sur une page avec 2 zones de texte : Titre de l’encart – c’est là que vous mettrez le titre de l’onglet (inutile d’en trouver un long, FB coupera. “Rechercher” fonctionne) ; FBML – c’est là que vous mettrez votre formulaire. Quand vous enregistrez, c’est publié.

Le formulaire de recherche

Un formulaire permet de donner des valeurs (value) à des objets. On va l’utiliser pour fabriquer une URL de recherche sur notre catalogue. On n’est pas obligé d’offrir toutes les nuances de recherches que notre catalogue propose – une fois chez nous, le lecteur fera ce qu’il voudra, et de toutes façons il ne s’en sert pas. On pourra faire, par exemple, une recherche en mots libres, en proposant de chercher dans toute la notice, dans le titre ou comme auteur.

Pour retrouver les différents critères nécessaires à la recherche, on étudiera les URL produites par le formulaire du catalogue. En variant les critères que l’on souhaite proposer. Par exemple, je vais chercher “Zola” dans toute la notice, dans le titre puis comme auteur. Les URL de mes pages de résultats seront les suivantes :

http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?dscnt=0&fn=search&ct=search&vid=BSB&indx=1&dum=true&vl%28freeText0%29=zola&srt=rank&vl%281UI0%29=contains&frbg=&tab=default_tab&dstmp=1296817722326&vl%282131580UI0%29=any&mode=Basic&scp.scps=&vl%282124146UI1%29=all_items
http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?dscnt=0&fn=search&ct=search&vid=BSB&indx=1&dum=true&vl%28freeText0%29=zola&srt=rank&vl%281UI0%29=contains&frbg=&tab=default_tab&dstmp=1296817757125&vl%282131580UI0%29=title&mode=Basic&scp.scps=&vl%282124146UI1%29=all_items
http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?dscnt=0&fn=search&ct=search&vid=BSB&indx=1&dum=true&vl%28freeText0%29=zola&srt=rank&vl%281UI0%29=contains&frbg=&tab=default_tab&dstmp=1296817787014&vl%282131580UI0%29=creator&mode=Basic&scp.scps=&vl%282124146UI1%29=all_items

Les critères apparaissent après la question, qui comme toute bonne question se termine par un point d’interrogation. Ils sont séparés par une esperluette (&), et se présente sous la forme critère=valeur. Il y en a 3 catégories :

  • Ceux qu’on va vouloir modifier :

vl%28freeText0%29=zolaC’est le texte saisi dans la zone de recherche

vl%282131580UI0%29=any ou title ou creatorCe sont les différents types de recherche qu’on souhaite proposer

  • Ceux qu’on ne comprend pas toujours et qui ne nous intéressent que moyennement :

dscnt=0 ; fn=search ; ct=search ; vid=BSB ; indx=1 ; dum=true ; srt=rank ; vl%281UI0%29=contains ; tab=default_tab ; mode=Basic ; vl%282124146UI1%29=all_items

Ils font des trucs sans doute utiles, dans le doute on va les conserver, avec leurs valeurs

  • Ceux qui servent à rien et qu’on va bazarder :

frbg= ; scp.scps= – Quels que soient ces critères, vu qu’ils n’ont aucune valeur associée, c’est qu’ils ne servent à rien (ne me confiez jamais un truc à réparer)

dstmp=1296817787014 – C’est un numéro de session, on ne va pas le conserver

Le formulaire aura donc cette tête :

<form action="http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?">

C’est l’ouverture du formulaire, qui indique où on lui demande d’aller chercher.

<input type="text" name="vl(freeText0)" size="35"/>

C’est la zone de texte libre, où l’usager saisira les termes recherchés.

<input type="hidden" name="vid" value="BSB"/>
<input type="hidden" name="ct" value="search"/>
<input type="hidden" name="fn" value="search"/>
<input type="hidden" name="indx" value="0"/>
<input type="hidden" name="dscnt" value="0"/>
<input type="hidden" name="vl(2124146UI1)" value="all_items"/>
<input type="hidden" name="mode" value="Basic"/>
<input type="hidden" name="dum" value="true"/>
<input type="hidden" name="vl(1UI0)" value="contains"/>

Ce sont les critères nécessaires, non modifiables, qu’on ne va pas montrer (type=”hidden”) mais conserver.

<select name="vl(2131580UI0)">
<option value="any">dans toute la notice</option>
<option value="title">dans le titre</option>
<option value="creator">comme auteur</option>
</select>

C’est le menu déroulant pour permettre à l’usager de choisir son type de recherche.

<input type="submit" value="Rechercher dans notre catalogue">
</form>

Le bouton pour envoyer la requête, et la clôture du formulaire.

C’est ce formulaire qu’il faudra copier dans l’application Static FBML.

Le même formulaire, mais avec une apparence “Facebook”

Pour soigner l’apparence du formulaire, on pourrait passer par un CSS. Mais si on veut que le formulaire s’intègre bien dans l’onglet FB, on pourra le réécrire en FBML.

Ça donnerait ça :

<fb:editor action="http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?" >

C’est l’ouverture du formulaire à la FB, qui indique où on lui demande d’aller chercher.

<fb:editor-text name="vl(freeText0)" size="35" label="Rechercher dans notre catalogue" />

C’est la zone de texte libre, où l’usager saisira les termes recherchés. Le label intègre un texte mis en forme à gauche de la barre de recherche.

<input type="hidden" name="vid" value="BSB"/>
<input type="hidden" name="ct" value="search"/>
<input type="hidden" name="fn" value="search"/>
<input type="hidden" name="indx" value="0"/>
<input type="hidden" name="dscnt" value="0"/>
<input type="hidden" name="vl(2124146UI1)" value="all_items"/>
<input type="hidden" name="mode" value="Basic"/>
<input type="hidden" name="dum" value="true"/>
<input type="hidden" name="vl(1UI0)" value="contains"/>

On conserve les inputs cachés en HTML (le FBML ne semble pas proposer ces balises).

<fb:editor-custom>
<select name="vl(2131580UI0)">
<option value="any">dans toute la notice</option>
<option value="title">dans le titre</option>
<option value="creator">comme auteur</option>
</select>
</fb:editor-custom>

Le select est encadré par des balises FBML pour la mise en forme.

<fb:editor-buttonset>
<fb:editor-button value="Rechercher dans notre catalogue"/>
</fb:editor-buttonset>
</fb:editor>

Le bouton FB (on notera les balises supplémentaires pour annoncer la zone des boutons), et la clôture du formulaire “à la FB”.

On copiera ce formulaire dans le champ FBML de l’application Static FBML.

Ça ressemblera à ça :

Conclusion

La recherche se fait dans le catalogue. Les résultats s’affichent dans le catalogue. Pour être clair, lancer cette recherche fait quitter Facebook pour atterrir sur le catalogue (pas moyen de la lancer dans une autre page). Pour permettre une recherche directement sur Facebook qui afficherait les résultats dans Facebook, il faudrait développer une application complète.

Cependant, cette méthode permet :

- de ramener sur notre catalogue, plus complet, plus riche et mieux conçu les lecteurs depuis FB.

- d’éviter des problèmes  de droits compliqués : notre OPAC est propriétaire, exploiter ses résultats sur FB qui revendique grosso-modo un droit de propriété pour tout ce qu’on y met est-il légal ?

- d’éviter que Facebook sache exactement quels livres sont recherchés par chacun de nos lecteurs, puisqu’ils font ce qu’ils veulent de ce genre de données (en plus d’être obligés de les communiquer au gouvernement états-unien grâce au USA Patriot Act, auquel les bibs françaises échappent pour le moment).

Quelques bibliothèques doivent déjà le faire, mais pas toutes. Si vous avez une page FB, ça n’est vraiment pas compliqué, ça serait dommage de s’en passer.

Sous le hashtag #mediadixweb2

sous le hashtag #mediadixweb2

 

Préambule

J’étais à la journée d’étude Mediadix / Urfist Paris du 10 décembre 2010 : “Le Web 2.0 : Nouveaux services ou effet de mode ?

Ce compte-rendu est personnel, donc forcément empreint de subjectivité. Il est possible et probable que je déforme sans le vouloir les propos qui ont été tenus, que j’omette, que je simplifie. Pour affiner un sujet, mieux vaudra donc voir directement avec l’intervenant (le thème de la journée laisse deviner que tous ont une certaine présence sur le Web).

On a vu des interventions intéressantes, même si le planning de la journée, ambitieux, aurait mérité d’accorder plus de temps à certaines d’entre elles. Au détriment de certaines autres, s’il le faut. Puisque visiblement une journée de bibliothécaire ne peut excéder 9h – 17h30 (avec 1h30 de pause déjeuner)(vilain geste gratuit).


Présentation de la journée – Véronique Mesguich

Wired titrait en août dernier : “The Web is dead”. Le Web 2.0 est-il déjà dépassé ? Et puis, est-ce autre chose qu’un amas de noms de marques (Facebook, Twitter, Delicious…) où se perdent les bibliothécaires, ressentant une vague injonction à les utiliser ?

Pour Véronique Mesguich, le Web 2.0 ne va pas révolutionner nos pratiques, simplement les prolonger. C’est une strate intermédiaire dans l’histoire du Web, après les premiers temps où il était réservé à quelques geeks, puis une période où les usagers ne pouvaient que consulter des sites institutionnels. En devenant collaboratif, le Web mènerait à un “humanisme numérique”.

En tout cas, il rend possible de nouveaux services, et implique une nouvelle forme de médiation.

La présentation est un peu emphatique, mais c’est sans doute le but de l’exercice. L’amphi est plein, il y a du verglas dehors et des retardataires, on retrouve de vieilles connaissances. Allons-y.


Catalogues 2.0, blogs, réseaux sociaux : comment les usagers peuvent-ils s’approprier des contenus ? – David Liziard

L’appropriation doit être à la fois technique et intellectuelle. Et le Web 2.0 c’est publier, contribuer et trouver.

  • Les supports de communication

Si probablement toutes les bibliothèques universitaires disposent d’un catalogue en ligne, ce n’est le cas que pour 600 à 700 des 4000 bibliothèques territoriales. Mais ne pas avoir de catalogue accessible sur le Web n’empêche pas d’y montrer son existence et ses actualités factuelles, avec une page ou un blog. Voire de montrer et donc valoriser son activité.

Certaines bibliothèques publient le contenu généré par leurs activités, qui peuvent même n’exister qu’en ligne. C’est également l’occasion d’impliquer les usagers dans la création de contenus. David Liziard, fondateur de Bibliopedia, présente de nombreux exemples.

Il évoque ensuite la présence sur différents réseaux sociaux. Facebook, tout d’abord, avec une réserve : il ne s’agit pas pour la bibliothèque de se créer un réseau, mais simplement de se placer sur un lieu de fort passage. C’est plus un support de communication que le lieu d’un réel échange avec les usagers. Twitter ensuite, pratique pour faire passer des informations, mais limité par un effet de flux qui risque de les noyer. Youtube, enfin, qui a en tout cas le mérite pour la bibliothèque qui y publie des vidéos de permettre des économies de bande-passante. Les différents exemples qu’il cite, pourtant intéressants, ne sont pas véritablement des succès d’audience, comparativement à la taille des publics visés.

Il cite cependant deux réussites remarquables en matière de pertinence et de statistiques de fréquentation : la dissémination sur Flickr des photos anciennes de la bibliothèque de Toulouse, et le Guichet du savoir de Lyon, de type forum, invitant à la sérendipité (ou au wilfing).

  • Des moyens de création : faire travailler les usagers

Des sites commerciaux, des blogs individuels ou collectifs et des sites de bibliothèques publient des commentaires de lecture, cependant l’absence de réseau nuit à l’enrichissement de ces initiatives. Le Wiki de Brest est une initiative locale, transverse, dont la bibliothèque n’est qu’un des acteurs (par des séances de formation et un peu de création). Il évoque également la transcription en wiki du manuscrit de Madame Bovary, puis présente l’hébergement des blogs de ses chercheurs et étudiants par l’université Paris Descartes. Il s’agit de blogs personnels ou de recherche, mais là encore la bibliothèque n’est pas à l’origine du projet, et n’en est qu’un des acteurs en y créant ses propres blogs.

De manière générale, l’essentiel des projets liés à la création collaborative de contenu par les usagers restent soit des initiatives très locales, soit des réalisations plus larges, mais dans lesquelles la bibliothèque n’est qu’un des acteurs. David Liziard insiste sur l’absence de réseau de bibliothèques malgré la possibilité offerte par les outils 2.0.

  • Les outils de recherche

Un ensemble d’outils déjà existants et non créés par des bibliothèques (flux RSS, signets, widgets, Zotero…) peuvent permettre aux usagers de s’approprier un contenu qui lui est produit par la bibliothèque. Notre rôle réside plus alors dans une éventuelle offre de formation à ces outils, et dans une offre de contenus compatibles et adaptés (en fournissant, par exemple, des flux RSS des nouvelles acquisitions pré-triés par domaines).

Pour ce qui est des catalogues, l’Opac 2.0 n’est pas une innovation mais simplement une mise à niveau. Le fait pour l’usager de pouvoir trouver facilement le catalogue est déjà pas mal. Cet aspect est un des avantages des catalogues communs. Pour réaliser ceux-ci en France (quand on s’y essaye), on part de catalogues isolés que l’on essaye d’unifier. Il évoque ensuite la collaboration Sudoc et Google Livres, avec le renvoi mutuel de l’un vers l’autre en fonction des droits du livre recherché.

De manière générale, les librairies et Google ont fait plus vite et mieux que les Opacs, sauf en ce qui concerne la structuration et les métadonnées, qui restent les points forts des bibliothèques. Il présente alors pour finir quelques améliorations 2.0 (enrichissement, gestion de commentaires et une intéressante expérience de localisation fine à Arras) qui améliorent la fluidité de la recherche de nos usagers.

En somme, une intervention riche d’exemples, un tour d’horizon qui a le mérite de rappeler qu’aller voir ce qui se fait ailleurs peut être une source d’inspiration. J’en retiens tout de même le relativement faible impact d’audience de certaines initiatives pourtant créatives. La présentation était sobre et efficace, mais le temps a un peu manqué pour développer une partie plus théorique illustrée par ce diagramme.


Le blogging scientifique : l’exemple de la plateforme Hypotheses.org. – Marin Dacos

Marin Dacos est à l’origine de Revue.org, Hypotheses.org et dirige le centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Plutôt que de créer une start-up ou d’attendre l’hypothétique création d’une plateforme institutionnelle, il invite à son exemple à créer individuellement une plateforme pour ensuite la faire récupérer par les institutions, après leur avoir montré que ça marchait. Pour rebondir sur le manque de création en réseau par les bibliothèques évoqué par l’intervenant précédent, il enjoint les bibliothèques à créer ces réseaux, à l’échelle de la France voire de la Francophonie.

Le blogging est un mode de communication directe, sans médiateur. Cela doit donc rester un mode mineur dans la publication scientifique, et non pas supplanter les médias “traditionnels” qui bénéficient du filtre et du contrôle d’une politique éditoriale. Cependant, la conversation est indispensable à la recherche, et celle-ci est absente des publications structurées qui sont l’exposition d’une information, mais aussi un “terminus”. Il insiste beaucoup sur la nécessité de la conversation, rappelant que Le Journal des sçavans était avant tout un média d’échanges. Le blog scientifique est un séminaire virtuel permanent, et permet de retrouver l’égalité des pairs.

Suit une présentation de différents types de carnets présents sur la plateforme : des notes de travail, des comptes-rendus, des carnets de fouilles, des veilles, des livres en préparation qui s’enrichissent des commentaires qui corrigent ou affinent… Le contenu est professionnel et de haut niveau, mais reste personnel et actuel, et n’est pas réservé au seul public des chercheurs. Ce format permet de remplir d’autres buts, d’autres facettes de la recherche que l’essentielle production de connaissances.

Marin Dacos énumère ensuite plusieurs moyens facilitant la dissémination des connaissances et la conversation. Les rétroliens permettent de faire circuler l’information, et le fait de réunir les blogs sur une plateforme permet de mettre des articles en valeur, avec une “Une” évolutive. Si pour le moment cette vitrine est sélectionnée par un conseil scientifique, à terme Hypotheses.org souhaiterait privilégier le crowdsourcing, une mise en valeur par les usagers eux-mêmes favorisant la propagation virale.

La présentation est dynamique : les slides défilent à toute allure. C’est parfois un peu dur à suivre, ceci dit effectivement je me fiche de certains chiffres. L’intervenant est brillant, enthousiaste et sympathique (et par là-même un peu agaçant : je ne serais pas étonné qu’il ait construit de ses mains sa maison en bois HQE à ses heures perdues, qu’il fasse du surf et qu’il participe le week-end à des animations musicales dans des hôpitaux pour enfants) et il semble nous inviter poliment à nous bouger, sans attendre qu’un illusoire grand projet institutionnel n’apparaisse. Malgré ses efforts, j’ignore si l’ensemble de l’auditoire est conquis.


L’évaluation de l’information à l’heure du web 2.0 : entre changement et continuité. – Alexandre Serres

Alexandre Serres va présenter ce qui change et ce qui ne change pas dans l’évaluation de l’information par l’usager lambda – il ne s’agit pas ici d’évaluation scientifique. L’enjeu est la fabrication de la confiance qui est une question d’ordre politique. Quelle place pour l’autorité cognitive dans les médias 2.0 ?

Le Web 2.0 est un pharmakon, un poison et un remède. Il exacerbe l’inversion de rapport entre autorité et notoriété. Ses indicateurs sont purement quantitatifs. Il promeut la visibilité, et entraine donc une mise en scène de soi – cette recherche de visibilité à tout prix nuisant à la pertinence des propos. Enfin, l’omniprésence du jugement, que l’intervenant appelle évaluationite, entraine un effet pervers de valorisation de cette évaluation. Tout ça dans le règne de l’affectif, à l’image des absurdes “j’aime / j’aime pas” de Facebook.

La rhétorique de Facebook n’est pas neutre, c’est une idéologie qui a mené à cette perversion des notions d’amitié et d’aimer ou ne pas aimer. Cette idéologie produit des dégâts sur l’élaboration du jugement chez les digital natives. Le Web 2.0 impose une tyrannie de l’instant, opposée à la nécessaire lenteur de l’évaluation. Une idéologie de la transparence, illusion de la connaissance directe d’après les sources brutes, à l’image de Wikileaks. Enfin, l’usager du Web 1 était seul face à l’information, celui du Web 2 reste seul, mais en réseau : l’évaluation demeure un acte individuel, malgré le soutien d’un réseau social.

Le Web 2.0, qui aggrave les “infopollutions” (surabondance, médiocrité, contamination et publicité), propose un fort potentiel d’outils et techniques pour l’évaluation, mais ce potentiel reste inexploité. Le public étudiant n’a pas amélioré ses pratiques informationnelles, et semble se ficher de l’évaluation. Bref, ça ne change pas beaucoup. Alexandre Serres insiste donc sur la nécessité d’une offre de formation à l’évaluation de l’information, ou littératie. L’enjeu crucial étant d’apprendre le filtrage.

L’intervenant a beaucoup insisté sur le fait qu’il n’était pas technophobe. Pourtant, sa thèse (à laquelle je n’adhère pas du tout) d’une idéologie intrinsèque à des outils crée un clivage dans l’auditoire. Les critiques de Facebook et Wikileaks séduisent visiblement une partie du public, tandis que d’autres sont en désaccord profond avec ce qui leur parait être de l’immobilisme. D’autant que pris par le temps, il a du passer vite sur la fin de son exposé qui peut-être nuançait son propos.

Quand à la forme… Back in the 90’s : un Powerpoint aux pavés de texte jaune sur fond d’une texture bleu sombre pas très beau, avec puces et animations variées et tout. Le tout sous copyright. Cela ne peut qu’intensifier le clivage, surtout quand certains dans l’amphi demandent à revenir sur une diapo parce qu’ils n’ont pas eu le temps de tout recopier.


Le métier de bibliothécaire au prisme du numérique. – Silvère Mercier

Le métier de bibliothécaire au prisme du numérique - Silvère Mercier

Silvère Mercier tient le blog Bibliobsession. Pour lui, les bibliothèques doivent vivre une transformation intense pour prendre en compte la réalité. Le Web 2.0 est un ensemble des technologies orientées utilisateurs, et nous sommes maintenant en phase mature : il est donc dépassé de se demander encore si l’on doit y aller. Les bibliothécaires doivent s’insérer dans le paysage du Web social.

Avec internet, les bibliothèques ont perdu le monopole de l’offre d’accès aux documents rares. La rareté de l’attention à remplacé celle de l’information. On doit donc opérer un transfert de l’offre de collections vers l’offre de médiation de l’attention, former à une certaine qualité de celle-ci, tout en prenant conscience de sa rareté (et de sa valeur marchande). De même, le monopole des médias traditionnels pour “faire l’agenda” est aujourd’hui concurrencé par les nouvelles logiques d’accès.

Le Web ne limite pas la création. Ainsi, 70% des contenus y sont générés par les usagers : le rapport au contenu n’est plus purement consultatif, mais de plus en plus contributif et participatif. En opposition avec un retour à la lenteur prôné par l’intervenant précédent, Silvère Mercier encourage plutôt la formation à la construction de nouveaux outils de filtrage des informations. Puisque l’on observe une fusion entre popularité et autorité, soyons trouveurs et médiateurs pour propulser, populariser et légitimer nos trouvailles. La longue traine était monopole des bibliothèques, c’est fini. Copions donc les méthodes des libraires qui nous ont supplantés pour guider dans la longue traine, par recommandations et rebonds. En profitant de la puissance du bouche-à-oreille numérique, on peut favoriser la sérendipité en passant d’une logique d’accès à une logique de propulsion.

La médiation doit dorénavant passer par la production d’un contenu éditorial, technique et collaboratif, seul moyen pour les bibliothèques d’entrer dans les réseaux. Elles doivent se mettre en scène, montrer leurs compétences et diversifier leurs identités. Une identité institutionnelle, mais aussi une identité pour chaque service qu’elles proposent, des identités thématiques selon les contenus, et des identités de personnes ressources. Par exemple, un nuage de blogs, adressés à des publics différents bien définis. Et pour ce faire, pas besoin d’être tous informaticiens ni spécialistes des médias sociaux. En revanche nous devons tous être propulseurs de contenus.

Suivent quelques injonctions aux bibliothécaires, lapidaires car l’intervenant s’est laissé rattraper par le temps : abolition des “coups de cœur”, développons plutôt notre esprit critique et celui de nos usagers ; arrêtons les prescriptions, le médiateur doit se placer au niveau de l’amateur ; le Web n’est pas tout, le lieu bibliothèque est primordial, et doit être pensé comme une expérience ; les trois règles sont : être dans les flux, propulser les contenus, capter les attentions.

Avec cette intervention, Silvère Mercier semble se poser comme champion du Web 2.0 et de la modernité. Cela n’atténue pas le clivage que l’on a vu poindre mais permet ensuite un (mini) débat sur certains points de dissensions, nuançant les différentes positions.

Visuellement, une présentation aux antipodes de la précédente, très graphique et ludique, pour réveiller le public – on rentre de la pause déjeuner. On note cependant un slide avec des puces, et certains déplorent que l’intervenant ne porte pas le chapeau qui caractérise son avatar.


Mutation dans les OPAC : l’exemple du moteur de recherche à facettes Aquabrowser. – Aurélie Duclos

[slideshare id=6120231&doc=prsentationaquabrowsermediadixdc2010-101211161458-phpapp02]

Aurélie Duclos vient nous présenter l’Opac Aquabrowser, utilisé à SKEMA Business School. En avant-propos, la Geemik donne le ton “On récupère des générations de traumatisés du CDI, alors on voulait pas ressembler à des bibliothécaires” – ça rit jaune. Elle prévient ensuite que sa présentation lui donne le sentiment d’être commerciale chez Serial Solutions. Leur ancien catalogue était has-been et toutes leurs tentatives pour tenter de former les étudiants aux recherches booléennes s’étaient soldées par des échecs. Les étudiants étaient donc très souvent confrontés à un silence en totale opposition avec l’excès de bruit auquel les recherches de type Google les avaient habitués (et qu’ils savaient gérer).

Suit ensuite une description des différentes fonctionnalités du catalogue : requête dans un seul champ, puis facettes d’affinage à droite des résultats. La principale différence avec les autres catalogues à facettes réside dans un nuage de tags animé à gauche des résultats, permettant une navigation par rebonds successifs. Le catalogue est enrichi des couvertures fournies par Amazon, et des modules supplémentaires permettent la gestion de commentaires. Enfin, il ne renvoie jamais aucune réponse sans proposer d’autres pistes de recherche.

L’intervenante explique ensuite le choix qui a été fait malgré le coût de rester sur Aquabrowser après avoir migré vers le Sigb libre Koha (leur précédent Sigb était bricolé par leurs soins). La fluidité et l’aspect esthétique ont été mis en avant, ainsi que le caractère très pénible mais somme toute peu technique de la mise en compatibilité. Elle reconnait cependant deux points faibles importants de l’Opac : son prix, et le fait que le prestataire reste propriétaire des enrichissements qu’il héberge (c’est-à-dire tous les commentaires des usagers et les tags choisis par les professionnels).

Le Sudoc et le Catalogue général de la BnF sont passés aux facettes. Nous tournons sous Primo, plutôt agréable. Ce n’est qu’en parlant avec quelques collègues que je réalise qu’en fait ce genre de publicité est encore nécessaire auprès de certaines bibliothèques. Mais pour moi l’essentiel de la présentation réside dans l’énergie de l’intervenante, qui parle normalement, met les pieds dans le plat et nous rappelle  qu’on doit toujours chercher à faire plus et mieux, quitte à bricoler un peu. Malheureusement, j’ai peur que certains collègues aient surtout retenu le relativement faible volume de prêts dans sa bibliothèque, et estiment donc ne pas jouer dans la même catégorie, sans voir les tout de même évidentes similitudes.


D’un outil personnel à des usages publics et institutionnels : Twitter (table ronde)

La co-responsable de l’Urfist de Paris présente Twitter en quelques chiffres, et explique les étapes de l’inscription. L’extrême simplicité de l’outil de micro-blogging le rend paradoxalement complexe. De nombreux nouveaux usagers l’abandonnent très vite.

La présentation est particulièrement limpide, l’aspect tutoriel est très efficace. La voix de l’intervenante trahit une certaine nervosité. Ça me rappelle une conférence dans ce même amphi d’une jeune bibliothécaire de la BPI sur les nouveaux catalogues, quand je préparais mes concours. Le contenu était particulièrement riche, et la bibliothécaire particulièrement stressée. Une large part du public ne lui pardonna pas ce stress, non plus à mon avis que sa jeunesse et la brillance de son exposé, et montra à son égard une animosité que je crois bien teintée de jalousie. Ce qui ne l’aida pas à surmonter cette appréhension qui pourtant n’avait pas lieu d’être. Parfois, le public aigri est ingrat – et je pèse mes mots. Mais je digresse…

Stéphane Cottin distingue trois usages professionnels : Twitter est un outil de veille, un outil de communication, et un outil de validation de l’information. Bien entendu, ce n’est qu’une des lames du couteau-suisse. Le risque est grand de sombrer dans l’infobésité, l’intervenant insiste donc sur la nécessité de gérer de façon dynamique ses abonnements. Il montre également une fonctionnalité de recherche Google permettant de suivre un fil Twitter en temps réel. Il montre pour exemple le liveTweet #mediadixweb2 qui suit en direct la journée.

Certaines professions sont plus représentées que les autres sur Twitter, et les métiers de la documentation en font partie. Enfin, pour un usage professionnel de Twitter ou Facebook, Stéphane Cottin recommande la création de comptes distincts de ses comptes personnels, pour des raisons de vie privée mais aussi de gestion de flux.

L’aspect mise en abyme de la présentation n’échappe pas aux liveTweeteurs. Surtout quand ils voient leurs commentaires apparaitre en direct sur grand écran. Détail amusant, l’intervenant a oublié son mot de passe. C’est dire si l’atmosphère est dissipée. On rigole bien, résultat je ne prends pas trop de notes…

Lionel Maurel participe au binôme gérant le compte Twitter de Gallica. Pour un compte institutionnel, le positionnement ne va pas de soi. Pour Gallica il a été réfléchi dans une stratégie globale de dissémination impliquant Facebook, le blog et Netvibes. Les animateurs ne souhaitaient pas tomber dans l’autopromotion. Ils propulsent des contenus produits sur les autres réseaux sociaux, ne font pas d’alimentation automatique, utilisent un ton qu’ils veulent non institutionnel et jouent avec les outils Twitter (RT, #FF, …). Ils signalent les documents remarquables, insolites, ou liés à l’actualité, ainsi que les nouveautés de l’interface et les outils de valorisation. Mais ils font également suivre les citations et les réutilisations sur des blogs, dans une logique de média social.

Ils gèrent le compte à deux, sans décharge de travail, en s’imposant un minimum de cinq tweets par jour, sans mettre l’identité des agents en avant. Ils ont mis au point des outils pour gérer la veille, suivre la fréquentation et évaluer l’impact. Leurs publics sont des communautés de professionnels ou d’amateurs, des particuliers blogueurs et quelques passionnés d’un sujet pour qui Gallica est un outil. Il s’agit donc d’animation de communauté, leur permettant de soigner l’(e)-réputation de Gallica. Lionel Maurel insiste donc sur la nécessité de soigneusement préparer son positionnement et ses objectifs avant de se lancer.

La présentation est efficace – ceci dit, l’intervenant dispose d’une bonne base iconographique. Le message est clair : une institution peut avoir une place qui ne soit pas purement informationnelle sur les réseaux sociaux si elle sait ce qu’elle va y faire, et les résultats sont au rendez-vous. Comme c’est là-dessus que j’avais des doutes, ça m’intéresse beaucoup. Quelqu’un pose la question qui fâche : comment séparer le temps personnel du temps professionnel (sous entendu, est-ce que ça marche sans avoir besoin d’être un geek qui y passe ses nuits ?). Lionel Maurel ayant une présence personnelle sur la toile en parallèle à ce qu’il fait pour la BnF, il semble donc que oui, c’est possible – il consacre sa geekitude à son autre identité.


Le web 2.0 entre nouvelles injonctions et nouveaux avantages : synthèse des débats. – Véronique Mesguich

Le Web continue d’évoluer, se dirigeant aujourd’hui vers le Web de données. Véronique Mesguich rappelle cependant que l’appellation Web 2.0 ne doit pas nous tromper : le Web reste le Web, il évolue simplement en se dotant de nouveaux outils. Quoiqu’il en soit, la question n’est plus d’y être ou de ne pas y être, mais plutôt de comment et pourquoi y être. Ce qui implique de ne pas se jeter sur un nouvel outil sans avoir appris à le domestiquer, ni sans savoir ce que l’on souhaite en faire.

La journée se finit, dans le brouhaha habituel des départs échelonnés annonçant le départ groupé. On a appris quelques trucs, de quoi en tout cas booster un peu curiosité et motivation. Et ça ne peut pas faire de mal.