Archives du mot-clé Electre

Deux LibX en un

Photo originale : Domino graffiti 2 - · · · — — — · · · CC-BY-NC

Préambule

LibX, c’est vraiment très pratique. Le seul problème, quand on l’utilise pour les acquisitions, c’est qu’il faut choisir où mènera le clic sur l’Isbn : vers le catalogue, pour voir si on l’a déjà, vers le site sur lequel on formate les données biblio, vers le site où on stocke ses sélections en ligne, ou vers celui où on passe ses commandes ? Moi j’ai besoin de vérifier sur le Sudoc (mon Opac ne présente pas les Isbn), puis d’aller sur Electre où je formate et fais mes paniers de sélections – mes commandes chez le libraire je les fais d’un coup d’après mes listes Electre.

Pour le Sudoc j’avais donc un lien direct, et pour Electre j’utilisais le menu contextuel.

Une solution très web 1.0

Les frames sont ma solution. C’est pas très joli, c’est sûrement déconseillé par tous les standards W3C, mais ça me suffit. En gros, j’ai bricolé cette page qui présente simultanément les résultats d’une recherche Sudoc et Electre par Isbn. Et j’ai demandé à mon LibX de pointer dessus pour l’Isbn. Comme ça, je sais d’un clic d’un seul si on l’a dans nos collections, ce qu’en dit Electre, si je l’ai déjà repéré voire commandé. Et comme je n’ai qu’un seul onglet à gérer, je gagne pas loin d’une seconde par document vérifié – d’ici une dizaine d’année, j’aurais récupéré l’investissement de temps consacré à ce bricolage, qui deviendra donc rentable.

En gros, c’est pas révolutionnaire, mais je trouve ça plus pratique. Il va sans dire que Sudoc plus fonctionne parfaitement sur un demi-écran.

Le code Javascript (si ça intéresse quelqu’un)

Si vous voulez bricoler le vôtre (pour des recherches multi-catalogues orientées Zotero, par exemple), vous récupérez le code source de la page, puis à vous de l’adapter. Si comme moi vous êtes des quiches, voici quelques explications sur comment ça marche.

Dans le corps, deux iframes habilement nommées comme le catalogue qu’elles doivent accueillir :

Iframes positionnées par un bête css.

La fonction javascript appelée rechIsbn va récupérer le critère de recherche de l’url, c’est à dire ce qui suit le point d’interrogation après html. Bon, là, vous n’en voyez pas, mais il apparaitra grâce à LibX. Elle nommera ce critère isbn :

Ensuite, avec l’isbn, elle fabriquera les Url des deux frames, correspondant aux deux recherches demandées :

Ensuite, il faut appeler la fonction au chargement de la page :

Tadam !

Ne reste plus qu’à héberger la page. L’Url de recherche sur Libx est http://akareup.site50.net/recherche-Sudoc-Electre.html?%i. J’ai conservé les recherches par mots sur le Sudoc et mon Opac par menu contextuel.

Voilà. Je ne sais pas si ça va sembler utile à quelqu’un d’autre qu’à moi, mais pour mon utilisation de LibX c’est top. Ah, en revanche, du point de vue légal, je ne suis pas très sûr que ça soit tout à fait autorisé. Si quelqu’un a des détails, qu’il n’hésite pas à me les signaler avant que je croupisse en prison.

Sinon, joyeuses fêtes à tous !

Mon schéma d’acquisition

Préambule

Je travaille dans une bibliothèque inter-universitaire récente, à la politique documentaire encore fraîche. Je peux donc m’y référer pour savoir si un document doit, ou non, entrer dans nos collections. Nous visons un public d’étudiants, pas de chercheurs, et je suis acquéreur en littérature, domaine où les nouveautés ne manquent pas : il s’agit donc beaucoup de trier pour sélectionner ou rejeter, plutôt que de rechercher désespérément des titres. Enfin, il s’agit de mes procédures de travail, c’est à dire une façon de faire, sans prétention de ma part de la présenter comme exemplaire. L’enjeu est pour moi de la mettre à plat pour mieux l’appréhender moi-même, tout en bénéficiant de vos éventuels commentaires et retours d’expériences.

Les idées d’acquisitions

Qu’acheter ? Beaucoup de nouveautés. J’effectue une veille chez notre libraire, et chez des maisons d’édition qui publient dans mon domaine. Plutôt que d’opter pour les flux RSS fournis sur les sites ou “fabriqués” d’après les pages de nouveautés, j’ai préféré m’abonner aux lettres d’information sur les sites qui les proposent. Je peux ainsi attendre d’avoir le temps nécessaire au dépouillement de ces lettres (la dernière lettre de mon libraire comptait 185 titres). Je suis également des sites d’associations d’éditeurs, qui regroupent les nouveautés (comme le comptoir des presses d’universités). Les nouveautés libraire offrent un panorama large, particulièrement utile pour les éditions de classiques en format poche ou les œuvres “grand public”, mais génèrent beaucoup de bruit. En complément, la visite des différents sites d’éditeurs affute la recherche, mais la restreint également. La somme des deux, si elle génère des doublons, permet de balayer une grande partie de l’actualité éditoriale dans mon domaine.

J’achète également des documents récents qui ont l’objet d’une note de lecture dans une revue spécialisée. Pour la littérature contemporaine je me reporte aux revues plus ou moins grand public pour lesquelles la bibliothèque a un abonnement. Pour les éditions savantes et les études d’œuvres, je consulte les notes ou comptes-rendus de lecture en fin de numéros des revues orientées recherche. Je me concentre sur les revues disponibles en ligne sur CAIRN, qui permet d’être prévenu par mail lors de la parution d’un nouveau numéro. Cette source de suggestions d’acquisitions, par nature moins prolifique, me permet des choix beaucoup plus éclairés. En outre, elle peut me permettre de découvrir des éditeurs à suivre.

Pour encadrer cette veille, je m’astreint à la tenue d’un tableau où je reporte la date de la dernière lettre reçue pour les sites qui proposent ce service, et la date de ma dernière visite pour les autres.

Enfin, plus occasionnellement, je consulte les bibliographies de profs disponibles en ligne, les statistiques de communication pour repérer les documents qui sortent beaucoup, et je bénéficie de suggestions d’acquisitions par nos lecteurs. Ces sources, qui ont le mérite d’être ciblées, restent assez marginales en nombre de titres.

Est-ce qu’on l’a déjà ?

L’indispensable vérification pour éviter les doublons. J’utilise LibX pour rebondir sur notre OPAC. Comme celui-ci ne permet pas une recherche par ISBN, j’ai opté pour le LibX Sudoc, combiné avec le script Sudoc plus. En fait, j’ai même bricolé mon propre LibX, pour ne conserver que la recherche par ISBN sur le Sudoc, associée à une recherche par mots du titre et auteur directement sur notre OPAC, et une recherche par ISBN sur Electre, grâce au tutoriel proposé sur Bibliothèques [reloaded] (arf, il semble que les liens vers les vidéos aient disparu).

La recherche par ISBN est logiquement peu pertinente pour les nouveautés. Mais elle peut aussi se révéler trompeuse pour des documents moins récents, parce que les EAN (à 13 chiffres) sont parfois renseignés en zone 073, seul l’ISBN 10 étant alors présent en zone 010. Une recherche par ISBN 13 ne donne donc pas de résultat même si le document est présent au catalogue. En outre, comme cela a été bien expliqué sur Vingt-sept point sept, un nouvel ISBN n’implique nullement une nouvelle édition.

En gros :

  • pour les vraies nouveautés, j’utilise directement la recherche par mots du titre / auteur sur mon OPAC du menu contextuel de LibX
  • pour les documents moins récents, je clique sur l’ISBN. En cas de réponse positive (document identifié dans le Sudoc, signalé présent dans ma bibliothèque par Sudoc plus), j’arrête les frais. En cas de réponse négative (absent du Sudoc ou dans ma bibliothèque), je passe à la recherche mots du titre / auteur.
  • pour les nouvelles éditions “douteuses”, je rebondis par LibX sur Electre.

Une nouvelle édition d’un classique qu’on aurait déjà va aussi entrainer une vérification des statistiques de communication de nos autres versions, à plus forte raison si l’édition est dépourvue d’appareil critique.

Le formatage des données bibliographiques

Les données bibliographiques issues des notes de lecture, des comptes-rendus et des bibliographies sont difficilement exploitables en l’état, car elles ne comportent généralement pas d’ISBN.

Les suggestions d’acquisitions par les lecteurs, les remplacements d’ouvrages perdus et les achats de nouveaux exemplaires de documents très sollicités nécessitent une recherche, pour obtenir des données bibliographiques complètes ou pour contrôler l’existence d’une éventuelle édition plus récente.

Les données fournies par les éditeurs ou les libraires sont généralement plus complètes, mais de qualité parfois très irrégulière (surtout chez les libraires). On trouve des publications en plusieurs volumes dont les descriptions ne sont pas uniformes, une casse irrégulière, des soupçons de fautes de frappes…

Pour le formatage de ces données, je me reporte à Electre, (quasiment) exhaustif sur les domaines qui m’intéressent, par rebond direct quand je dispose de l’ISBN, par recherche dans les autres cas.

Les paniers de sélections

Comme ma bibliothèque m’en offre la possibilité, et comme je peux y trouver tous les titres qui m’intéressent, je prépare mes paniers sur Electre. Mes paniers, car les documents sont triés par sous-domaines et par urgence (ou pertinence) d’achat. Electre permet de regrouper des paniers dans des dossiers avec arborescence, et offre donc de réelles possibilités de classement. Le prix est mentionné, le pluri-exemplaires et les commentaires sont possibles, de nombreuses options de tris sont disponibles (auteur, titre, date de parution, éditeur…), et l’appartenance à un ou plusieurs paniers est indiqué sur les notices, ce qui permet d’éviter les doublons. Même si notre libraire ne travaille pas à partir des paniers Electre, j’y prépare mes commandes avant de les verser (ISBN par ISBN) sur mon panier de commande chez notre libraire. Et je garde sur Electre un panier “commandés”, que je ne vide qu’une fois les documents catalogués.

Les paniers sur le site du libraire ne présentent pas le même éventail de fonctionnalité (pas d’arborescence, pas de dédoublonnage…), le catalogue est moins exhaustif qu’Electre (et oblige donc à saisir des données biblio à la main), et les données sont dépendantes du formatage du libraire, peu satisfaisant. Je me contente donc d’y passer mes commandes.

Si je devais changer de domaine (et de langue) d’acquisitions, ou si (Melvil Dewey nous en préserve) ma bibliothèque devait résilier son abonnement Electre, je pense que j’opterai pour :

  • un formatage Amazon (pas idéal mais large fonds, incluant les nouveautés)
  • des paniers Zotero (pas de dédoublonnage, prix à rajouter si nécessaire, mais très pratique)

J’utiliserais un LibX vers Amazon, de préférence celui que j’ai péniblement mais fièrement bricolé, ou alors celui que je viens de (re)découvrir (mon cerveau est facétieux), bien mieux, développé par Lully il y a plus d’un an. Amazon est Zotero-compatible, et Zotero permet de corriger les défauts de formatage d’Amazon. Et c’est gratuit.

Pour conclure

J’effectue ces opérations (vérification d’absence, formatage, versement dans un panier) titre par titre (pas de présélection avant vérification globale d’absence, par exemple). Le tri plus fin entre mes différents paniers peut lui être rétroactif (de “wah trop bien il nous le faut” à “bof, le mois prochain, en fait, si y a rien d’autre”). Le temps passé dépend essentiellement du questionnement “ce livre rentre correspond-il à notre politique documentaire”, beaucoup plus que des vérifications systématiques.

Quelques exemple :

  • Parmi les nouveautés du libraire, la bio d’un auteur classique. Sélection et clic droit, recherche de l’auteur de la bio sur wikipedia et dans notre catalogue. Résultats peu probants : l’auteur ne rentre pas dans nos critères. Environ 5 secondes
  • Parmi les nouveautés d’un éditeur, un manuel présenté comme une “nouvelle édition”. Sélection et clic droit, recherche sur notre catalogue : on a déjà deux versions, la 1ère et la 2ème édition, plus toutes jeunes. Sélection et clic droit, recherche par ISBN sur Electre, qui présente le livre comme étant la 3ème édition. Recherche sur aleph pour voir les stats : les deux éditions sortent plutôt mollement. Ajout au panier avec commentaire “désh. 1 ancienne éd”. Moins d’une minute
  • Parmi les notes de lecture d’une revue sur CAIRN, une étude qui a l’air bien mais peut-être trop pointue. Sélection et clic droit, recherche sur notre catalogue. On ne l’a pas. Lecture plus approfondie de la note. Recherche sur Electre. Hésitation. On prend, ajout au panier. Moins de 5 minutes

Voilà. Bon, et puis, faudrait pas oublier :

  • Parmi les nouveautés du libraire, une flopée de Harlequin. Mais si je vire de ma sélection “littérature sentimentale”, je risque de passer à coté d’une réédition de La Princesse de Clèves, et je m’en voudrais. Je l’évoque devant mes collègues de bureau, la discussion qui s’ensuit mérite bien un café et une cigarette. Environ 1/4 d’heure
  • Une note de lecture encense Étude sur le théâtre, de Bernard Jules (titre fictif, enfin, j’imagine), sans indication d’ISBN et paru il y a 3 ans. Je me risque à une recherche libre sur le Sudoc. Plutôt que d’abandonner et tenter une recherche avancée, je m’évertue à essayer d’affiner ma liste de 22514 résultats, et ça rame… Je feuillette les pages et ça rame… Je finis par jeter un œil sur la recherche sur notre OPAC lancée en parallèle : on l’a déjà, bien sûr. Environ … oups, faut que je coure en service public.