Archives du mot-clé Twitter

Veille numérique sans agrégateur

Schéma de veille - CC0

Préambule

Cécile Arènes est une veilleuse aguerrie. Elle participe au Bouillon des bibliobsédés, dissémine ses trouvailles, et publie une veille mensuelle enrichie sur son blog : la série En BUtinant (anciennement Du coté des BU).  Comme la plupart des utilisateurs d’Internet, elle a utilisé plusieurs outils, au fur et à mesure de leur mise en ligne, qui ont fini par s’accumuler, voire s’enchevêtrer. En outre, le recours à ces services, tellement pratiques, développés par des entreprises privées, a tendance à nous amener à faire reposer notre travail sur des fondations instables : dès que l’entreprise change sa politique, son offre de services, ses tarifs, voire disparait, tout risque de s’écrouler1. Une fonctionnalité de l’agrégateur Google reader l’a ainsi obligée à modifier l’organisation de sa veille. Et celle-ci était devenue un peu … compliquée.

Alors qu’elle réfléchissait en gazouillant à une méthode pour remettre tout ça à plat, je lui ai présenté mon fonctionnement de veille. Cécile a fini par réussir à “démêler l’écheveau”, et a publié, sur requête twitterienne, sa nouvelle organisation. Et comme le partage des procédures peut toujours se révéler utile, voici mon fonctionnement à moi.

Mes libertés de veilleur fainéant, et mes rares impératifs

Ma veille est brute, et ne donne lieu à aucun enrichissement : pas de commentaire, pas de mise en perspective, pas même de tag (d’autres font ça très bien, avec beaucoup de pertinence). Je me contente de signaler les ressources, avec pour message implicite : “j’ai lu, ça m’a semblé intéressant”.

Je ne veille pas sur la presse, ni sur les sources généralistes en guettant des mots-clés. Je ne suis abonné qu’à des blogs liés au monde des bibliothèques – pour les articles de sources que je ne suis pas, je compte sur la recommandation des veilleurs plus consciencieux.

Je veux pouvoir veiller de chez moi, au travail, et surtout où je veux sur mon téléphone malin. Et je ne veux pas avoir à maintenir mes abonnements à plusieurs endroits.

Je veux présenter les sources que je recommande via Twitter à ma façon : Titre / Auteur. – Url 2, pour différencier ces tweets d’une publication manuelle sans perdre de caractères avec un [Veille], et en mentionnant l’auteur.

Je n’ai pas de compte Facebook, mais je suis rarement déconnecté de Twitter – ma principale source de recommandations.

Le fonctionnement

J’ai créé un compte robot sur Twitter : @akaVeille. Tous les flux Rss des sources que je suis sont entrés sur le compte akaVeille If This Then That (IFTTT), qui publie pour chaque nouvel item un tweet sous la forme {{EntryTitle}} / Auteur. – {{EntryUrl}} (c’est moi qui choisis la forme du nom de l’auteur, une fois pour toutes). Je dois donc créer une tâche à chaque nouvel abonnement à un blog, et puis c’est tout (en revanche, la navigation entre les différents abonnements est peu pratique – liste non triable).

Tous les nouveaux articles de ces sources donnent donc lieu à un tweet du robot, auquel je suis abonné avec mon vrai compte. Twitter est mon agrégateur : je suis prévenu en temps réel des nouvelles parutions dans ma TL, et pour rattraper du retard, je n’ai qu’à aller voir la page d’@akaVeille.

Quand je souhaite partager un article, je le passe en favori sur Twitter (juste une étoile à cliquer). Le compte akaReup d’IFTTT3 ajoute à mon compte Delicious les articles ainsi signalés, avec comme tag akaveille et comme description le texte du tweet (Titre / Auteur. – Url). Quand je repère une ressource par un autre biais (sérendipité ou recommandation), je l’ajoute directement à Delicious, en saisissant manuellement le tag veille et la description Titre / Auteur. – . Passer un tweet en favori et enregistrer un signet Delicious sont des actions très simples, même sur un terminal mobile.

Mon compte Delicious produit un flux Rss pour le widget de ce carnet, et mon compte IFTTT publie automatiquement sur mon compte Twitter la description des items tagués akaveille, et la description + l’Url des items tagués veille4. Il les ajoute également à mes comptes Diigo et Read It Later (que je n’utilise pas, mais pourquoi pas : l’un est un canal de partage, l’autre m’avait paru utile à une époque).

  1. lire à ce sujet l’article d’Olivier Ertzscheid : Le jour où YouTube fermera []
  2. Un Isbd-like, par clin d’oeil []
  3. IFTTT n’admet qu’un seul compte pour chaque canal (Twitter, FB, Delicious…), il faut donc ouvrir plusieurs comptes IFTTT pour agir sur plusieurs comptes d’un même canal. []
  4. IFTTT peut isoler et copier un lien dans un tweet, mais pas tout le texte d’un tweet sauf le lien. L’utilisation de deux tags différents permet donc de ne pas doubler l’url de l’item pour les ressources issues d’un favori Twitter []

Ce qu’on dit de nous

Photos originales : haut-gauche : Secrets - horrigans (CC BY-NC) ; haut-droite : whisper - shimonkey (CC BY-NC-SA) ; bas-gauche : Whisper - Chris Sgaraglino (CC BY-NC-SA) ; bas-droite : Whispering secrets - Cameron Maddux (CC BY-NC-SA)

Préambule

La bibliothèque offre comme tout le monde la possibilité de la contacter par mail depuis son site. Elle dispose également d’un compte Twitter et d’une page Facebook. Et elle met à disposition des usagers sur le site des cahiers de “Remarques et suggestions” – il est d’ailleurs intéressant de noter que ce sont ces cahiers qui génèrent le plus de messages des lecteurs.

Cependant, si nous pouvons ainsi savoir ce que nos usagers veulent nous dire, cela ne nous dit pas ce que l’on dit de nous. Pour cela, le plus pratique reste encore l’espionnage la veille automatisée.

Des recherches et des flux

Google propose un service d’alertes. Contrairement à ce qu’il semble afficher, le service permet de générer à la place d’alertes par mail des flux Rss. J’ai donc programmé deux alertes : bibliothèque Sainte-Barbe et “la bsb” (c’est notre petit nom), en excluant à chaque fois les contenus générés par nous-même sur notre site, en ajoutant le paramètre -site:http://www.bsb.univ-paris3.fr/.

Beaucoup de commentaires sur la bibliothèque sont faits sur Twitter. On peut faire y lancer des recherches, mais le flux Rss associé n’est plus proposé – le Rss n’étant plus à la mode, comme l’a souligné récemment Étienne Cavalié sur son blog. Qu’à cela ne tienne, s’y on connaît l’Url-type, on peut en fabriquer de nouvelles soi-même. Ça marche comme ça :

http://search.twitter.com/search.rss?q=bibliotheque+sainte+barbe

Pour éliminer du bruit, la même recherche pour notre petit nom (“la bsb”) comporte le paramètre &lang=fr (qui comme on le devine restreint la recherche aux tweets en français).

Twitter comme agrégateur

Tous ces flux sont réunis grâce à un pipe1. Ils sont réunis en un seul flux Rss – plus facile pour moi à gérer. Ce flux est ensuite envoyé sur Twitter grâce à Twitterfeed. Non pas sur mon compte personnel – cela n’intéresserait que très moyennement mes followers, à qui j’impose déjà beaucoup de digressions – mais sur un compte robot auquel je suis abonné. J’utilise ainsi Twitter comme un agrégateur.

Les éléments du flux en provenance de Twitter doivent subir quelques modifications. Twitter n’autorise pas la publication automatisée issue d’un flux Twitter. Je réduis donc au maximum les éléments pour ne garder que le titre, le lien et la date de publication (avec la méthode subelement, pour les puristes), et cela suffit à les camoufler. En outre, je transforme tous les @ en [at], histoire de ne pas bombarder les destinataires du tweet original2. Enfin, pour éviter la boucle infernale, je retire du flux le contenu provenant de mon compte robot – ainsi il ne me le propose pas à nouveau.

Qu’est ce qu’il en sort ?

Tout d’abord, il ne s’agit que d’un outil de veille. Comme toute veille automatisée, celle-ci contient du bruit. Notre bibliothèque à son acronyme, qu’elle partage avec d’autres. Ainsi, la Bayerischen Staatsbibliothek apparaît parfois dans les résultats. Plus éloignés de nos centres d’intérêt, des garçons originaires d’une rue mal famée font toujours parler d’eux. Visiblement, ils organisent même des croisières qui connaissent un certain succès – ô joies de la sérendipité.

J’ai intégré les flux Google trop récemment pour proposer un réel retour d’expérience là-dessus. Quant à la veille Twitter, elle peut parfois mettre en évidence des dysfonctionnement techniques à la bibliothèque – et des visiteurs peu banals :

Elle signale également des mécontentements :

Mais c’est surtout un moyen de surveiller notre réputation. On peut voir ainsi que nos efforts liés à la qualité de l’accueil, la politique documentaire et les services offerts sont utiles. Mais que le véritable motif de notre succès, notre argument majeur d’attractivité, est ailleurs :

Ça semble certes ne pas servir à grand-chose, mais ça ne coûte rien. Quand ce sont des compliments ou des marques de satisfaction, ça fait toujours plaisir. Et qui sait, cela pourrait nous faire prendre conscience d’une demande forte des usagers, d’une critique récurrente, d’un défaut de communication – et nous permettre de réagir.

  1. Yahoo pipes est un outil en ligne permettant de créer, modifier et combiner des flux Rss relativement simplement. Étienne Cavalié a réalisé de très bons tutoriels sur son blog : http://bibliotheques.wordpress.com/tutos-yahoo-pipes/. []
  2. Sur Twitter, pour contacter ou citer quelqu’un, on fait précéder son nom d’utilisateur du caractère @. Re-publier un tweet contenant cette mention équivaut à répondre à tous par mail. []