Ouvrages collectifs de presses universitaires : la somme des parties est supérieure au tout

Fringe Posters 9 – El Negro Magnifico – CC-BY-NC

Préambule

Je suis acquéreur et catalogueur en littérature générale et littérature française pour un public universitaire. J’achète donc beaucoup d’ouvrages collectifs, comme des actes de colloques. Certains sont publiés chez des éditeurs (très) généralistes, voire à compte d’auteur – on pourra d’ailleurs légitimement s’interroger sur la pertinence d’une édition coûteuse et par nature peu rentable au lieu d’une mise en ligne en accès libre sur une plateforme augmentant sa visibilité (un exemple : les actes de colloques du musée du quai Branly). Mais la majorité de ces ouvrages collectifs sont publiés chez des presses universitaires. Ils réunissent généralement des textes courts (10-30 pages), souvent centrés chacun sur un aspect d’une œuvre particulière, le tout sous un titre commun.

Le global, le particulier, et leurs publics

En principe, ces œuvres collectives entendent présenter et mettre en parallèle des aspects différents d’une thématique globale. Pour schématiser, en littérature on pourra distinguer les documents qui traitent d’un unique corpus sous différents axes de recherche, et ceux qui étudient un même thème, ou une même particularité, dans des corpus différents. Ils n’ont bien souvent pas vocation à présenter une synthèse finale de leur sujet d’étude, mais plutôt un panorama en guise d’ouverture sur des axes de recherche.

Le titre commun sera donc celui du ciment qui réunit ces différents textes, parfois d’approche très variée – à plus forte raison s’ils font appel à l’interdisciplinarité. Il attirera un public intéressé par la thématique générale, et les différentes orientation de la recherche le concernant. Parallèlement, les textes qui composent l’ouvrage pourront attirer un tout autre public, plus spécialisé dans le domaine ou le corpus d’une des participation (et uniquement de celle-ci).

Un ouvrage regroupant 10 participations sur un thème précis visera le public intéressé par ce thème, mais aussi les 10 publics intéressés par une des 10 participations, indépendamment du thème général. Il ciblera donc 11 publics, tous différents, tous spécialisés et tous restreints.

  • Un exemple : les Presses universitaires de Rennes ont sorti en 2010 les actes d’un colloque sous le titre Paysage politique : le regard de l’artiste, sous la direction de Isabelle Trivisani-Moreau. Il intéressera à coup sûr les chercheurs spécialisés dans ce thème. Mais on peut également penser que le chapitre Le paysage et l’homme dans les Affinités électives de Goethe : une conception de la société par Jean-Marie Paul pourrait attirer les candidats à l’agrégation de Lettres modernes 2012, puisque les Affinités électives sont au programme de littérature comparée. Ce public, qui ne s’intéressera peut-être cette année que mollement au regard politique de l’artiste sur le paysage (les Affinités sont dans un corpus réunit autour du thème « Fictions du savoir, savoirs de la fiction »), aura en revanche peut-être envie de lire tout texte court et récent sur les œuvres au programme.

Un nécessaire affinage de la granularité de nos catalogues

Comment ces participations sont-elles signalées à leurs publics éventuels ? Par recommandation (voilà qui est très 2.0) : quelqu’un découvre son existence, en suivant l’actualité de l’auteur qu’il sait spécialisé dans le domaine qui l’intéresse. Ou quelqu’un assiste au colloque, et peut donc signaler à un collègue une intervention qui devrait intéresser ce dernier, qui justement travaille sur le même thème. Avec un peu de chance, le découvreur publiera le résultat de ses travaux, et pourra donc citer la participation dans sa bibliographie. Ou le découvreur sera enseignant, et il pourra indiquer à ses étudiants ce texte particulier. C’est quand même laisser beaucoup de place au hasard, et clairement, cela induit un délai considérable entre la publication de l’ouvrage et l’atteinte éventuelle de ses publics.

L’idéal serait évidemment qu’en cherchant les Affinités électives sur le catalogue de sa bibliothèque, le lecteur se voit proposer l’ouvrage collectif. Voilà typiquement le genre de valeur ajoutée (facultative) d’un catalogage fouillé que certains qualifieraient d’épépinage de groseilles – pour ne pas dire maltraitance sur diptères – c’est bien joli, c’est très minutieux, mais ça n’a qu’une utilité toute relative. Et bien c’est tout le contraire. Parce que sans ça, l’ouvrage qu’on a acheté ne sortira jamais des rayonnages. Si personne ne sait que ça peut l’intéresser, il n’intéressera personne. Au risque de dénoter à une époque où on privilégie l’achat en gros de bouquets et collections, massivement et indifféremment, je reste persuadé que si on achète des livres, c’est pour qu’ils soient consultés. Et je ne pourrai pas recommander cet ouvrage à toutes les personnes susceptibles d’être intéressées par une partie de son contenu : il faut donc que je leur donne la possibilité de le découvrir par eux-mêmes.

Il va sans dire que les universités et organismes de recherche à l’origine de ces ouvrages ont tout intérêt à ce qu’il soient valorisés et diffusés largement auprès de tous leurs publics cible. La qualité des interventions – et donc de la recherche préalable, la pertinence de leur regroupement, les efforts de présentation de l’objet livre, tout est valorisable. Le lecteur, comme l’auteur, comme son université ou organisme de recherche, comme les personnes et l’institution qui ont décidé de réunir ces participations, comme les presses universitaires et leur travail éditorial, tout le monde a à gagner à cette valorisation. Mais sans visibilité, tout ce travail n’aura servi à rien.

Les moyens pour le faire

Le Sudoc recommande d’utiliser la zone unimarc 359 pour y saisir les tables des matières. C’est facultatif, et très structuré, donc cela peut paraître à la fois complexe et rébarbatif. Ceci dit, vu qu’on est rarement le seul (ou le premier) à acquérir des publications de presses universitaires, on peut parfois se permettre les 5-10 minutes nécessaires à l’ajout du note de table des matières. En plus, plus on le fait souvent, plus ça va vite. Disons qu’on pourrait se contenter de le faire quand en feuilletant la table on s’aperçoit qu’un des textes parait particulièrement pertinent pour un public très identifié (une œuvre au programme dans notre université, par exemple), ou selon de critères plus systématiques (une intervention d’un chercheur de notre université, une publication de nos presses universitaires, …).

Seulement voilà : la « mise en page » de la table des matières sur le Sudoc est très structurée, et pas vraiment automatisable. C’est donc un peu laborieux. Clairement, on ne peut faire l’effort que si on peut trouver cette table en ligne, et qu’on n’a pas à se fader 4 pages de recopiage en dactylo. Chères presses universitaires, on s’en fiche que vous nous les mettiez en .pdf ou en .html, avec ou sans la pagination, comme imprimées dans le livre ou avec un présentation spéciale web. On est même très tolérant pour cette affreuse ligne de …………… avant le numéro de page. Mais il nous faut ces tables en ligne ! Ah, si, il faut quand même qu’on puisse faire un copier/coller, alors par pitié pas sur Google books. Sans compter qu’avant même de parler de catalogage, cela pourrait motiver l’achat du-dit ouvrage.

Dernier point, mais de taille, il faut que cette note de sommaire soit indexée dans les catalogues. C’est à dire qu’il faut qu’une recherche sur le Sudoc renvoie le contenu des tables des matières. Pour le moment, ça n’est pas le cas, mais la réactive cellule assistance nous assure que « dès le changement des serveurs [prévu pour le 1er semestre 2011 – et il me semble que c’est fait] l’équipe responsable de l’interface publique fera des tests pour intégrer cette zone qui semble aussi pertinente que les résumés ». C’est donc théoriquement pour bientôt. Et il faut également récupérer cette zone dans nos Opacs lors du transfert – cuisine locale, mais cuisine quand même.

Comme toujours, ça représente un effort. Comme toujours, on pourra s’entendre dire que c’est un effort inutile ou impossible. Impossible, c’est juste faux. Inutile, c’est l’argument qui nous considère déjà fichus, et que c’est plus la peine d’essayer de servir à quelque chose – disons que je ne partage pas cette opinion.


4 réflexions au sujet de « Ouvrages collectifs de presses universitaires : la somme des parties est supérieure au tout »

  1. Billet très intéressant, merci! J’ai récemment eu l’occasion de discuter avec un prof qui regrettait qu’on n’ait pas systématiquement les tables les matières dans les notices. Je m’attelle à l’ajouter dans le Sudoc quand ça me paraît pertinent, c’est effectivement une information qui me semble précieuse. Je m’étonne donc de trouver le champs 359 mentionné dans les données souvent filtrées lors des chargements dans les SIGB… Si c’est le cas dans notre établissement, il faut mettre la pression pour les récupérer en local! D’autant plus que dans beaucoup de SIGB, le problème de l’indexation pour la recherche ne se pose pas, chez nous la recherche se fait en plein texte et donc interroge la 359.

    cf la « Synthèse de l’enquête « Usage professionnel du Sudoc » » http://www.abes.fr/abes/documents/article%20WEB/Synthese_enquete_sudoc_mars_2011.pdf p.6-7 :
    Avez-vous paramétré votre SIGB pour qu’il filtre des données en entrée ?
    Près des deux tiers des établissements ont choisi de ne pas importer toutes les zones
    présentes dans le Sudoc.
    Les champs concernés majoritairement par les filtrages sont les suivants :
    – le champ 035, parce qu’il allonge considérablement la notice et peut générer des
    problèmes d’affichage
    – le champ 359 (transcription de la table des matières ou sommaire)
    – la zone 6XX, principalement pour supprimer l’indexation Mesh ou les indexations en
    anglais parce qu’elles sont jugées inutiles en local, mais aussi, à l’inverse, pour
    conserver l’indice Dewey lorsqu’il sert à la cotation
    – la zone 9XX pour protéger les données d’exemplaires

  2. Heureusement, qu’il existe internet !! chercheuse en histoire et bibliothécaire, je constate que les catalogues de bibliothèques ne servent quasiment jamais pour identifier une source ou alimenter une bibliographie. Ils ne sont utilisés que pour vérifier si le document recherché est disponible dans une bibliothèque pas trop éloignée !! D’ailleurs, les sites français de bibliothèques ne remontent jamais dans les premières pages de résultats. Heureusement donc que d’autres sites mettent en ligne les tables des matières des ouvrages obscurs mais si utiles pour quelques chercheurs. En attendant que ces publications se diffusent sur Cairn ou autres plates formes…

  3. @Marie_Idille Merci pour ce commentaire enrichissant. Demander l’arrêt du filtrage de la zone 359 sera ma mission de l’année (tout en continuant de guetter l’évolution du Sudoc dans l’interrogation de cette zone). J’en profiterai pour demander pourquoi on filtre cette zone (il doit bien y avoir une raison, quand même !)

    @Erzulie L’indexation des notices sur les moteurs de recherche est aussi un des points à travailler, c’est clair. Merci en tout cas pour ce témoignage : il confirme qu’un catalogage de qualité ne ferait pas que plaisir à quelques catalogueurs pointilleux, mais pourrait surtout avoir une réelle utilité pour les usagers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *