Archives du mot-clé Catalogue

Ouvrages collectifs de presses universitaires : la somme des parties est supérieure au tout

Fringe Posters 9 - El Negro Magnifico - CC-BY-NC

Préambule

Je suis acquéreur et catalogueur en littérature générale et littérature française pour un public universitaire. J’achète donc beaucoup d’ouvrages collectifs, comme des actes de colloques. Certains sont publiés chez des éditeurs (très) généralistes, voire à compte d’auteur – on pourra d’ailleurs légitimement s’interroger sur la pertinence d’une édition coûteuse et par nature peu rentable au lieu d’une mise en ligne en accès libre sur une plateforme augmentant sa visibilité (un exemple : les actes de colloques du musée du quai Branly). Mais la majorité de ces ouvrages collectifs sont publiés chez des presses universitaires. Ils réunissent généralement des textes courts (10-30 pages), souvent centrés chacun sur un aspect d’une œuvre particulière, le tout sous un titre commun.

Le global, le particulier, et leurs publics

En principe, ces œuvres collectives entendent présenter et mettre en parallèle des aspects différents d’une thématique globale. Pour schématiser, en littérature on pourra distinguer les documents qui traitent d’un unique corpus sous différents axes de recherche, et ceux qui étudient un même thème, ou une même particularité, dans des corpus différents. Ils n’ont bien souvent pas vocation à présenter une synthèse finale de leur sujet d’étude, mais plutôt un panorama en guise d’ouverture sur des axes de recherche.

Le titre commun sera donc celui du ciment qui réunit ces différents textes, parfois d’approche très variée – à plus forte raison s’ils font appel à l’interdisciplinarité. Il attirera un public intéressé par la thématique générale, et les différentes orientation de la recherche le concernant. Parallèlement, les textes qui composent l’ouvrage pourront attirer un tout autre public, plus spécialisé dans le domaine ou le corpus d’une des participation (et uniquement de celle-ci).

Un ouvrage regroupant 10 participations sur un thème précis visera le public intéressé par ce thème, mais aussi les 10 publics intéressés par une des 10 participations, indépendamment du thème général. Il ciblera donc 11 publics, tous différents, tous spécialisés et tous restreints.

  • Un exemple : les Presses universitaires de Rennes ont sorti en 2010 les actes d’un colloque sous le titre Paysage politique : le regard de l’artiste, sous la direction de Isabelle Trivisani-Moreau. Il intéressera à coup sûr les chercheurs spécialisés dans ce thème. Mais on peut également penser que le chapitre Le paysage et l’homme dans les Affinités électives de Goethe : une conception de la société par Jean-Marie Paul pourrait attirer les candidats à l’agrégation de Lettres modernes 2012, puisque les Affinités électives sont au programme de littérature comparée. Ce public, qui ne s’intéressera peut-être cette année que mollement au regard politique de l’artiste sur le paysage (les Affinités sont dans un corpus réunit autour du thème “Fictions du savoir, savoirs de la fiction”), aura en revanche peut-être envie de lire tout texte court et récent sur les œuvres au programme.

Un nécessaire affinage de la granularité de nos catalogues

Comment ces participations sont-elles signalées à leurs publics éventuels ? Par recommandation (voilà qui est très 2.0) : quelqu’un découvre son existence, en suivant l’actualité de l’auteur qu’il sait spécialisé dans le domaine qui l’intéresse. Ou quelqu’un assiste au colloque, et peut donc signaler à un collègue une intervention qui devrait intéresser ce dernier, qui justement travaille sur le même thème. Avec un peu de chance, le découvreur publiera le résultat de ses travaux, et pourra donc citer la participation dans sa bibliographie. Ou le découvreur sera enseignant, et il pourra indiquer à ses étudiants ce texte particulier. C’est quand même laisser beaucoup de place au hasard, et clairement, cela induit un délai considérable entre la publication de l’ouvrage et l’atteinte éventuelle de ses publics.

L’idéal serait évidemment qu’en cherchant les Affinités électives sur le catalogue de sa bibliothèque, le lecteur se voit proposer l’ouvrage collectif. Voilà typiquement le genre de valeur ajoutée (facultative) d’un catalogage fouillé que certains qualifieraient d’épépinage de groseilles – pour ne pas dire maltraitance sur diptères – c’est bien joli, c’est très minutieux, mais ça n’a qu’une utilité toute relative. Et bien c’est tout le contraire. Parce que sans ça, l’ouvrage qu’on a acheté ne sortira jamais des rayonnages. Si personne ne sait que ça peut l’intéresser, il n’intéressera personne. Au risque de dénoter à une époque où on privilégie l’achat en gros de bouquets et collections, massivement et indifféremment, je reste persuadé que si on achète des livres, c’est pour qu’ils soient consultés. Et je ne pourrai pas recommander cet ouvrage à toutes les personnes susceptibles d’être intéressées par une partie de son contenu : il faut donc que je leur donne la possibilité de le découvrir par eux-mêmes.

Il va sans dire que les universités et organismes de recherche à l’origine de ces ouvrages ont tout intérêt à ce qu’il soient valorisés et diffusés largement auprès de tous leurs publics cible. La qualité des interventions – et donc de la recherche préalable, la pertinence de leur regroupement, les efforts de présentation de l’objet livre, tout est valorisable. Le lecteur, comme l’auteur, comme son université ou organisme de recherche, comme les personnes et l’institution qui ont décidé de réunir ces participations, comme les presses universitaires et leur travail éditorial, tout le monde a à gagner à cette valorisation. Mais sans visibilité, tout ce travail n’aura servi à rien.

Les moyens pour le faire

Le Sudoc recommande d’utiliser la zone unimarc 359 pour y saisir les tables des matières. C’est facultatif, et très structuré, donc cela peut paraître à la fois complexe et rébarbatif. Ceci dit, vu qu’on est rarement le seul (ou le premier) à acquérir des publications de presses universitaires, on peut parfois se permettre les 5-10 minutes nécessaires à l’ajout du note de table des matières. En plus, plus on le fait souvent, plus ça va vite. Disons qu’on pourrait se contenter de le faire quand en feuilletant la table on s’aperçoit qu’un des textes parait particulièrement pertinent pour un public très identifié (une œuvre au programme dans notre université, par exemple), ou selon de critères plus systématiques (une intervention d’un chercheur de notre université, une publication de nos presses universitaires, …).

Seulement voilà : la “mise en page” de la table des matières sur le Sudoc est très structurée, et pas vraiment automatisable. C’est donc un peu laborieux. Clairement, on ne peut faire l’effort que si on peut trouver cette table en ligne, et qu’on n’a pas à se fader 4 pages de recopiage en dactylo. Chères presses universitaires, on s’en fiche que vous nous les mettiez en .pdf ou en .html, avec ou sans la pagination, comme imprimées dans le livre ou avec un présentation spéciale web. On est même très tolérant pour cette affreuse ligne de …………… avant le numéro de page. Mais il nous faut ces tables en ligne ! Ah, si, il faut quand même qu’on puisse faire un copier/coller, alors par pitié pas sur Google books. Sans compter qu’avant même de parler de catalogage, cela pourrait motiver l’achat du-dit ouvrage.

Dernier point, mais de taille, il faut que cette note de sommaire soit indexée dans les catalogues. C’est à dire qu’il faut qu’une recherche sur le Sudoc renvoie le contenu des tables des matières. Pour le moment, ça n’est pas le cas, mais la réactive cellule assistance nous assure que “dès le changement des serveurs [prévu pour le 1er semestre 2011 - et il me semble que c'est fait] l’équipe responsable de l’interface publique fera des tests pour intégrer cette zone qui semble aussi pertinente que les résumés”. C’est donc théoriquement pour bientôt. Et il faut également récupérer cette zone dans nos Opacs lors du transfert – cuisine locale, mais cuisine quand même.

Comme toujours, ça représente un effort. Comme toujours, on pourra s’entendre dire que c’est un effort inutile ou impossible. Impossible, c’est juste faux. Inutile, c’est l’argument qui nous considère déjà fichus, et que c’est plus la peine d’essayer de servir à quelque chose – disons que je ne partage pas cette opinion.

Accès au catalogue depuis Facebook

Photo originale : Boston Public Library, 28 feb 09 - essygie - CC-BY

Préambule

Plein de bibliothèques ont une page Facebook. Elles servent essentiellement de placard de pub, de carte de visite et d’affichage d’informations pratiques. On y trouve donc logiquement des liens vers le catalogue de la bibliothèque. Et il semble que ça serve : je ne sais plus qui annonçait récemment qu’une part importante des accès au site d’une certaine bibliothèque provenait de Facebook (oui, je sais, [citation needed] et [weasel words]). Mais plutôt que dire : “allez chercher sur notre catalogue”, pourquoi ne pas fournir directement le formulaire de recherche ?

Créer sur Facebook

Le problème de la création sur ce site social, c’est que tout y est verrouillé, propriétaire et bridé. Ne comptez pas y faire ce que vous voulez. La seule solution que j’ai trouvée, c’est de passer par un formulaire HTML.

1ère étape : aller chercher l’application “Static FBML” pour l’ajouter à la page de la bibliothèque. Dans la barre de recherche en haut vous cherchez static fbml, et une fois sur la page de l’appli, vous cliquez Ajouter à ma page (à gauche, en haut). Static FBML permet de taper du html bridé ou du FaceBook Markup Language, une sorte d’html arrangé à la sauce FB, pour l’afficher sous un onglet.

2ème étape : saisir le code qui s’affichera. Sur la page de la bibliothèque, à gauche en haut cliquez sur Modifier la page, puis Applications. Dans la liste des applis, repérez FBML et cliquez sur Accéder à l’application. Vous devriez tomber sur une page avec 2 zones de texte : Titre de l’encart – c’est là que vous mettrez le titre de l’onglet (inutile d’en trouver un long, FB coupera. “Rechercher” fonctionne) ; FBML – c’est là que vous mettrez votre formulaire. Quand vous enregistrez, c’est publié.

Le formulaire de recherche

Un formulaire permet de donner des valeurs (value) à des objets. On va l’utiliser pour fabriquer une URL de recherche sur notre catalogue. On n’est pas obligé d’offrir toutes les nuances de recherches que notre catalogue propose – une fois chez nous, le lecteur fera ce qu’il voudra, et de toutes façons il ne s’en sert pas. On pourra faire, par exemple, une recherche en mots libres, en proposant de chercher dans toute la notice, dans le titre ou comme auteur.

Pour retrouver les différents critères nécessaires à la recherche, on étudiera les URL produites par le formulaire du catalogue. En variant les critères que l’on souhaite proposer. Par exemple, je vais chercher “Zola” dans toute la notice, dans le titre puis comme auteur. Les URL de mes pages de résultats seront les suivantes :

http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?dscnt=0&fn=search&ct=search&vid=BSB&indx=1&dum=true&vl%28freeText0%29=zola&srt=rank&vl%281UI0%29=contains&frbg=&tab=default_tab&dstmp=1296817722326&vl%282131580UI0%29=any&mode=Basic&scp.scps=&vl%282124146UI1%29=all_items
http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?dscnt=0&fn=search&ct=search&vid=BSB&indx=1&dum=true&vl%28freeText0%29=zola&srt=rank&vl%281UI0%29=contains&frbg=&tab=default_tab&dstmp=1296817757125&vl%282131580UI0%29=title&mode=Basic&scp.scps=&vl%282124146UI1%29=all_items
http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?dscnt=0&fn=search&ct=search&vid=BSB&indx=1&dum=true&vl%28freeText0%29=zola&srt=rank&vl%281UI0%29=contains&frbg=&tab=default_tab&dstmp=1296817787014&vl%282131580UI0%29=creator&mode=Basic&scp.scps=&vl%282124146UI1%29=all_items

Les critères apparaissent après la question, qui comme toute bonne question se termine par un point d’interrogation. Ils sont séparés par une esperluette (&), et se présente sous la forme critère=valeur. Il y en a 3 catégories :

  • Ceux qu’on va vouloir modifier :

vl%28freeText0%29=zolaC’est le texte saisi dans la zone de recherche

vl%282131580UI0%29=any ou title ou creatorCe sont les différents types de recherche qu’on souhaite proposer

  • Ceux qu’on ne comprend pas toujours et qui ne nous intéressent que moyennement :

dscnt=0 ; fn=search ; ct=search ; vid=BSB ; indx=1 ; dum=true ; srt=rank ; vl%281UI0%29=contains ; tab=default_tab ; mode=Basic ; vl%282124146UI1%29=all_items

Ils font des trucs sans doute utiles, dans le doute on va les conserver, avec leurs valeurs

  • Ceux qui servent à rien et qu’on va bazarder :

frbg= ; scp.scps= – Quels que soient ces critères, vu qu’ils n’ont aucune valeur associée, c’est qu’ils ne servent à rien (ne me confiez jamais un truc à réparer)

dstmp=1296817787014 – C’est un numéro de session, on ne va pas le conserver

Le formulaire aura donc cette tête :

<form action="http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?">

C’est l’ouverture du formulaire, qui indique où on lui demande d’aller chercher.

<input type="text" name="vl(freeText0)" size="35"/>

C’est la zone de texte libre, où l’usager saisira les termes recherchés.

<input type="hidden" name="vid" value="BSB"/>
<input type="hidden" name="ct" value="search"/>
<input type="hidden" name="fn" value="search"/>
<input type="hidden" name="indx" value="0"/>
<input type="hidden" name="dscnt" value="0"/>
<input type="hidden" name="vl(2124146UI1)" value="all_items"/>
<input type="hidden" name="mode" value="Basic"/>
<input type="hidden" name="dum" value="true"/>
<input type="hidden" name="vl(1UI0)" value="contains"/>

Ce sont les critères nécessaires, non modifiables, qu’on ne va pas montrer (type=”hidden”) mais conserver.

<select name="vl(2131580UI0)">
<option value="any">dans toute la notice</option>
<option value="title">dans le titre</option>
<option value="creator">comme auteur</option>
</select>

C’est le menu déroulant pour permettre à l’usager de choisir son type de recherche.

<input type="submit" value="Rechercher dans notre catalogue">
</form>

Le bouton pour envoyer la requête, et la clôture du formulaire.

C’est ce formulaire qu’il faudra copier dans l’application Static FBML.

Le même formulaire, mais avec une apparence “Facebook”

Pour soigner l’apparence du formulaire, on pourrait passer par un CSS. Mais si on veut que le formulaire s’intègre bien dans l’onglet FB, on pourra le réécrire en FBML.

Ça donnerait ça :

<fb:editor action="http://www.bsb.univ-paris3.fr/primo_library/libweb/action/search.do?" >

C’est l’ouverture du formulaire à la FB, qui indique où on lui demande d’aller chercher.

<fb:editor-text name="vl(freeText0)" size="35" label="Rechercher dans notre catalogue" />

C’est la zone de texte libre, où l’usager saisira les termes recherchés. Le label intègre un texte mis en forme à gauche de la barre de recherche.

<input type="hidden" name="vid" value="BSB"/>
<input type="hidden" name="ct" value="search"/>
<input type="hidden" name="fn" value="search"/>
<input type="hidden" name="indx" value="0"/>
<input type="hidden" name="dscnt" value="0"/>
<input type="hidden" name="vl(2124146UI1)" value="all_items"/>
<input type="hidden" name="mode" value="Basic"/>
<input type="hidden" name="dum" value="true"/>
<input type="hidden" name="vl(1UI0)" value="contains"/>

On conserve les inputs cachés en HTML (le FBML ne semble pas proposer ces balises).

<fb:editor-custom>
<select name="vl(2131580UI0)">
<option value="any">dans toute la notice</option>
<option value="title">dans le titre</option>
<option value="creator">comme auteur</option>
</select>
</fb:editor-custom>

Le select est encadré par des balises FBML pour la mise en forme.

<fb:editor-buttonset>
<fb:editor-button value="Rechercher dans notre catalogue"/>
</fb:editor-buttonset>
</fb:editor>

Le bouton FB (on notera les balises supplémentaires pour annoncer la zone des boutons), et la clôture du formulaire “à la FB”.

On copiera ce formulaire dans le champ FBML de l’application Static FBML.

Ça ressemblera à ça :

Conclusion

La recherche se fait dans le catalogue. Les résultats s’affichent dans le catalogue. Pour être clair, lancer cette recherche fait quitter Facebook pour atterrir sur le catalogue (pas moyen de la lancer dans une autre page). Pour permettre une recherche directement sur Facebook qui afficherait les résultats dans Facebook, il faudrait développer une application complète.

Cependant, cette méthode permet :

- de ramener sur notre catalogue, plus complet, plus riche et mieux conçu les lecteurs depuis FB.

- d’éviter des problèmes  de droits compliqués : notre OPAC est propriétaire, exploiter ses résultats sur FB qui revendique grosso-modo un droit de propriété pour tout ce qu’on y met est-il légal ?

- d’éviter que Facebook sache exactement quels livres sont recherchés par chacun de nos lecteurs, puisqu’ils font ce qu’ils veulent de ce genre de données (en plus d’être obligés de les communiquer au gouvernement états-unien grâce au USA Patriot Act, auquel les bibs françaises échappent pour le moment).

Quelques bibliothèques doivent déjà le faire, mais pas toutes. Si vous avez une page FB, ça n’est vraiment pas compliqué, ça serait dommage de s’en passer.

Sous le hashtag #mediadixweb2

sous le hashtag #mediadixweb2

 

Préambule

J’étais à la journée d’étude Mediadix / Urfist Paris du 10 décembre 2010 : “Le Web 2.0 : Nouveaux services ou effet de mode ?

Ce compte-rendu est personnel, donc forcément empreint de subjectivité. Il est possible et probable que je déforme sans le vouloir les propos qui ont été tenus, que j’omette, que je simplifie. Pour affiner un sujet, mieux vaudra donc voir directement avec l’intervenant (le thème de la journée laisse deviner que tous ont une certaine présence sur le Web).

On a vu des interventions intéressantes, même si le planning de la journée, ambitieux, aurait mérité d’accorder plus de temps à certaines d’entre elles. Au détriment de certaines autres, s’il le faut. Puisque visiblement une journée de bibliothécaire ne peut excéder 9h – 17h30 (avec 1h30 de pause déjeuner)(vilain geste gratuit).


Présentation de la journée – Véronique Mesguich

Wired titrait en août dernier : “The Web is dead”. Le Web 2.0 est-il déjà dépassé ? Et puis, est-ce autre chose qu’un amas de noms de marques (Facebook, Twitter, Delicious…) où se perdent les bibliothécaires, ressentant une vague injonction à les utiliser ?

Pour Véronique Mesguich, le Web 2.0 ne va pas révolutionner nos pratiques, simplement les prolonger. C’est une strate intermédiaire dans l’histoire du Web, après les premiers temps où il était réservé à quelques geeks, puis une période où les usagers ne pouvaient que consulter des sites institutionnels. En devenant collaboratif, le Web mènerait à un “humanisme numérique”.

En tout cas, il rend possible de nouveaux services, et implique une nouvelle forme de médiation.

La présentation est un peu emphatique, mais c’est sans doute le but de l’exercice. L’amphi est plein, il y a du verglas dehors et des retardataires, on retrouve de vieilles connaissances. Allons-y.


Catalogues 2.0, blogs, réseaux sociaux : comment les usagers peuvent-ils s’approprier des contenus ? – David Liziard

L’appropriation doit être à la fois technique et intellectuelle. Et le Web 2.0 c’est publier, contribuer et trouver.

  • Les supports de communication

Si probablement toutes les bibliothèques universitaires disposent d’un catalogue en ligne, ce n’est le cas que pour 600 à 700 des 4000 bibliothèques territoriales. Mais ne pas avoir de catalogue accessible sur le Web n’empêche pas d’y montrer son existence et ses actualités factuelles, avec une page ou un blog. Voire de montrer et donc valoriser son activité.

Certaines bibliothèques publient le contenu généré par leurs activités, qui peuvent même n’exister qu’en ligne. C’est également l’occasion d’impliquer les usagers dans la création de contenus. David Liziard, fondateur de Bibliopedia, présente de nombreux exemples.

Il évoque ensuite la présence sur différents réseaux sociaux. Facebook, tout d’abord, avec une réserve : il ne s’agit pas pour la bibliothèque de se créer un réseau, mais simplement de se placer sur un lieu de fort passage. C’est plus un support de communication que le lieu d’un réel échange avec les usagers. Twitter ensuite, pratique pour faire passer des informations, mais limité par un effet de flux qui risque de les noyer. Youtube, enfin, qui a en tout cas le mérite pour la bibliothèque qui y publie des vidéos de permettre des économies de bande-passante. Les différents exemples qu’il cite, pourtant intéressants, ne sont pas véritablement des succès d’audience, comparativement à la taille des publics visés.

Il cite cependant deux réussites remarquables en matière de pertinence et de statistiques de fréquentation : la dissémination sur Flickr des photos anciennes de la bibliothèque de Toulouse, et le Guichet du savoir de Lyon, de type forum, invitant à la sérendipité (ou au wilfing).

  • Des moyens de création : faire travailler les usagers

Des sites commerciaux, des blogs individuels ou collectifs et des sites de bibliothèques publient des commentaires de lecture, cependant l’absence de réseau nuit à l’enrichissement de ces initiatives. Le Wiki de Brest est une initiative locale, transverse, dont la bibliothèque n’est qu’un des acteurs (par des séances de formation et un peu de création). Il évoque également la transcription en wiki du manuscrit de Madame Bovary, puis présente l’hébergement des blogs de ses chercheurs et étudiants par l’université Paris Descartes. Il s’agit de blogs personnels ou de recherche, mais là encore la bibliothèque n’est pas à l’origine du projet, et n’en est qu’un des acteurs en y créant ses propres blogs.

De manière générale, l’essentiel des projets liés à la création collaborative de contenu par les usagers restent soit des initiatives très locales, soit des réalisations plus larges, mais dans lesquelles la bibliothèque n’est qu’un des acteurs. David Liziard insiste sur l’absence de réseau de bibliothèques malgré la possibilité offerte par les outils 2.0.

  • Les outils de recherche

Un ensemble d’outils déjà existants et non créés par des bibliothèques (flux RSS, signets, widgets, Zotero…) peuvent permettre aux usagers de s’approprier un contenu qui lui est produit par la bibliothèque. Notre rôle réside plus alors dans une éventuelle offre de formation à ces outils, et dans une offre de contenus compatibles et adaptés (en fournissant, par exemple, des flux RSS des nouvelles acquisitions pré-triés par domaines).

Pour ce qui est des catalogues, l’Opac 2.0 n’est pas une innovation mais simplement une mise à niveau. Le fait pour l’usager de pouvoir trouver facilement le catalogue est déjà pas mal. Cet aspect est un des avantages des catalogues communs. Pour réaliser ceux-ci en France (quand on s’y essaye), on part de catalogues isolés que l’on essaye d’unifier. Il évoque ensuite la collaboration Sudoc et Google Livres, avec le renvoi mutuel de l’un vers l’autre en fonction des droits du livre recherché.

De manière générale, les librairies et Google ont fait plus vite et mieux que les Opacs, sauf en ce qui concerne la structuration et les métadonnées, qui restent les points forts des bibliothèques. Il présente alors pour finir quelques améliorations 2.0 (enrichissement, gestion de commentaires et une intéressante expérience de localisation fine à Arras) qui améliorent la fluidité de la recherche de nos usagers.

En somme, une intervention riche d’exemples, un tour d’horizon qui a le mérite de rappeler qu’aller voir ce qui se fait ailleurs peut être une source d’inspiration. J’en retiens tout de même le relativement faible impact d’audience de certaines initiatives pourtant créatives. La présentation était sobre et efficace, mais le temps a un peu manqué pour développer une partie plus théorique illustrée par ce diagramme.


Le blogging scientifique : l’exemple de la plateforme Hypotheses.org. – Marin Dacos

Marin Dacos est à l’origine de Revue.org, Hypotheses.org et dirige le centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Plutôt que de créer une start-up ou d’attendre l’hypothétique création d’une plateforme institutionnelle, il invite à son exemple à créer individuellement une plateforme pour ensuite la faire récupérer par les institutions, après leur avoir montré que ça marchait. Pour rebondir sur le manque de création en réseau par les bibliothèques évoqué par l’intervenant précédent, il enjoint les bibliothèques à créer ces réseaux, à l’échelle de la France voire de la Francophonie.

Le blogging est un mode de communication directe, sans médiateur. Cela doit donc rester un mode mineur dans la publication scientifique, et non pas supplanter les médias “traditionnels” qui bénéficient du filtre et du contrôle d’une politique éditoriale. Cependant, la conversation est indispensable à la recherche, et celle-ci est absente des publications structurées qui sont l’exposition d’une information, mais aussi un “terminus”. Il insiste beaucoup sur la nécessité de la conversation, rappelant que Le Journal des sçavans était avant tout un média d’échanges. Le blog scientifique est un séminaire virtuel permanent, et permet de retrouver l’égalité des pairs.

Suit une présentation de différents types de carnets présents sur la plateforme : des notes de travail, des comptes-rendus, des carnets de fouilles, des veilles, des livres en préparation qui s’enrichissent des commentaires qui corrigent ou affinent… Le contenu est professionnel et de haut niveau, mais reste personnel et actuel, et n’est pas réservé au seul public des chercheurs. Ce format permet de remplir d’autres buts, d’autres facettes de la recherche que l’essentielle production de connaissances.

Marin Dacos énumère ensuite plusieurs moyens facilitant la dissémination des connaissances et la conversation. Les rétroliens permettent de faire circuler l’information, et le fait de réunir les blogs sur une plateforme permet de mettre des articles en valeur, avec une “Une” évolutive. Si pour le moment cette vitrine est sélectionnée par un conseil scientifique, à terme Hypotheses.org souhaiterait privilégier le crowdsourcing, une mise en valeur par les usagers eux-mêmes favorisant la propagation virale.

La présentation est dynamique : les slides défilent à toute allure. C’est parfois un peu dur à suivre, ceci dit effectivement je me fiche de certains chiffres. L’intervenant est brillant, enthousiaste et sympathique (et par là-même un peu agaçant : je ne serais pas étonné qu’il ait construit de ses mains sa maison en bois HQE à ses heures perdues, qu’il fasse du surf et qu’il participe le week-end à des animations musicales dans des hôpitaux pour enfants) et il semble nous inviter poliment à nous bouger, sans attendre qu’un illusoire grand projet institutionnel n’apparaisse. Malgré ses efforts, j’ignore si l’ensemble de l’auditoire est conquis.


L’évaluation de l’information à l’heure du web 2.0 : entre changement et continuité. – Alexandre Serres

Alexandre Serres va présenter ce qui change et ce qui ne change pas dans l’évaluation de l’information par l’usager lambda – il ne s’agit pas ici d’évaluation scientifique. L’enjeu est la fabrication de la confiance qui est une question d’ordre politique. Quelle place pour l’autorité cognitive dans les médias 2.0 ?

Le Web 2.0 est un pharmakon, un poison et un remède. Il exacerbe l’inversion de rapport entre autorité et notoriété. Ses indicateurs sont purement quantitatifs. Il promeut la visibilité, et entraine donc une mise en scène de soi – cette recherche de visibilité à tout prix nuisant à la pertinence des propos. Enfin, l’omniprésence du jugement, que l’intervenant appelle évaluationite, entraine un effet pervers de valorisation de cette évaluation. Tout ça dans le règne de l’affectif, à l’image des absurdes “j’aime / j’aime pas” de Facebook.

La rhétorique de Facebook n’est pas neutre, c’est une idéologie qui a mené à cette perversion des notions d’amitié et d’aimer ou ne pas aimer. Cette idéologie produit des dégâts sur l’élaboration du jugement chez les digital natives. Le Web 2.0 impose une tyrannie de l’instant, opposée à la nécessaire lenteur de l’évaluation. Une idéologie de la transparence, illusion de la connaissance directe d’après les sources brutes, à l’image de Wikileaks. Enfin, l’usager du Web 1 était seul face à l’information, celui du Web 2 reste seul, mais en réseau : l’évaluation demeure un acte individuel, malgré le soutien d’un réseau social.

Le Web 2.0, qui aggrave les “infopollutions” (surabondance, médiocrité, contamination et publicité), propose un fort potentiel d’outils et techniques pour l’évaluation, mais ce potentiel reste inexploité. Le public étudiant n’a pas amélioré ses pratiques informationnelles, et semble se ficher de l’évaluation. Bref, ça ne change pas beaucoup. Alexandre Serres insiste donc sur la nécessité d’une offre de formation à l’évaluation de l’information, ou littératie. L’enjeu crucial étant d’apprendre le filtrage.

L’intervenant a beaucoup insisté sur le fait qu’il n’était pas technophobe. Pourtant, sa thèse (à laquelle je n’adhère pas du tout) d’une idéologie intrinsèque à des outils crée un clivage dans l’auditoire. Les critiques de Facebook et Wikileaks séduisent visiblement une partie du public, tandis que d’autres sont en désaccord profond avec ce qui leur parait être de l’immobilisme. D’autant que pris par le temps, il a du passer vite sur la fin de son exposé qui peut-être nuançait son propos.

Quand à la forme… Back in the 90’s : un Powerpoint aux pavés de texte jaune sur fond d’une texture bleu sombre pas très beau, avec puces et animations variées et tout. Le tout sous copyright. Cela ne peut qu’intensifier le clivage, surtout quand certains dans l’amphi demandent à revenir sur une diapo parce qu’ils n’ont pas eu le temps de tout recopier.


Le métier de bibliothécaire au prisme du numérique. – Silvère Mercier

Le métier de bibliothécaire au prisme du numérique - Silvère Mercier

Silvère Mercier tient le blog Bibliobsession. Pour lui, les bibliothèques doivent vivre une transformation intense pour prendre en compte la réalité. Le Web 2.0 est un ensemble des technologies orientées utilisateurs, et nous sommes maintenant en phase mature : il est donc dépassé de se demander encore si l’on doit y aller. Les bibliothécaires doivent s’insérer dans le paysage du Web social.

Avec internet, les bibliothèques ont perdu le monopole de l’offre d’accès aux documents rares. La rareté de l’attention à remplacé celle de l’information. On doit donc opérer un transfert de l’offre de collections vers l’offre de médiation de l’attention, former à une certaine qualité de celle-ci, tout en prenant conscience de sa rareté (et de sa valeur marchande). De même, le monopole des médias traditionnels pour “faire l’agenda” est aujourd’hui concurrencé par les nouvelles logiques d’accès.

Le Web ne limite pas la création. Ainsi, 70% des contenus y sont générés par les usagers : le rapport au contenu n’est plus purement consultatif, mais de plus en plus contributif et participatif. En opposition avec un retour à la lenteur prôné par l’intervenant précédent, Silvère Mercier encourage plutôt la formation à la construction de nouveaux outils de filtrage des informations. Puisque l’on observe une fusion entre popularité et autorité, soyons trouveurs et médiateurs pour propulser, populariser et légitimer nos trouvailles. La longue traine était monopole des bibliothèques, c’est fini. Copions donc les méthodes des libraires qui nous ont supplantés pour guider dans la longue traine, par recommandations et rebonds. En profitant de la puissance du bouche-à-oreille numérique, on peut favoriser la sérendipité en passant d’une logique d’accès à une logique de propulsion.

La médiation doit dorénavant passer par la production d’un contenu éditorial, technique et collaboratif, seul moyen pour les bibliothèques d’entrer dans les réseaux. Elles doivent se mettre en scène, montrer leurs compétences et diversifier leurs identités. Une identité institutionnelle, mais aussi une identité pour chaque service qu’elles proposent, des identités thématiques selon les contenus, et des identités de personnes ressources. Par exemple, un nuage de blogs, adressés à des publics différents bien définis. Et pour ce faire, pas besoin d’être tous informaticiens ni spécialistes des médias sociaux. En revanche nous devons tous être propulseurs de contenus.

Suivent quelques injonctions aux bibliothécaires, lapidaires car l’intervenant s’est laissé rattraper par le temps : abolition des “coups de cœur”, développons plutôt notre esprit critique et celui de nos usagers ; arrêtons les prescriptions, le médiateur doit se placer au niveau de l’amateur ; le Web n’est pas tout, le lieu bibliothèque est primordial, et doit être pensé comme une expérience ; les trois règles sont : être dans les flux, propulser les contenus, capter les attentions.

Avec cette intervention, Silvère Mercier semble se poser comme champion du Web 2.0 et de la modernité. Cela n’atténue pas le clivage que l’on a vu poindre mais permet ensuite un (mini) débat sur certains points de dissensions, nuançant les différentes positions.

Visuellement, une présentation aux antipodes de la précédente, très graphique et ludique, pour réveiller le public – on rentre de la pause déjeuner. On note cependant un slide avec des puces, et certains déplorent que l’intervenant ne porte pas le chapeau qui caractérise son avatar.


Mutation dans les OPAC : l’exemple du moteur de recherche à facettes Aquabrowser. – Aurélie Duclos

[slideshare id=6120231&doc=prsentationaquabrowsermediadixdc2010-101211161458-phpapp02]

Aurélie Duclos vient nous présenter l’Opac Aquabrowser, utilisé à SKEMA Business School. En avant-propos, la Geemik donne le ton “On récupère des générations de traumatisés du CDI, alors on voulait pas ressembler à des bibliothécaires” – ça rit jaune. Elle prévient ensuite que sa présentation lui donne le sentiment d’être commerciale chez Serial Solutions. Leur ancien catalogue était has-been et toutes leurs tentatives pour tenter de former les étudiants aux recherches booléennes s’étaient soldées par des échecs. Les étudiants étaient donc très souvent confrontés à un silence en totale opposition avec l’excès de bruit auquel les recherches de type Google les avaient habitués (et qu’ils savaient gérer).

Suit ensuite une description des différentes fonctionnalités du catalogue : requête dans un seul champ, puis facettes d’affinage à droite des résultats. La principale différence avec les autres catalogues à facettes réside dans un nuage de tags animé à gauche des résultats, permettant une navigation par rebonds successifs. Le catalogue est enrichi des couvertures fournies par Amazon, et des modules supplémentaires permettent la gestion de commentaires. Enfin, il ne renvoie jamais aucune réponse sans proposer d’autres pistes de recherche.

L’intervenante explique ensuite le choix qui a été fait malgré le coût de rester sur Aquabrowser après avoir migré vers le Sigb libre Koha (leur précédent Sigb était bricolé par leurs soins). La fluidité et l’aspect esthétique ont été mis en avant, ainsi que le caractère très pénible mais somme toute peu technique de la mise en compatibilité. Elle reconnait cependant deux points faibles importants de l’Opac : son prix, et le fait que le prestataire reste propriétaire des enrichissements qu’il héberge (c’est-à-dire tous les commentaires des usagers et les tags choisis par les professionnels).

Le Sudoc et le Catalogue général de la BnF sont passés aux facettes. Nous tournons sous Primo, plutôt agréable. Ce n’est qu’en parlant avec quelques collègues que je réalise qu’en fait ce genre de publicité est encore nécessaire auprès de certaines bibliothèques. Mais pour moi l’essentiel de la présentation réside dans l’énergie de l’intervenante, qui parle normalement, met les pieds dans le plat et nous rappelle  qu’on doit toujours chercher à faire plus et mieux, quitte à bricoler un peu. Malheureusement, j’ai peur que certains collègues aient surtout retenu le relativement faible volume de prêts dans sa bibliothèque, et estiment donc ne pas jouer dans la même catégorie, sans voir les tout de même évidentes similitudes.


D’un outil personnel à des usages publics et institutionnels : Twitter (table ronde)

La co-responsable de l’Urfist de Paris présente Twitter en quelques chiffres, et explique les étapes de l’inscription. L’extrême simplicité de l’outil de micro-blogging le rend paradoxalement complexe. De nombreux nouveaux usagers l’abandonnent très vite.

La présentation est particulièrement limpide, l’aspect tutoriel est très efficace. La voix de l’intervenante trahit une certaine nervosité. Ça me rappelle une conférence dans ce même amphi d’une jeune bibliothécaire de la BPI sur les nouveaux catalogues, quand je préparais mes concours. Le contenu était particulièrement riche, et la bibliothécaire particulièrement stressée. Une large part du public ne lui pardonna pas ce stress, non plus à mon avis que sa jeunesse et la brillance de son exposé, et montra à son égard une animosité que je crois bien teintée de jalousie. Ce qui ne l’aida pas à surmonter cette appréhension qui pourtant n’avait pas lieu d’être. Parfois, le public aigri est ingrat – et je pèse mes mots. Mais je digresse…

Stéphane Cottin distingue trois usages professionnels : Twitter est un outil de veille, un outil de communication, et un outil de validation de l’information. Bien entendu, ce n’est qu’une des lames du couteau-suisse. Le risque est grand de sombrer dans l’infobésité, l’intervenant insiste donc sur la nécessité de gérer de façon dynamique ses abonnements. Il montre également une fonctionnalité de recherche Google permettant de suivre un fil Twitter en temps réel. Il montre pour exemple le liveTweet #mediadixweb2 qui suit en direct la journée.

Certaines professions sont plus représentées que les autres sur Twitter, et les métiers de la documentation en font partie. Enfin, pour un usage professionnel de Twitter ou Facebook, Stéphane Cottin recommande la création de comptes distincts de ses comptes personnels, pour des raisons de vie privée mais aussi de gestion de flux.

L’aspect mise en abyme de la présentation n’échappe pas aux liveTweeteurs. Surtout quand ils voient leurs commentaires apparaitre en direct sur grand écran. Détail amusant, l’intervenant a oublié son mot de passe. C’est dire si l’atmosphère est dissipée. On rigole bien, résultat je ne prends pas trop de notes…

Lionel Maurel participe au binôme gérant le compte Twitter de Gallica. Pour un compte institutionnel, le positionnement ne va pas de soi. Pour Gallica il a été réfléchi dans une stratégie globale de dissémination impliquant Facebook, le blog et Netvibes. Les animateurs ne souhaitaient pas tomber dans l’autopromotion. Ils propulsent des contenus produits sur les autres réseaux sociaux, ne font pas d’alimentation automatique, utilisent un ton qu’ils veulent non institutionnel et jouent avec les outils Twitter (RT, #FF, …). Ils signalent les documents remarquables, insolites, ou liés à l’actualité, ainsi que les nouveautés de l’interface et les outils de valorisation. Mais ils font également suivre les citations et les réutilisations sur des blogs, dans une logique de média social.

Ils gèrent le compte à deux, sans décharge de travail, en s’imposant un minimum de cinq tweets par jour, sans mettre l’identité des agents en avant. Ils ont mis au point des outils pour gérer la veille, suivre la fréquentation et évaluer l’impact. Leurs publics sont des communautés de professionnels ou d’amateurs, des particuliers blogueurs et quelques passionnés d’un sujet pour qui Gallica est un outil. Il s’agit donc d’animation de communauté, leur permettant de soigner l’(e)-réputation de Gallica. Lionel Maurel insiste donc sur la nécessité de soigneusement préparer son positionnement et ses objectifs avant de se lancer.

La présentation est efficace – ceci dit, l’intervenant dispose d’une bonne base iconographique. Le message est clair : une institution peut avoir une place qui ne soit pas purement informationnelle sur les réseaux sociaux si elle sait ce qu’elle va y faire, et les résultats sont au rendez-vous. Comme c’est là-dessus que j’avais des doutes, ça m’intéresse beaucoup. Quelqu’un pose la question qui fâche : comment séparer le temps personnel du temps professionnel (sous entendu, est-ce que ça marche sans avoir besoin d’être un geek qui y passe ses nuits ?). Lionel Maurel ayant une présence personnelle sur la toile en parallèle à ce qu’il fait pour la BnF, il semble donc que oui, c’est possible – il consacre sa geekitude à son autre identité.


Le web 2.0 entre nouvelles injonctions et nouveaux avantages : synthèse des débats. – Véronique Mesguich

Le Web continue d’évoluer, se dirigeant aujourd’hui vers le Web de données. Véronique Mesguich rappelle cependant que l’appellation Web 2.0 ne doit pas nous tromper : le Web reste le Web, il évolue simplement en se dotant de nouveaux outils. Quoiqu’il en soit, la question n’est plus d’y être ou de ne pas y être, mais plutôt de comment et pourquoi y être. Ce qui implique de ne pas se jeter sur un nouvel outil sans avoir appris à le domestiquer, ni sans savoir ce que l’on souhaite en faire.

La journée se finit, dans le brouhaha habituel des départs échelonnés annonçant le départ groupé. On a appris quelques trucs, de quoi en tout cas booster un peu curiosité et motivation. Et ça ne peut pas faire de mal.