Archives du mot-clé Désherbage

bib -rt2

N’oublions pas les fondamentaux

Dans une BU parisienne

Préambule

On parle beaucoup des nouveaux services. On cherche des nouveaux gadgets, on prévoit de miser sur la médiation culturelle, on voudrait disséminer nos catalogues, on aimerait être créateurs et propulseurs de contenus, on souhaiterait impliquer nos usagers, on s’apprête à investir les réseaux sociaux pour les retrouver. Parce qu’ils s’en vont, qu’ils ne viennent plus nous voir – la faute à cette satanée société de l’information, dont on n’a su mesurer les bouleversements qu’elle apportait que trop tard. D’ailleurs, ceux d’entre nous qui ont déjà franchi le pas récoltent les fruits de leur audace : pleins de lecteurs, et contents de leur bib, en plus !

Ouais, c’est décidé, demain, réunion pour mettre au point notre stratégie, et lundi prochain on ouvre notre page Facebook® !

C’est bien, très bien, sauf que …

Faudrait voir à pas oublier les fondamentaux

Pour que les lecteurs viennent à la bibliothèque, il faut :

  • Qu’elle soit ouverte : Pas la peine de tergiverser, les horaires d’ouverture jouent très nettement sur l’attractivité des bibliothèques. Je sais que ça n’est pas très populaire, mais je n’ai pas inventé les remarques des lecteurs quant aux horaires trop restreintes.

Et quand ils sont là, nos étudiants, qu’est-ce qu’ils veulent faire ? Bon, surfer un peu, se bécoter, faire une sieste, taper le bout de gras, mais aussi quand même travailler. Et pour ça, ce qui est pas mal, c’est :

  • Du mobilier : Oui, il s’agit bien de tables et de chaises. En quantité suffisante, et même, s’il y a assez de place, quelques fauteuils confortables et des espaces isolés de travail en groupe. Pas grand chose, hein, juste qu’ils n’aient pas à s’asseoir par terre dans les couloirs de la fac, entourés de papiers.

Il n’aura pas échappé à grand monde que de plus en plus d’étudiants travaillent avec un ordinateur portable (laissant les tablettes à ceux qui en ont vraiment trouvé l’usage). Ces petits joujoux ont une particularité, ils fonctionnent à l’électricité. Aussi, il faudra prévoir :

  • Des prises : Et en plus, il en faut en nombre suffisant, et accessibles à proximité des tables.
  • Internet : En wifi ou en filaire, ils en auront besoin pour accéder à la page Facebook de la bibliothèque.

Et que cherchent-ils aussi chez nous, malgré l’accès global à l’information au bout des doigts, en dépit des dispendieuses collections électroniques proposées sur le portail de la bib, et même si les liseuses sont l’avenir de la lecture ? Je vous le donne en mille : des livres. Mais là, attention, il y a un piège. Pas n’importe lesquels. Et la technique consistant à compenser une pertinence des collections toute relative par une accumulation gigantesque est totalement contre-productive. Ils veulent :

  • Des livres appropriés : Facile à dire, hein ? Il leur faut des livres qui reflètent l’état actuel des connaissances dans leurs domaines d’étude, et les grands classiques qui font référence (en tout cas dans les biblios de leurs profs), et même si possible quelques pistes novatrices ou du moins originales. Ça implique de définir en amont son (ses) public(s), et ses attentes, mais c’est jouable.

Cependant, pour pouvoir profiter pleinement de ce fonds parfaitement adapté à leurs attentes, encore faut-il qu’ils puissent trouver ce qu’ils cherchent. Ce qui nécessite pour le libre-accès :

  • Des collections convenablement rangées : La bibliothèque du Nom de la Rose a un indéniable charme romantique, mais ça n’est pas pour autant un exemple. Alors évitons les étagères surchargées avec des bouquins posés sur les autres, évitons de laisser les livres aux couvertures trop souples s’écrouler, remplaçons la signalétique disparue ou illisible…

Je sais, ce sont les lecteurs qui fichent le boxon. En même temps, c’est la juste rançon d’un fonds vivant et sollicité. Et puis, pour que ça soit bien rangé, il faut de la place, et c’est une denrée chère en bibliothèque. Un bon moyen pour en faire, c’est se débarrasser de ce que les lecteurs ne veulent pas. Donc, sur nos rayons :

  • Pas de livres inappropriés : Quelques exemples ? Certaines recherches nécessitent d’avoir recours à des éditions anciennes. Cependant, une édition des années 80 d’un grand classique de la littérature moult fois réédité depuis n’a qu’un très faible intérêt historique. Une reliure veau aux armes soigneusement restaurée émouvra un bibliophile, mais un manuel de base réparé plusieurs fois au filmolux (dans le meilleur des cas) beaucoup moins. Des annotations de l’auteur sont des trésors pour le lecteur, mais pas celles d’un autre étudiant adepte du surlignage. Le désherbage est toujours un crève-cœur (et une corvée), mais il a son utilité. Ça tient parfois à peu de choses : si les éditeurs nous sortent des “nouvelles présentations”, au même contenu mais à la couverture plus moderne et attrayante, ils doivent avoir leurs raisons. Dans le doute, il y a sûrement un moyen de savoir quels livres sont consultés par nos lecteurs – et donc ce dont ils ne veulent pas (ou plus).

Enfin, et ça n’est pas un point de détail, les lecteurs apprécient trouver dans leur bibliothèque :

  • Un cadre agréable : Il faut que la bibliothèque soit belle. Oh, ils peuvent comprendre un aspect vieillot, un mobilier un peu daté, des choix de couleurs démodés – de toutes façons, ils n’ont pas le choix. Aucune raison, en revanche, de leur infliger une signalétique moche, vétuste, dégradée, et sans cohérence d’aspect. Les faibles moyens imposent d’imprimer des affichettes faites soi-même ? Alors ça implique de les remplacer régulièrement, et d’avoir des modèles et un semblant de charte graphique. Juste histoire d’avoir l’air propre. Un nombre suffisant de poubelles est un plus.

Voilà, tout ça. J’en reste volontairement à l’aspect purement matériel de la chose, Alain ayant déjà traité (entre autre)  l’aspect relationnel, également important.

En guise de conclusion

Soyons clair, il ne s’agit pas pour moi de raviver la querelle des anciens et des modernes, ni de prendre parti contre les innovations techniques et les nouveaux services. En revanche, il serait trompeur de s’imaginer que la popularité auprès des lecteurs des bibliothèques qu’on admire tous soit due uniquement à leur capacité à innover. Sur tous ces points ils sont aussi performants – sinon, ça ne marcherait pas.

On pourra m’objecter l’argument des tutelles et des moyens, en tout cas pour certains points. Disons que parmi les moyens à trouver, il ne faudra pas oublier ceux-la…

Clairement, ces fondamentaux ne sont pas à négliger. Quand on s’interroge sur le moyen d’impliquer aux projets de modernisation ceux de l’équipe qui sont plus réfractaires (ou inquiets) devant les “nouvelles technologies”, pourquoi ne pas leur proposer de participer à la réflexion (et l’action) dans ces domaines où ils sont plus à l’aise ?

Enfin bref, tout ça pour une forme de coup de grogne, en fait. Parce qu’une bibliothèque pas pratique, ou qui donne l’air d’être négligée, ça dévalorise tout le travail qui est fait en interne : c’est juste du gâchis.